Le jour et la nuit du croyant : la prière, le pilier de la Foi

Hassan al-Basri (paix à son âme) dit : « Ô fils d’Adam ! Tu n’es qu’une somme de jours ; chaque jour qui passe, c’est une partie de toi qui disparaît ! »

 La prière est un lien avec Dieu

Celui qui a prié réussira sa connexion avec Dieu Exalté soit-Il grâce à elle, celui qui n’a pas prié subira un châtiment après avoir coupé ce lien.

 Le professeur Abdessalam Yassine, paix à son âme, dit dans son testament : « Je laisse en commandement de veiller à la prière, de l’accomplir à la mosquée et en groupe, en accordant une attention scrupuleuse aux conditions de purification et en suivant l’exemple du prophète, dans les mouvements, les horaires et la manière »

La prière ! La prière ! La prière ! Elle est le pilier de la foi, son fondement.

 « Ô mon Seigneur ! Fais que j’accomplisse assidûment la prière ainsi qu’une partie de ma descendance ; exauce ma prière, ô notre Seigneur ! »  (1)

La prière est le pilier de la Foi car nous y proclamons la Grandeur de Dieu : « Dieu est plus Grand !» (Allaho Akbar !), plus grand que la vie ici-bas, que la vie dernière et tout ce qu’elles contiennent.

Dieu a rendu la prière obligatoire pour Ses Serviteurs et en a fait le 2è pilier de l’Islam après l’attestation de foi ; elle est une caractéristique évidente de la soumission du Serviteur au Seigneur des Mondes.

La prière, clé de la réussite du croyant

Sur sa validité et sa maîtrise, repose la réussite du croyant dans le reste des œuvres et des moyens d’atteindre la Proximité de Dieu.

De plus, Dieu nous accorde de grandes faveurs et de nombreux dons pour son accomplissement. Ainsi, le Prophète (paix et salut sur lui) se réfugiait dans la prière chaque fois qu’une chose le tourmentait.

Dieu Exalté soit-Il dit : « Ô croyants ! Cherchez secours dans l’endurance et la prière. Car Dieu est avec ceux qui sont endurants. » (2)

« Et cherchez secours dans l’endurance et la prière : certes, la prière est une lourde obligation, sauf pour les humbles qui ont la certitude de rencontrer leur Seigneur (après leur résurrection) et retourner à Lui seul. (3)

La prière a de multiples mérites : elle est parmi ce qui « éloigne de la turpitude et du blâmable » ; celui dont la prière ne l’éloigne pas de la turpitude et du blâmable, sa prière est comme inexistante ; en effet, quand le Serviteur de Dieu accomplit sa prière en respectant ses règles, en étant recueilli, elle fait naître dans son âme un important frein qui le débarrassera de tout ce qui est mauvais, et l’aidera à atteindre tout ce qui est meilleur pour lui ici-bas et dans la vie dernière.

La prière, une ascension et une élévation

Cette ascension se réalise lorsque le croyant se débarrasse de tout ce que sa nature humaine a accumulé, et s’élève vers les horizons spirituels ; il est alors heureux de se tenir debout entre les Mains de son Seigneur, Le suppliant avec Ses Paroles, cherchant à Lui plaire par sa lecture du Coran, faisant Son Eloge pour qu’Il l’aime, en se repentant et en étant humble entre Ses Mains Exalté soit-Il.

C’est en étant prosterné que le croyant est le plus proche de Dieu : Il répand de Sa Lumière sur Son Serviteur quand ce dernier est proche de Lui car Il est La Lumière Exalté soit-Il.

C’est pour cela qu’après la prière, l’état et le visage du croyant sont différents qu’avant la prière car il était proche de Dieu qui a répandu de Sa Lumière sur lui.

Quand on frappe à la porte des humains, on a la main levée, dans une position fatigante et épuisante, en hauteur et on frappe sur du bois ou du métal…alors que nous frappons à la Porte de Dieu avec nos fronts sur le sol de l’humilité, du dénuement, de la nécessité et de la Fuite vers Dieu.

En levant nos mains (en faisant le takbir), nous laissons la vie ici-bas derrière nous, ensuite on avance vers la vie dernière et vers notre Seigneur dans la prière ; nous renouons le lien avec Dieu, par Son Rappel et l’invocation : « Certes, c’est Moi Dieu : point de divinité que Moi. Adore-Moi donc et accomplis la prière pour te souvenir de Moi. »  (4)

Le Rappel et l’invocation sont une corde avec laquelle nous montons pour nous élever vers Dieu.

La prière à l’heure et en groupe à la mosquée

 La prière accomplie à l’heure, à la mosquée en groupe, est un régulateur pour le musulman puisqu’elle le transporte d’un temps qui s’écoule, attaché aux relations du travail, du repos, de la nourriture et du divertissement vers le temps de la Foi, attaché aux Adorateurs de Dieu, Le priant 5 fois par jour en plus de la prière du vendredi ; elle le transporte des lieux de divertissement et de l’insouciance vers la maison de Dieu, répondant à Son Appel, en symbole d’obéissance et d’humilité…

Elle le transporte de la grande solitude et de la compagnie des insouciants vers le rang des gens en prière, serrés et proches, entre les Mains de Dieu.

