Le cœur sain

Nous remercions Dieu Exalté soit-Il de nous avoir fait parvenir au mois de Ramadan, et de nous avoir offert une occasion de nous repentir et de revenir vers Lui, pour expier ce qui est passé et nous préparer à la vie dernière.

Nous Lui demandons de nous aider pour cela, afin que nous ne manquions pas cette occasion comme nous en avons manqué beaucoup d’autres, et que ce mois ne se termine sans que nous n’en sortions comme le jour où nos mères nous ont mis au monde : purifiés de nos péchés et des désobéissances. Et certes, cela n’est pas difficile pour Dieu Exalté soit-Il.

A cette occasion, je m’adresse à mes chers frères et sœurs, dans un ensemble d’exhortations pouvant nous aider à profiter de ce mois, à améliorer notre relation à Dieu, à développer et rénover notre Foi, car la foi s’use comme nous en a informés le Prophète (paix et salut sur lui) (1). Il est nécessaire de la renouveler de manière continue et constante, à chaque moment par le repentir, le retour vers Dieu, le regret de ce qui est passé, et par le fait d’être prêts à toujours commencer de nouvelles pages dans notre relation à Dieu Exalté soit-Il.

Un morceau de chair

D’après Nu’man Ibn Bachir (que Dieu l’agrée), le Prophète (paix et salut sur lui) a dit : « Certes le licite est clair et certes l’illicite est clair, et il y a entre les deux des choses ambiguës que peu de gens connaissent. Celui qui s’écarte des choses ambiguës a préservé sa religion et son honneur. Quant à celui qui tombe dans les choses ambiguës il tombe dans le haram comme le berger qui fait paître ses bêtes près d’un enclos réservé et sont donc sur le point de rentrer dedans. Certes chaque roi a un domaine réservé et certes le domaine réservé de Dieu est constitué de Ses interdits. Certes il y a dans le corps un morceau de chair, s’il est sain alors l’ensemble du corps est sain, tandis que s’il est corrompu alors c’est l’ensemble du corps qui est corrompu, certes il s’agit du coeur » (2)

Nous connaissons tous ce hadith, mais nous devrions voir comment nous nous sommes comportés avec ce hadith, avec cette indication prophétique, qui est en même temps un avertissement et une prévention pour chacun de nous. Le Prophète, paix et salut sur lui, nous enseigne aussi que le cœur est le pivot central, que s’il est sain, alors le corps, tous ses membres et les œuvres seront sains. Et si le cœur est corrompu, alors cela se traduira dans tout le corps et les œuvres de la personne.

Nous arrêtons-nous pour voir dans nos cœurs ? Comment savoir si nos cœurs sont sains ? Quels sont les signes de leur bonne santé ? Quels sont les signes de leur corruption ?

Un cœur limpide

Si le cœur est empli de foi, qu’il en est constamment nourri, ces signes sont le recueillement et la présence à Dieu Exalté soit-Il, il est empli de l’Amour de Dieu et de Son Prophète (paix et salut sur lui), l’amour des croyants et des croyantes, l’amour du Bien pour tous. Cela se reflète dans les actes, les œuvres et les relations. Cela ne peut être simulé sans que les œuvres ne le contredisent !

En revanche, les signes qui montrent que le cœur est malade et qu’il a des dysfonctionnements, sont visibles lors de la prière : manque de recueillement, on ne ressent pas que l’on est debout entre les Mains de Dieu Exalté soit-Il, on oublie l’importance de cette position, que l’on parle à Dieu Tout Puissant, qu’on Lui demande « guide-nous sur la voie droite », qu’on Lui demande Son Pardon, Sa Miséricorde et qu’Il nous donne beaucoup de choses…

Sommes-nous présents durant ce dialogue avec Dieu Exalté soit-Il ?

Si le cœur est absent à ce moment-là, et qu’il est distrait lorsque l’on fait le dhikr (le rappel de Dieu), on mentionne Dieu avec la langue alors que nos cœurs et nos esprits sont ailleurs, et les fruits de ce dhikr ne parviennent pas à nos cœurs…cela signifie qu’il y a quelque chose d’anormal, un problème qu’il faut résoudre !

