Le bienfait de remercier

1
906

Merci. Un mot simple mais qui charrie derrière lui une multitude de notions toutes aussi importantes les unes que les autres. Un mot qui est source de bien-être personnel et collectif. Il fait du bien aussi bien à l’émetteur qu’au récepteur.

Le mot « Merci » évoque dans notre subconscient l’autre, remercier quelqu’un pour un bien qu’il nous a fait, c’est une forme de politesse, un code de vie en société, les parents apprennent très tôt à leurs enfants la fameuse formule : Qu’est-ce qu’on dit ? Et le petit de répondre, « merci ».

Apprendre dès son jeune âge cette règle est d’une importance capitale. C’est apprendre à vivre en société.

Apprendre à remercier, c’est apprendre à reconnaître à celui qui nous rend service ou nous fait du bien son geste.

Dire Merci, c’est mettre un mot sur un sentiment de gratitude vis-à-vis de notre bienfaiteur.

C’est faire l’expérience de vaincre son ego qui habituellement nous répète qu’il n’a besoin de personne et qu’il se suffit à lui-même.

C’est finalement faire l’expérience de l’humilité, c’est se rendre compte que nous avons besoin les uns des autres. C’est tendre la main à cet autre qui nous a aidés et lui dire, tu as bien fait, la preuve, regarde comment je suis content et reconnaissant.

Finalement, en disant Merci, nous faisons, sans nous rendre compte, autant de bien à nous-mêmes qu’à ceux qui nous l’ont fait.

Cette expérience prend encore plus de sens et de valeur lorsqu’elle a lieu dans l’intimité de notre relation avec le Divin. Remercier le Créateur pour Ses innombrables bienfaits, c’est d’abord une prise de conscience de Ses bienfaits et c’est une reconnaissance de Sa bienfaisance à notre égard. C’est pour cela qu’Il nous informe dans Son livre : « Si vous Me remerciez, je vous donnerais encore plus » (1)

Une énorme opportunité d’adoration est ainsi proposée à qui saurait la saisir : Adorer par le remerciement. Le cheminement vers Dieu prend une voie royale. Reconnaître au Roi des rois Ses bienfaits, Sa Clémence, Sa Miséricorde. Tout devient sujet au remerciement : la santé, la vue, l’ouïe, la vie, les enfants, le travail, le temps libre, la nourriture, les habits, Dieu devient présent partout. On pourrait aller plus loin en disant qu’il faudrait remercier Dieu même lors des épreuves, telles que la perte d’un être cher, la maladie, les accidents de la vie et du quotidien, comment ? Tout simplement en regardant les autres bienfaits. Lors des épreuves, nous focalisons sur la situation de gêne et nous oublions tous les autres bienfaits qui sont toujours là et qui mériteraient qu’on remercie Dieu de nous les maintenir…

Des degrés, qu’il faut gravir en ouvrant grands les yeux de son cœur pour les visualiser. Autant de bienfaits, tels des murmures, pour les écouter, il faut faire silence. Ce mois béni est une belle occasion.

En tout cas, laissez-moi vous dire « merci » d’avoir pris le temps de lire ces quelques lignes, je ne pouvais pas vous laisser partir sans vous glisser ce mot, pour rien au monde je n’aurais raté cette opportunité.

A bon entendeur, … merci

————————————————-

(1) Coran : Sourate 14, Verset 7

1 commentaire

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.