La prière obligatoire doit être accomplie à son heure et à la mosquée, elle est meilleure que la vie ici-bas et ce qu’elle contient car elle est la réponse à un Appel : Allaho akbar ! Dieu est plus Grand !

« Ils y vont en toute sérénité. Ils se sont faits beaux pour la mosquée Leurs cœurs ont été attachés à la mosquée. Ils s’y rendent pour visiter ce qu’ils y ont attachés : leurs cœurs. » (Poème)

Il faut veiller à accomplir les prières de l’aube (sobh) et du soir (‘icha) en groupe à la mosquée ; nous ne devons pas nous trouver des excuses pour retarder la prière, ni pour relâcher nos efforts et ne pas la faire à la mosquée en groupe !

La prière individuelle quand il y a un motif valable et la prière de la femme à la maison, sont des exceptions à la règle qui est de l’accomplir en groupe à la mosquée.

« Des hommes que ni le négoce, ni le troc ne distraient de l’invocation de Dieu, de l’accomplissement de la prière et de l’acquittement de la Zakât, et qui redoutent un Jour où les cœurs seront bouleversés ainsi que les regards. » (5)

L’accomplissement de la prière peut-il avoir lieu en dehors de son heure et du groupe ?

La prière en groupe est 27 fois supérieure à la prière individuelle, et ce mérite ne vaut que pour le fait de la faire en groupe et non seul !

A cette valeur 27 fois supérieure, s’ajoutent : la compagnie de ceux qui prient, leurs souffles, les miséricordes que Dieu descend sur eux, il y a le fait de sourire à ton frère (sadaqa), il y a les salutations pendant lesquelles les péchés s’effacent, il y a le lien avec la mosquée, l’attente de la prière suivante…il y a d’autres choses qui s’ajoutent à cette supériorité de 27 fois, pour en faire des niveaux aux bienfaits sans limite.

Dieu a partagé la prière entre Lui et Son Serviteur 

La prière est une supplication : le croyant sait que Dieu est proche de lui pendant la prière, que c’est pendant la prosternation qu’il est le plus proche de Lui, que la Proximité de Dieu s’obtient d’abord par l’accomplissement des prières obligatoires…si l’obligatoire est faite correctement et avec recueillement, les prières surérogatoires seront valides.

Si le croyant sait cela, il veillera encore plus à accomplir les prières surérogatoires, et à ne pas négliger celles qui sont obligatoires.

Abu Horayrah, que Dieu l’agrée, rapporte que le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « Dieu (Puissant et Sublime) dit : Quiconque montre de l’inimitié à un de Mes serviteurs dévoués, Je lui déclare la guerre. Mon serviteur ne s’approche de Moi que par ce que J’aime le plus, par les devoirs religieux que Je lui ai enjoints, et Mon serviteur ne cesse de se rapprocher par des œuvres surérogatoires jusqu’à ce que Je l’aime. Quand Je l’aime, Je suis l’oreille par laquelle il entend, l’œil avec lequel il voit, la main par laquelle il prend et le pied avec lequel il marche. Qu’il Me demande [quelque chose], et Je lui donnerai sûrement, et qu’il Me demande refuge, Je le lui accorderai sûrement. Aucune chose ne Me fait hésiter plus que [de prendre] l’âme de Mon fidèle serviteur : il déteste la mort et Je déteste le blesser. »(6)

Les prières surérogatoires 

Il existe différentes prières surérogatoires (ar-rawatib) :

D’après Oum Habiba, que Dieu l’agrée, le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « Celui qui accomplit dans le jour et la nuit douze unités de prière, Dieu lui construit une maison au Paradis : quatre avant le dohr, deux après le dohr, deux après le maghreb, deux après le ‘icha et deux avant la prière du matin ». (7)

En plus de ces prières surérogatoires citées dans ce hadith, d’autres nous sont conseillées.

La prière de doha (prière des repentants) : D’après Abou Dharr et Abou Dardâ, que Dieu les agrée, le Messager de Dieu, paix et salut sur lui,  rapporte que Dieu dit : « Ô Fils d’Adam ! Effectue pour Moi quatre rakaats en début de journée, et Je t’accorderai la suffisance pour la fin de la journée ».

Entre l’appel à la prière et la prière du maghreb : Abdollah ibn Moghaffal, que Dieu l’agrée, le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « Entre le premier appel à la prière (adhân) et le second (iqâma), il y a une prière, le répétant à trois reprises, avant d’ajouter : Pour celui qui le veut. » (8).

Avant la prière de l’Asr : Selon Ibn Omar, que Dieu l’agrée, le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « Que Dieu fasse miséricorde à un homme qui prie quatre unités de prière avant le ‘asr. » (9).

