Le jeûne du mois de Ramadan

A l’approche du mois de Ramadan, nous avons jugé bénéfique de l’annoncer à nos chers lecteurs et chères lectrices par un rappel général qui aborde d’abord le mérite du jeûne de ce mois, puis traite des différents enseignements relatifs à cette adoration qui édifie le quatrième pilier de l’islam.

Les mérites de celui qui jeûne

Parmi l’ensemble des vertus qu’il comporte, le jeûne représente une protection contre le châtiment de l’Enfer. En effet, au jour de la Résurrection, il témoignera, tout comme le Coran, en faveur de celui qui l’a pratiqué au cours de sa vie. De plus, l’Envoyé de Dieu, paix et salut sur lui, nous a enseigné que :

« Celui qui jeûne un jour, pour la Face de Dieu, sera éloigné du feu de la distance parcourue en soixante dix années. » 1

Un jour, un homme est venu trouver le Prophète, paix et salut sur lui, pour lui demander : « Indique moi une chose qui me fera entrer au Paradis. »

L’Envoyé de Dieu, paix et salut sur lui, lui a alors répondu : « Recours au jeûne car il n’a pas d’équivalent. »

Le Compagnon lui a alors reposé une seconde fois la même question et le Prophète, paix et salut sur lui, lui a encore recommandé de jeûner2.

Le jeûne est donc non seulement un moyen d’accès au Paradis, mais il a la particularité d’accorder à la personne qui le pratique un statut particulier auprès de Dieu. En effet, le Messager de Dieu, paix et salut sur lui, nous a appris que :

« Le paradis possède une porte appelée « Ar-Rayane » (la Porte des Rafraîchissements). Seuls ceux qui jeûnaient auront la possibilité de la franchir. Ainsi, au jour de la Résurrection, on appellera : « Où sont les jeûneurs ? » Ceux qui jeûnaient se lèveront alors et y pénétreront. Après ça, plus personne ne franchira cette porte, et elle sera refermée à jamais. »3

Actes obligatoires du jeûne

Pour que son jeûne soit valable, le Musulman doit tout d’abord respecter deux principes fondamentaux : l’intention et l’abstinence.

Première condition : l’intention

L’intention est la volonté résolue, exprimée par le cœur, d’effectuer le jeûne. Il ne sera alors pas nécessaire de la prononcer à haute voix. Cependant, s’il s’agit d’un jeûne obligatoire, comme c’est le cas pendant le mois de Ramadan, elle devra être formulée avant l’aube, si possible durant la nuit précédant le jour de jeûne. Dans le cas où elle ne serait pas formulée, le jeûne deviendrait alors non valable car l’Envoyé de Dieu, paix et salut sur lui, a dit :

« Celui qui n’a pas décidé de jeûner avant la venue de l’aube, son jeûne ne sera pas acceptable. »4

Cependant, s’il s’agit d’un jeûne surérogatoire, comme c’est le cas durant les six jours du mois de Chawwal, il sera alors possible de la formuler au cours de la journée si l’on n’a rien avalé depuis l’aube.

Seconde condition : l’abstinence

Durant le jeûne, le Musulman devra s’abstenir de manger, de boire ou d’avoir des relations sexuelles avec son épouse à partir du début de l’aube jusqu’au coucher du soleil car Dieu dit :

« …et tenez vous à ce qui vous a été prescrit par Dieu sur ce point, mangez et buvez jusqu’au moment où vous pourrez distinguer la lueur blanche de la lueur noire de l’aube. Ensuite observez le jeûne jusqu’à la nuit. »5

Actes recommandés durant le jeûne

Si le Musulman veut profiter au mieux de son jeûne pour se rapprocher de Dieu, il aura la possibilité d’accomplir un certain nombre d’actes faisant partie de la Sunna du Prophète, paix et salut sur lui.

  • Premier acte : le repas de fin de nuit « As-suhur »

Le repas de fin de nuit nous a été fortement recommandé par le Messager de Dieu, paix et salut sur lui.

Pour honorer cette Sunna, le Musulman aura alors la possibilité de prendre un repas entre minuit et l’arrivée de l’aube. Cependant, il lui sera préférable d’attendre les derniers moments de la nuit car c’est ce que faisaient les Compagnons au temps du Prophète, paix et salut sur lui.

Le Croyant pourra alors choisir de prendre un véritable repas ou se contenter d’une gorgée d’eau car l’Envoyé de Dieu, paix et salut sur lui, a dit :

« Le suhur est une bénédiction. Ne l’abandonnez pas même par une gorgée d’eau car Dieu et Ses anges prient sur ceux qui s’attachent au suhur. »6

S’il arrive qu’une personne ayant l’intention de jeûner n’ait pas la possibilité de connaître précisément le moment où le soleil commence à se lever et qu’elle se trouve en train de manger, il lui sera permis de continuer à prendre son repas jusqu’à ce qu’elle soit sûre de l’arrivée de l’aube car Dieu dit dans le Coran : « Mangez et buvez jusqu’à ce que vous puissiez distinguer la lueur blanche de la lueur noire. »7

  • Deuxième acte : la promptitude à rompre le jeûne « al-iftar »

Une fois que le Musulman sera sûr que le soleil s’est couché, il devra se hâter de rompre le jeûne car l’Envoyé de Dieu, paix et salut sur lui, a dit :« Les gens seront toujours en paix tant qu’ils accéléreront la rupture du jeûne. »8

Pour cela il utilisera, si possible, un nombre impair de dattes. Dans le cas où il n’en trouverait pas, il devra alors donner la préférence à l’eau car le Messager de Dieu, paix et salut sur lui, nous les a recommandés.

