Jour 20

0
884

Il sortit à son peuple dans tout son apparat. Ceux que aimaient la vie présente dirent : « Si seulement nous avions comme ce qui a été donné à Coré. Il a été doté, certes, d’une immense fortune ».

Tandis que ceux auxquels le savoir a été donné dirent : « Malheur à vous ! La récompense de Dieu est meilleure pour celui qui croit et fait le bien ». Mais elle ne sera reçue que par ceux qui endurent.

Nous fîmes donc que la terre l’engloutît, lui et sa maison. Aucun clan en dehors de Dieu ne fut là pour le secourir, et il ne pût se secourir lui-même.

Et ceux qui, la veille, souhaitaient d’être à sa place, se mirent à dire : « Ah ! Il est vrai que Dieu augmente la part de qui Il veut, parmi Ses serviteurs, ou la restreint. Si Dieu ne nous avait pas favorisés, Il nous aurait certainement fait engloutir. Ah ! Il est vrai que ceux qui ne croient pas ne réussissent pas ».

Cette Demeure dernière, Nous la réservons à ceux qui ne recherchent, ni à s’élever sur terre, ni à y semer la corruption. Cependant, l’heureuse fin appartient aux pieux. « S29 Le Récit V76-83 »

L’apparat fait partie des mécanismes utilisés par les injustes et les despotes pour tromper les yeux du peuple et faire briller les faux clinquants de cette vie ici-bas. Une ruse qui atteint le cœur des plus faibles, qui tout de suite envie Karoun souhaitant être à sa place. Tandis que ceux à qui Dieu a donné le savoir, ces mises en scène et ces mascarades ne les impressionnent guère, leurs trésors à eux résident dans leurs cœurs, c’est la foi et l’amour qu’ils portent à leur Seigneur.

Nous ne pouvons éprouver l’épouvante qui a dû submerger les gens qui ont assisté à cette parade lorsque le courroux divin descendit engloutissant Karoun et ses biens. Les gens aux cœurs faibles ont vite déchanté, le voile de l’illusion est tombé, et la vérité éclata soudain à leurs yeux : les apparences sont trompeuses.

Quand on lit ses versets, on peut s’interroger sur la place qu’on aurait pris si on était les spectateurs de la sortie de Karoun dans son apparat !

Quoi qu’il en soit, nous retrouvons encore une fois la règle divine de l’alternance des jours. La fin heureuse appartiendra toujours aux gens pieux.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.