Jour 4

0
898

Et dans la ville, des femmes dirent : « La femme d’Al-Azize essaye de séduire son valet ! Il l’a vraiment rendue folle d’amour. Nous la trouvons certes dans un égarement évident. Lorsqu’elle eut entendu leur fourberie, elle leur envoya [des invitations,] et prépara pour elles une collation; et elle remit à chacune d’elles un couteau. Puis elle dit : « Sors devant elles, (Joseph !) » – Lorsqu’elles le virent, elles l’admirèrent, se coupèrent les mains et dirent : « A Dieu ne plaise ! Ce n’est pas un être humain, ce n’est qu’un ange noble ! » Elle dit : « Voilà donc celui à propos duquel vous me blâmiez. J’ai essayé de le séduire mais il s’en défendit fermement. Or, s’il ne fait pas ce que je lui commande, il sera très certainement emprisonné et sera certes parmi les humiliés ». « S12 Joseph, V30-32 »

Vous l’aurez compris, c’est l’une des nombreuses scènes de l’histoire du prophète Joseph (Yusuf). La première remarque concerne l’état d’évolution de cette société qui à cette époque utilisait déjà des couverts (couteaux). La deuxième chose qui attire notre attention c’est la réaction de ces femmes face à la beauté dont le Seigneur a gratifié le prophète Joseph : elles se sont coupées les mains sans rien ressentir !

Voilà qui pourrait expliquer la réaction du croyant et du non croyant face aux affres de la mort. Tandis que le non-croyant les subit de plein fouet et souffre le martyr lors du retrait de son âme par les anges, le croyant quant à lui est tellement subjugué par la beauté de ce qu’il voit, ce qui l’entoure et surtout ce qui l’attend qu’il ne ressent pratiquement rien du tout.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.