Après avoir rompu son jeûne, le Croyant n’oubliera pas de prononcer l’invocation que le Prophète, paix et salut sur lui, nous a apprit à cette occasion : « La soif est étanchée, les veines abreuvées et la rétribution assurée si Dieu le veut. »

Le Musulman partira ensuite faire la prière de Maghreb puis reviendra prendre son repas. Cependant, si celui-ci est déjà servi, le Croyant devra alors manger en premier, puis aller faire la prière car l’Envoyé de Dieu, paix et salut sur lui, a dit : « Si le dîner est déjà servi, commencez par prendre votre repas avant d’accomplir la prière du coucher du soleil. »9

  • Troisième acte : l’invocation abondante de Dieu durant toute la journée

Lors de la journée, le jeûneur devra s’efforcer d’invoquer beaucoup Dieu car ses invocations seront exaucées. En effet, l’Envoyé de Dieu, paix et salut sur lui, a dit : « Trois invocations ne seront jamais refusées ; celle d’un jeûneur jusqu’à ce qu’il rompe son jeûne, celle d’un imam et celle d’une personne persécutée. »10

  • Quatrième acte : éviter tout ce qui contredit le jeûne

Pour qu’il profite pleinement de son jeûne, le Croyant devra éviter toute forme de vulgarité et de futilité dans ses propos. S’il arrivait que quelqu’un vienne à le provoquer, il devra alors simplement répondre « je jeûne, je jeûne. » En effet, le Messager de Dieu, paix et salut sur lui, a dit : « Le jeûne ne se limite pas uniquement au fait de s’abstenir de manger et de boire. Il est avant tout un arrêt total des propos vulgaires et obscènes. Si quelqu’un vous insulte ou cherche à vous provoquer, dîtes alors : je suis en train de jeûner, je suis en train de jeûner. »11

Cependant, si malgré son jeûne le Musulman persistait à mentir et à commettre des mauvais actes, il risquerait alors de voir tous ses efforts réduits à néant car l’Envoyé de Dieu, paix et salut sur lui, a dit :

« Celui qui n’abandonne pas le mensonge ni les mauvais actes, Dieu ne trouve aucun intérêt à son abstinence de nourriture et de boisson. »12

  • Cinquième acte : l’utilisation du cure-dent « as-siwak »

Pendant la journée, le Croyant aura la possibilité d’utiliser le cure-dent « as-siwak » pour imiter le Prophète, paix et salut sur lui, qui avait l’habitude de s’en servir quand il jeûnait. Cependant, il devra tout de même faire attention à ne pas en avaler afin d’éviter de rompre son jeûne.

Les actes permis durant le jeûne

  • Premier acte : se baigner

Si le jeûneur éprouve le besoin de se rafraîchir ou de se baigner, il pourra le faire, mais devra se méfier de ne pas faire entrer d’eau à l’intérieur de son corps. Cependant, si par accident cela se produisait, son jeûne ne serait pas rompu.

  • Second acte : prendre des gouttes par les yeux

Les yeux n’étant pas considérés comme une ouverture du corps vers l’extérieur, contrairement à la bouche par exemple, les savants estiment que le jeûneur peut prendre des gouttes même s’il en ressent le goût à travers la gorge.

  • Troisième acte : embrasser sa femme pour celui qui peut contrôler son désir

Il est permis à celui qui est marié d’embrasser sa femme s’il ne craint pas que cela provoque un désir chez lui. Dans le cas contraire, il devra alors éviter tout contact avec elle.

  • Quatrième acte : recevoir une injection

Le Musulman peut recevoir une piqûre pendant qu’il est en train de jeûner même si, pour certains juristes, elle est composée de nourriture. En effet, les savants considèrent que comme la substance se trouvant à l’intérieur pénètre dans le corps par un endroit inhabituel, celle-ci n’interrompt pas le jeûne.

  • Cinquième acte : la saignée

Toute forme de saignée, que ce soit une prise de sang, un don ou autre, est autorisée si elle n’affaiblit pas le jeûneur car l’Envoyé de Dieu, paix et salut sur lui, l’a pratiquée pendant qu’il jeûnait.

  • Sixième acte : le rinçage de la bouche et l’aspiration d’eau par le nez sans exagération

Le Musulman peut se rincer la bouche et aspirer de l’eau par le nez pendant qu’il jeûne. Cependant, il devra faire attention à ce que l’eau ne dépasse pas le niveau de la gorge. S’il arrive que cela se produise mais que ce ne soit pas intentionnel, son jeûne ne sera pas annulé. En revanche, dans le cas contraire, il l’aura interrompu.