On ne doit pas accepter une telle situation, surtout lorsqu’elle se prolonge dans le temps, car elle est dangereuse au point où le Prophète (paix et salut sur lui) demandait la Protection de Dieu contre « un cœur qui ne se recueille pas et un œil qui ne pleure pas… ».

Si le fidèle écoute le Coran et fait du dhikr sans que cela ne le touche, et si cette situation se prolonge, le risque est que son cœur se durcisse et n’interagisse plus avec ce qu’il dit, ce qu’il lit du coran, ou ce que ses adorations devraient avoir comme trace sur le cœur.

Le durcissement du cœur

Dieu dit : « Le moment n’est-il pas venu pour ceux qui ont cru, que leurs cœurs s’humilient à l’évocation d’Allah et devant ce qui est descendu de la vérité [le Coran] ? Et de ne point être pareils à ceux qui ont reçu le Livre avant eux. Ceux-ci trouvèrent le temps assez long et leurs cœurs s’endurcirent, et beaucoup d’entre eux sont pervers. » (2)

Si le cœur ne se recueille pas, que l’œil ne pleure pas, et que cela arrive de temps en temps, c’est une chose naturelle car l’humain n’est pas un ange…mais ce qui est inquiétant, c’est lorsque la situation se prolonge et qu’elle devienne normale et qu’on ne cherche pas à y remédier !

C’est la raison pour laquelle le Prophète (paix et salut sur lui) dit « s’il est sain … ». Ceci est un avertissement et on doit faire très attention à ce cœur, travailler à le soigner et ne pas accepter cet état : on se tourne vers notre Créateur Tout-Puissant et on Lui demande d’adoucir nos cœurs, comme l’a fait notre Prophète (paix et salut sur lui). D’après Anas Ibn Malik (que Dieu l’agrée), le Prophète (paix et salut sur lui) disait fréquemment : « Ô Toi qui fais tourner les cœurs, affermis mon cœur sur Ta religion ». J’ai dit : Ô Messager de Dieu ! Nous avons cru en toi et en ce avec quoi tu es venu. As-tu peur pour nous ? Le Prophète (paix et salut sur lui) a dit : « Oui, certes les cœurs sont entre deux doigts parmi les doigts de Dieu, Il les fait tourner comme Il veut ». (3)

Il est donc nécessaire de se tourner vers Dieu, c’est Lui qui détient nos cœurs entre Ses Mains, pour qu’Il raffermisse nos cœurs, qu’Il leur donne la Foi et leur fasse goûter la Douceur de celle-ci, de l’Amour de Dieu et de Son Prophète (paix et salut sur lui).

Ceci nous demande un ensemble d’actions et d’actes à entreprendre, et un ensemble de choses dont on doit s’éloigner.

La cause de cet état peut être soit la négligence dans certaines adorations et actions que nous devons faire, ou bien le contraire, c’est-à-dire que nous négligeons ou faisons certaines choses que Dieu et Son Prophète (paix et salut sur lui) nous ont interdites, sans en être catastrophés.

Nous demandons à Dieu Exalté soit-Il de nous rendre attentifs à ce sujet et qu’Il ne fasse pas de nous des gens insouciants à l’état de leurs cœurs, et que la situation du manque de recueillement, de pleurs entre les Mains de Dieu, de la Rencontre avec Dieu, ne soient pas uniquement des choses au sujet desquelles ils lisent et par lesquelles ils ne se sentent pas concernés.

Nous demandons à Dieu de nous accorder la Sagesse et la Bienséance.

A suivre …

D’après la vidéo de Fathallah Arsalane :  القلب السليم 1: القلب

(1)   « Certes la foi s’use dans la poitrine de l’un d’entre vous comme s’use le vêtement, ainsi demandez à Dieu de renouveler la foi dans vos coeurs ». (Rapporté par Al Hakim)

(2)   Rapporté par Boukhari

(3)   Coran : al Hadid (le Fer), verset 16

(4)   Rapporté par Tirmidhi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page