Jour 26

0
923

Donne-leur l’exemple de deux hommes : à l’un d’eux Nous avons assigné deux jardins de vignes que Nous avons entourés de palmiers et Nous avons mis entre les deux jardins des champs cultivés. Les deux jardins produisaient leur récolte sans jamais manquer. Et Nous avons fait jaillir entre eux un ruisseau. Et il avait des fruits et dit alors à son compagnon avec qui il conversait : « Je possède plus de bien que toi, et je suis plus puissant que toi grâce à mon clan ». Il entra dans son jardin coupable envers lui-même [par sa mécréance]; il dit : « Je ne pense pas que ceci puisse jamais périr, et je ne pense pas que l’Heure viendra. Et si on me ramène vers mon Seigneur, je trouverai certes meilleur lieu de retour que ce jardin.

Son compagnon lui dit, tout en conversant avec lui : « Serais-tu mécréant envers Celui qui t’a créé de terre, puis de sperme et enfin t’a façonné en homme ? Quant à moi, c’est Dieu qui est mon Seigneur; et je n’associe personne à mon Seigneur ? En entrant dans ton jardin, tu devais dire : « Telle est la volonté (et la grâce) de Dieu ! Il n’y a de puissance que par Dieu ». Si tu me vois moins pourvu que toi en biens et en enfants, il se peut que mon Seigneur, bientôt, me donne quelque chose de meilleur que ton jardin, qu’Il envoie sur [ce dernier], du ciel, quelque calamité, et que son sol devienne glissant, ou que son eau tarisse de sorte que tu ne puisses plus la retrouver ».

Et sa récolte fut détruite et il se mit alors à se tordre les deux mains à cause de ce qu’il y avait dépensé, cependant que ses treilles étaient complètement ravagées. Et il disait : « Que je souhaite n’avoir associé personne à mon Seigneur ! ». « S18 La Caverne V32-42 »

Voici l’histoire de deux hommes pourvus de deux âmes, l’une croyante et l’autre non. Ils ont tous deux bénéficié de dons divins pour leurs subsistances et aucun n’a été lésé.

Les attitudes de l’un et de l’autre face à ces biens sont par contre radicalement opposées.

Le discours du non croyant est empli d’arrogance et de confiance démesurées en ses ressources propres. Il finit même par croire que la vie est éternelle et remettre ainsi en cause l’Heure. Ses paroles coupées de la révélation et coupées de Dieu finiront par le perdre. Il aurait pu continuer à profiter des biens de cette vie ici-bas mais son comportement outrancier ne pouvait resté impuni

Le discours du croyant inspiré par sa foi est tout autre. On se rend compte qu’il ne s’est pas détourné de son voisin le laissant dans l’erreur, le devoir du conseil s’imposait dans cette situation. Il commença par lui rappeler qu’à l’instar de ces vignes il était issu de la terre, puis d’une semence qui avait poussé puis grandi pour faire l’homme ingrat qu’il était devenu. Il l’avertit alors que son comportement ne pouvait que lui attirer les foudres de la puissance divines. Les vignes du non croyant furent dévastées, il ne resta que la désolation et le regret.

Le bien de ce bas monde est une source de distraction qui peut nous détourner de l’Unique et nous faire oublier, l’espace d’une vie, que celle-ci n’est qu’éphémère et que la vraie vie commence réellement après la mort.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.