  • Septième acte : avaler tout ce qui est inévitable

Il est permis au Croyant d’avaler tout ce qui est inévitable sans que cela n’invalide son jeûne. Ainsi, les savants autorisent l’absorption de la salive, de la poussière.

De plus, il est aussi permis de se parfumer et d’utiliser de la pommade pendant le jeûne. En effet, les savants estiment que ces matières ne jouent pas le rôle de nourriture chez l’homme bien qu’elles pénètrent à l’intérieur du corps.

  • Huitième acte : la permission de manger, de boire et d’avoir des rapports intimes avec sa femme du coucher du soleil à l’aube.

A partir du coucher du soleil, le Musulman pourra à nouveau manger, boire et avoir des rapports avec son épouse jusqu’à l’aube. Cependant, s’il arrive qu’il soit en train de manger et qu’il s’aperçoit que l’aube est déjà venue, il devra recracher la nourriture qu’il avait dans la bouche afin que son jeûne ne soit pas annulé. Dans le cas où il déciderait tout de même de l’avaler, son jeûne serait alors annulé. Il en est de même pour celui qui aurait entamé un rapport conjugal avec sa femme.

  • Neuvième acte : le réveil en état d’impureté majeure « al-janâbah »

Celui qui se réveille après l’aube en état d’impureté majeure, pourra aller se purifier sans que son jeûne soit annulé.

  • Dixième acte : la femme ayant accouché ou ayant eu ses règles

Il est permis à la femme ayant accouché ou ayant eu ses règles, de jeûner si les traces de sang ont disparu pendant la nuit. Dans ce cas, il faudra qu’elle se purifie avant d’aller effectuer la prière de l’aube.

Les actes annulant le jeûne

  • Premier acte : manger ou boire intentionnellement

Celui qui mange ou boit intentionnellement verra son jeûne rompu.

Cependant, s’il lui arrive d’avaler de la nourriture ou de la boisson involontairement, comme c’est le cas lors d’un oubli par exemple, il n’aura pas interrompu son jeûne car le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « La personne qui mange ou qui boit alors qu’elle a oublié qu’elle était en état de jeûne, devra poursuivre son jeûne car c’est Dieu Qui l’a nourrie et abreuvée. »13

  • Second acte : vomir intentionnellement

Celui qui vomit intentionnellement verra son jeûne annulé. Cependant, s’il arrive que ce ne soit pas volontaire de sa part, le Musulman pourra alors continuer à jeûner car l’Envoyé de Dieu, paix et salut sur lui, a dit : « Celui qui vomit involontairement ne jeûnera pas les jours manqués alors que celui qui vomit intentionnellement devra répéter son jeûne. »14

  • Troisième acte : l’accouchement ou la venue de règles chez la femme

Tous les savants sont d’accord pour dire que si la femme accouche ou voit apparaître ses règles pendant la journée, elle devra interrompre son jeûne même si cela survient peu de temps avant le coucher du soleil.

  • Quatrième acte : l’éjaculation volontaire

La sortie volontaire de sperme interrompra le jeûne quelle qu’en soit la raison.

  • Cinquième acte : l’absorption par la bouche d’aliments non nutritifs

Les savants considèrent que toute absorption d’aliments non nutritifs, tels que le sel par exemple, annulent le jeûne.

  • Sixième acte : vouloir rompre son jeûne

Le Musulman ayant décidé de rompre son jeûne l’aura annulé même s’il n’y parvient pas, car l’intention constitue un principe fondamental du jeûne.

  • Septième acte : manger, boire ou accomplir l’acte charnel avec sa femme en pensant faussement que l’heure du coucher du soleil soit arrivée

Celui qui mangera, boira ou accomplira un acte charnel avec sa femme, pensant que l’heure du coucher du soleil est déjà venue alors qu’il n’en est rien, verra son jeûne annulé.

Source : « Fiqus-sunna » – Saïd Sabiq

1 Rapporté par Ahmed

2 Rapporté par Ahmed, An Nassay et Al Hakim

3 Rapporté par Al Boukhari et Moslim

4 Rapporté par Ahmed et autres

5 Sourate La Vache – verset 187

6 Rapporté par Ahmed

7 Sourate La Vache – verset 187

8 Rapporté par Al Boukhari et Moslim

9 Rapporté par Al Boukhari et Moslim

10 Rapporté par At Tirmidhy

11 Rapporté par Ibn Khouzeyma, Ibn hibban et Al Hakim

12 Rapporté par Al Jamaa à l’exception de Moslim

13 Rapporté par Al Jamaa

14 Rapporté par Ahmed, Abou Daoud et autres

Un commentaire

  1. Salam Aleykoum

    Septième acte : avaler tout ce qui est inévitable

    \ »Il est permis de se parfumer\ »

    Il me semblait que le parfum était interdit ou déconeillé non?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer