Jour 8

0
853

Et lorsque Luqman dit à son fils tout en l’exhortant : « Ô mon fils, ne donne pas d’associé à Dieu, car l’association à [Dieu] est vraiment une injustice énorme ». Nous avons commandé à l’homme [la bienfaisance envers] ses père et mère; sa mère l’a porté [subissant pour lui] peine sur peine : son sevrage a lieu à deux ans. » Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu’envers tes parents. Vers Moi est la destination. Et si tous deux te forcent à M’associer ce dont tu n’as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas; mais reste avec eux ici-bas de façon convenable. Et suis le sentier de celui qui se tourne vers Moi. Vers Moi, ensuite, est votre retour, et alors Je vous informerai de ce que vous faisiez ». « S31 Luqman, V13-19 »

Ces versets sont le testament de Luqman, le sage, à son fils. Ceci devrait être le testament de tout parent à son enfant. Des paroles empreintes d’amour, de sagesse, qui appellent à la réflexion, qui rappellent l’essentiel de notre passage sur terre, l’adoration de Dieu. Juste après se manifeste le devoir de bon comportement avec les parents, avec une mention spéciale pour la maman qui a porté des mois durant le bébé dans son ventre. Une bienfaisance dont même l’invitation à la désobéissance à Dieu ne doit pas nous en détourner.

Et tout ceci sur un ton teinté d’amour (Ô mon fils), comme un clin d’œil pour nous rappeler que les choses les plus importantes et les plus graves doivent être présentées de la meilleure façon qui soit.

Si réellement nos conseils sortent de nos cœurs, ils doivent tout naturellement être embaumé d’amour. (la suite demain)

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.