Après avoir fait les ablutions : Selon Othmân ibn Affân, que Dieu l’agrée, le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « Quiconque accomplit ses ablutions de cette manière puis effectue deux rak’ats en étant concentré verra ses péchés antérieurs effacés. » (10)

La prière de consultation (istikhara) : Jabir Ibn Abd Allah as-Solami, que Dieu l’agrée, rapporte : « Le Messager de Dieu (paix et salut sur lui) apprenait à ses compagnons à consulter [DIEU] en toute affaire comme il leur apprenait une sourate du Coran :  il (paix et salut sur lui) dit : « Quand l’un de vous projette une affaire, qu’il accomplisse deux rak’aats surérogatoires puis qu’il dise :  Ô Seigneur, je viens prendre conseil auprès de Ta science et prendre force dans Ta force. Je viens Te demander de Ta générosité infinie. Car Tu es capable et je suis incapable, Tu sais et je ne sais pas et c’est Toi le Grand Connaisseur des mondes inconnus. Ô Seigneur, si Tu sais que cette affaire est pour moi une source de bien pour ma religion, pour ma vie ici-bas et pour ma destinée future (ou il a dit : pour mon présent et pour mon futur), destine-la moi, facilite-moi sa réalisation et bénis-la pour moi. Et si tu sais que cette affaire est pour moi une source de mal pour ma religion, pour ma vie d’ici-bas et pour ma destinée future (ou il a dit : pour mon présent et pour mon futur) détourne-la de moi et détourne-moi d’elle. Prédestine-moi le bien où il se trouve et inspire m’en la satisfaction.  (11)

La prière de consultation évite d’être déçu et la demande de conseil (istichara) évite le regret. Les compagnons (que Dieu les agrée) apprenaient à faire la prière de consultation comme ils apprenaient un verset coranique.

Comment ne pas avoir un besoin auprès de Dieu ? Comment ne pas Lui exposer notre besoin ?

La personne intelligente est celle qui fait assidûment la prière de consultation chaque jour, qu’elle considère comme le moyen d’obtenir la guidance de Dieu dans chacune de ses affaires.

La prière du besoin (Al haja) est important également de faire régulièrement pour manifester son dénuement devant Dieu Exalté soit-Il et recourir à Son Aide.

La prière doit être la chose la plus importante pour nous comme le disait le calife Omar Ibn al Khattab, que Dieu l’agrée : « votre affaire la plus importante pour moi est la prière ».

La prière nocturne : Lorsqu’il faisait le tour de l’armée avec laquelle il allait combattre, Saladin (paix à son âme) disait : « c’est par là que viendra la victoire ! » lorsqu’il trouvait des soldats en prière. Et quand il voyait des soldats insouciants au sujet de la prière nocturne, il disait : « de là viendra la défaite ! »

C’est pour cela que la meilleure prière après l’obligatoire, c’est la prière en secret, la prière nocturne ! Dieu Exalté dit : « Et de la nuit consacre une partie [avant l’aube] pour des prières surérogatoires : afin que ton Seigneur te ressuscite en une position de gloire. » (12)

« La prière pendant la nuit est plus efficace et plus propice pour la récitation. » (13)

Le recueillement (al khouchou’) est l’âme de la prière, et ceci ne s’obtient qu’à travers la compagnie (sohba) des gens humbles, et par la Parole Bénie (la ilaha illa Allah) lorsqu’elle atteint les cœurs.

La jauge de la Foi de chaque croyant et croyante, c’est leur degré de recueillement durant la prière : ils voient si leur Foi a augmenté ou diminué. Ainsi chaque croyant doit veiller à être présent autant que possible à chacune de ses prières, car il ne lui sera inscrit de sa prière que ce qu’il aura accompli avec le cœur et avec une intention pour Dieu.

L’insouciance est naturelle : on doit déployer les efforts nécessaires pour être présent à Dieu chaque fois que l’on oublie, et demander le Pardon de Dieu 3 fois après chaque prière pour qu’Il nous pardonne notre insouciance et nos manquements.

Nous demandons à Dieu Exalté soit-Il de nous compter parmi ceux dont la présence est effective pendant la prière, et qui s’engagent dans le projet de la vie dernière, loin de cette vie ici-bas, de son envoûtement et de ses charmes.

D’après la vidéo de Mounir Regragui : يوم المؤمن وليلته 6 | عماد الدين

Lire aussi : La prière, creuset des qualités morales du croyant

(1)    Coran : Ibrahim, verset 4

(2)    Coran : Al Baqara, verset 153

(3)    Coran : Al Baqara, versets 45-46

(4)    Coran : Ta-Ha, verset 14

(5)    Coran : An-Nour, verset 37

(6)    Rapporté par Boukhari

(7)    Rapporté par Tirmidhi

(8)    Rapporté par Boukhari et Moslim

(9)      Rapporté par Thirmidi

(10)   Rapporté par Boukhari et Moslim

(11)   Rapporté par Boukhari et Moslim

(12)    Coran : le voyage nocturne, verset 79

(13)   Coran : l’Enveloppé, verset 6

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page