Dans le cœur des pèlerins : Le pèlerinage, une leçon de vie

0
137

Un voyage, un témoignage, des sentiments propres à chacun et une histoire aussi divers que la différence qui peut exister entre les pèlerins. Notre sœur Ilham nous raconte comment il y a un an, elle s’envolait vers les terres saintes.


Grâce à Dieu , j’ai eu la chance et l’honneur d’être parmi Ses invités pour accomplir le Hajj, 5ème et dernier pilier de l’islam, qui malgré sa place de « dernier » n’est pas une fin en soi, mais plutôt le début du changement dans notre vie, dans notre comportement et dans nos priorités.


Parmi les conseils


Par conséquent, mon premier conseil serait de vous empresser de vivre cette expérience exceptionnelle, en lui donnant la priorité qu’elle mérite. On a effectivement tendance à oublier que ce pilier est une obligation, à partir du moment que l’on a les moyens physiques et financiers. Ce pilier passe donc avant l’acquisition d’une maison ou encore l’achat d’une voiture. Auparavant, le Hajj, dans certaines cultures, était lié à la vieillesse, c’était un voyage de fin de vie pour se faire pardonner ses péchés. Mais grâce à Dieu, de plus en plus de jeunes en font leur priorité dans la vie et Dieu sait combien ce voyage nécessite de bonnes conditions physiques.

Mon deuxième conseil c’est le bon choix des organisateurs du Hajj, n’hésitez surtout pas à invoquer Dieu avec certitude pour vous guider dans ce choix essentiel au bon déroulement du voyage de votre vie. Lorsque l’on a eu la possibilité d’accomplir notre pèlerinage, mon mari et moi-même, j’ai pris l’initiative de répertorier toutes les agences, leurs tarifs et la distance des hôtels vers les Lieux Saints. Mais avant cela j’ai invoqué Dieu de me guider vers les meilleurs organisateurs qui me permettront de vivre mon pèlerinage avec sincérité et piété.

Ce verset résonne en moi « Et si Mes serviteurs t’interrogent à Mon sujet et bien Je suis proche. Je réponds à l’appel de celui qui M’invoque lorsqu’il M’invoque. Qu’ils répondent à Mon appel et qu’ils croient en Moi, afin qu’ils soient bien guidés (verset 186, Sourate 2) Dieu a plus que répondu à mon invocation en mettant sur mon chemin, pour le voyage de ma vie, des frères et sœurs pleins de bienfaisance, de sincérité, de piété, d’altruisme… Des frères et sœurs qui deviendront ma famille de cœur, ma « oumma », un lien très fort nous unit aujourd’hui.

Le troisième conseil est destiné aux « mamans », dont la séparation avec les enfants peut être un frein à l’accomplissement du pèlerinage. Placez toute votre confiance en Dieu, et invoquez Le afin de protéger vos enfants et partez le cœur léger avec cette crtitude. Et là, on ne peut que faire le parallèle avec ce rite du Hajj, qu’est le Sacrifice en l’honneur du geste du prophète Ibrahim (paix sur lui). En effet, Dieu demande à notre bien aimé prophète Ibrahim d’égorger son fils Ismail et les deux serviteurs vont faire preuve d’une grande patience et d’une grande piété. Quelle magnifique leçon pour nous, les mères, à qui Dieu demande seulement de laisser les enfants un certain temps afin d’accomplir une obligation religieuse. Que Dieu nous facilite toute action.
Mon quatrième et dernier conseil c’est de partir avec un état d’esprit serein en demandant pardon à nos proches, nos amis et toutes les personnes que l’on a pu blesser sans oublier d’emporter la meilleure des provisions, qui n’est autre que la piété, comme nous le conseille Dieu dans Son livre Sacré. « Et prenez vos provisions, mais la meilleure provision est la piété » (verset 197/sourate 1). En faisant de notre mieux pour accomplir ce 5ème pilier, en respectant strictement chaque rite. Il faut donc se former avant le départ en ayant à l’esprit d’éloigner de nous tout mauvais sentiment ou comportement qui pourrait annuler notre Hajj (colère, rancune, insatisfaction…). Mais aussi en ne délaissant aucun acte de bien aussi minime soit-il, tel un sourire, nous permettant de nous rapprocher de Dieu et d’obtenir Sa Satisfaction

