Rayan ou l’espoir incarné

Inconnu de tous il y a encore quelques jours, son prénom et son visage ont fait le tour du Maroc et du monde depuis mardi 1er février 2022.

Dans le nord du Maroc, en région montagneuse près de la célèbre Chefchaouen, la ville aux portes bleues, Rayan un petit garçon de 5 ans à peine, tombe dans un puits en construction, et glisse jusqu’à 32 m de profondeur…

Les secours et les bénévoles commencent leur travail, rendu difficile par la friabilité du sol et les risques d’éboulement. Mais l’histoire du petit garçon est partagée via les réseaux sociaux, et très vite un élan de solidarité et de soutien se crée à travers tout le pays, et même au-delà du pays dans le monde arabo-musulman, et dans la communauté internationale.

Des peuples qui ne manquaient aucune occasion de se « critiquer » il y a à peine quelques jours en raison de différends footballistiques, ont soudain retrouvé leur lucidité et le sens des priorités, des vraies priorités…

Des peuples frères qui pensaient s’être oubliés, s’être éloignés, ont soudain renoué et se sont connectés dans les invocations et l’espoir de voir ce petit ange sortir de ce puits…

Ce petit ange, Rayan, est venu nous rappeler que la communauté de notre bien-aimé Prophète, paix et salut sur lui, ne formait qu’un seul corps, un véritable seul corps dont l’œil pleure lorsqu’un autre membre est touché par le mal.

An-Nou’mân ben Bachîr, que Dieu l’agrée, rapporte ces paroles de l’Envoyé de Dieu, paix et salut sur lui, : « Les musulmans, dans l’amour, l’affection et la miséricorde qu’ils se portent, sont comparables à un seul corps. Lorsqu’un membre est affecté, c’est l’ensemble du corps qui ressent la douleur et s’enfièvre. » (1)

Qui étais-tu, petit ange, pour que ton prénom retentisse dans toutes les mosquées du monde dans la prière du vendredi ? qui étais-tu pour que ton prénom retentisse en pleine prière du vendredi dans le lieu où notre bien-aimé a prié devant tous les autres Prophètes, en ce même mois béni ?

D’après Abou Moussa Al Ach’ari, que Dieu l’agrée, le Prophète, paix et salut soient sur lui, a dit : « Les croyants entre eux sont comme une construction, ils se soutiennent les uns les autres » et il a croisé ses doigts. (2)

Qui étais-tu, petit ange, pour que les cœurs des Hommes, de toutes religions et de toutes origines, prient pour toi et les tiens ?

Nous avons eu quelques jours pour te connaître et invoquer Dieu pour toi, quelques jours pour t’aimer et espérer ta sortie de ce puits, Dieu Exalté soit-Il te connait et t’aime plus que nous, et t’a accordé une meilleure compagnie : D’après Abou Houreira, que Dieu l’agrée, le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « Les enfants morts des musulmans sont dans le paradis, c’est Ibrahim qui s’occupe d’eux » (3)

Que Dieu te couvre de Sa Miséricorde et accorde une belle patience à tes parents et à tes proches, ainsi qu’au peuple marocain, à la communauté de notre Bien-Aimé Mohammad, paix et salut sur lui, et à la communauté des Hommes.

Que Dieu récompense tous ceux qui ont œuvré de près ou de loin pour te sortir de ce puits sombre afin que tu revoies la Lumière.

Puissions-nous ne jamais oublier ce que Dieu nous a rappelé par ton épreuve : la communauté et ses liens indéfectibles.

(1) Rapporté par Boukhârî et Moslim

(2) Rapporté par Boukhari et Moslim

(3) Rapporté par Ahmed

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page