Le voyage

Le départ est prévu le 7 août 2018 à 14h. A l’aéroport je fais la connaissance d’une personne nommée« Sakina », ce n’est pas anodin puisque c’est le sentiment qui va me suivre tout au long de ce magnifique voyage. Nous prenons un premier avion pour Istanbul puis pour Jeddah. Tout se passe à merveille, nous ne cessons de prononcer la « Talbiya » avec ferveur tout en se rapprochant du rêve. Nous prenons ensuite le car direction « La Maison de Dieu », le rêve devient réalité, on commence à prendre conscience concrètement de l’honneur que nous fait Dieu en nous invitant à Sa Demeure et la « Talbiya » prend tout son sens : « Je réponds à Ton Appel, Ô Allah, oui je réponds à Ton appel… » le cœur palpite à l’approche de la Mecque, un tsunami de sentiments nous envahit (reconnaissance, joie intense, présence rapprochée deDieu, de Ses prophètes…) et les larmes ne cessent de couler.

L’arrivée à Mekka Al Moukarama

Une fois sur place nous sommes éblouis par cette Lumière particulière, autour de la Kaaba, qui illumine nos cœurs ainsi que par Sa grandeur et cette quiétude qu’elle transmet. Durant les différents rites les organisateurs nous épatent par leur professionnalisme et leur dévouement, tout cela dans la bonne humeur et le sourire. Des casques sont à notre disposition pour ne rater aucune invocation, aucun rite, aucun sermon, adapté à chaque lieu historique. Durant le tawaf une stratégie est mise en place pour permettre à chacun et à chacune de toucher la Kaaba et le coin Yémenite pour une absolution des péchés avec la permission de Dieu. Une fois la Omra accomplie, des veillées spirituelles sont organisées à un endroit précis au sein de la Mecque afin de profiter de toute la spiritualité de ce Lieu et de son histoire. Entre la prière de l’Asr et celle du Maghrib une séance d’apprentissage du coran, avec diplôme à l’appui, est mise en place en attendant les rites du Hajj.

Mina

Le 8 de dhoul hija c’est le grand jour du départ à Mina, sous les tentes, quel magnifique souvenir, je fais connaissance avec les sœurs qui m’entourent nous partageons ce que chacune a apporté (nourriture, lessive…) dans une ambiance nostalgique, pleine de bienveillance et d’entraide, toujours rythmée par un programme spirituel profond.

Arafat

Nous nous rendons ensuite à Arafat, lieu historique du sermon d’Adieu de notre bien aimé prophète Mohammad (paix et salut sur lui) où on ne peut que ressentir sa douce présence bienveillante. Arafat est aussi synonyme d’invocations intenses jusqu’au coucher du soleil.

Muzdalifa

Nous nous dirigeons vers Muzdalifa, une autre étape qui nous rappelle le jour du jugement dernier en voyant tous ces pèlerins éparpillés et vêtus de blanc rappelant le linceul. Nous dormons à la belle étoile, à même le sol muni de petit matelas… quel merveilleux souvenir qui nous renvoie à l’essentiel, l’une des meilleures nuits que j’ai passées à la fois courte et tellement reposante. A l’aube, après la prière, nous ramassons les petits cailloux que nous utiliserons plus tard aux Stèles.

Aljamarates

De retour à Mina, direction « Aljamarates » pour lancer nos cailloux en direction des Stèles en souvenirs d’Ibrahim et de sa lutte contre Satan voulant l’empêcher d’obéir à Son Seigneur quant au Sacrifice. Le but étant aussi de nous concentrer sur notre véritable ennemi déclaré ici-bas.

Le retour à la Mecque

Il se fait à pieds en une quinzaine de kilomètres en groupe et avec une facilité étonnante, comme tous les autres rites d’ailleurs, avec l’impression que les anges sont parmi nous et à travers les différents lieux chargés d’histoires, la présence des prophètes et compagnons se fait également sentir. Une joie intense m’envahit dès que j’arrive à apercevoir la Kaaba, j’ai l’impression de revoir un membre de ma famille que j’aime profondément et que je n’ai pas vu depuis longtemps. Dès la fin de notre séjour à la Mecque, nous accomplissons le Tawaf d’Adieu et c’est avec beaucoup d’émotions et le cœur serré que l’on quitte l’un des meilleurs endroits sur terre avec l’espérance du devoir accompli et agréé par Dieu ainsi que du pardon de nos péchés.

De la Mecque à Médine

Nous avons quitté Mekka Almoukarama (l’honorée) pour Médina Almounawara (l’illuminée) et ce trajet n’est pas sans rappeler la fameuse Hijra du prophète (paix et salut sur lui) aux côtés de son compagnon intime Abou Bakr (que Dieu l’agrée) , en prenant conscience de la difficulté du voyage et du courage qu’il leur a fallu pour parcourir cette distance, que nous-mêmes nous avons parcouru en quelques heures, en car, alors qu’eux deux l’avaient parcouru en une quinzaine de jours. Quel courage, quel sacrifice et quelle persévérance, autant de qualités, qui doivent nous animer. Que d’émotions !

L’arrivée à « Al Médina l’illuminée »

Une fois que nos pieds se posent sur la terre qui a accueilli notre bien-aimé prophète Mohammad, et malgré la fatigue du voyage, le simple fait d’apercevoir la Majestueuse et élégante Mosquée du prophète Mohammad nous donne une énergie incroyable et notre seul objectif est de s’empresser d’aller saluer la meilleure des Créatures et de suivre ses pas dans les deux sens du terme. Le bien-être et la paix intérieure ne font que s’amplifier au sein de ce lieu Saint illuminé et accueillant à l’image de notre prophète Mohammad. Les sourires se dessinent sur tous les visages. L’un des meilleurs moments fut d’aller prier à « Rawda Charifa », un morceau de paradis.

Conclusion

Le pèlerinage aux Lieux Saints permet de vivre le Tawhid (l’unicité de Dieu) à la source et de manière intense, ce qui permet de ressentir cette proximité unique de Dieu mais aussi de Ses messagers et de Son livre Sacré dont les paroles résonnent dans nos cœurs tout le long de ce voyage spirituel. Les conditions de vie à Mina, Arafat et Muzdalifa permettent d’apprécier ce retour à l’essentiel, loin des futilités de ce monde. C’est un voyage plein de leçons de vie et qui suscite, en nous, un besoin fondamental de changement de priorités dans notre vie, en accordant plus d’importance à nos actes d’adoration (prière, souvenance de Dieu, lecture et apprentissage du coran, veillées spirituelles…) afin de les vivre avec autant d’intensité que dans les Lieux Sacrés. Ce voyage nous motive également à être encore plus bienfaisant autour de nous et suivre ainsi les pas de notre bien-aimé prophète Mohammad, qui malgré tant d’épreuves et de rejets n’a cessé de pardonner, autour de lui, également ; Ce pardon que, nous-mêmes, nous espérons de la part de notre Seigneur à l’issue de ce pèlerinage. N’est-il donc pas temps de pardonner, également, à notre tour afin de pouvoir aller vers Dieu avec un cœur sain et purifié de tout sentiment négatif.

Après ce voyage, on n’a qu’une envie c’est que chaque musulman puisse vivre cette expérience unique au moins une fois dans sa vie. L’envie d’y retourner est tellement forte que l’on projette, à peine arrivés à la maison, de refaire nos valises pour revivre cette expérience humaine inoubliable.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.