Au cercle de l’éveil, le soleil émerveille

0
1025

Le Coran comme guide éblouissant et rayonnant. Au milieu de notre cercle, il est à chaque fois présent.

Nous commençons par en lire quelques versets afin de débuter au mieux notre assise hebdomadaire !

Non seulement pour se concentrer, mais afin que les Anges descendent et nous entourent de leurs ailes tel que nous l’a annoncé le Prophète Bien-aimé, paix et salut sur lui :

« Il n’est pas un groupe de gens qui s’assoient pour évoquer Dieu sans que les anges les entourent, que La miséricorde Les recouvre, que La sérénité descende sur eux, et que Dieu Les mentionne auprès de ceux qui se trouvent auprès de Lui. »[1]

 

C’est un voyage dans un pays merveilleux que nous entamons chaque fois que nous sommes réunies. Des sœurs assises ensemble tournées vers le Divin. Chacune d’entre nous a son histoire, ses blessures, ses besoins, ses douleurs…. Mais sans aucun doute, chacune d’entre elle a des qualités, une force, des choses à donner.

Les assises de la foi sont vécues différemment par les personnes présentes mais elles sont assurément enveloppées de Bénédiction et d’Amour Divin à qui veut bien le voir et le sentir. A qui veut bien y croire et tourner son cœur repentant vers Lui !

Dans la course effrénée qu’est la vie, dans l’insouciance et l’oubli où nous tombons parfois, les assises de la foi viennent nous rappeler l’essentiel, nous rappeler notre but.

Elles sont non seulement un moment d’évocation de Dieu, une pause dans notre train-train quotidien. Mais aussi un moment de questionnement, venant nous demander « Où en es-tu du Coran ? » « Quelle place as-tu donné à Dieu dans tes multiples tâches quotidiennes ? » « Où en es-tu de la souvenance de Dieu, de Son évocation ? »

Je me sens si petite fasse à celle qui clôturera bientôt la sourate Al Baqara. Si petite fasse à celle qui pleure ses péchés. Si petite fasse à celle qui regrette son passé.

Un moment d’échange lorsque le cercle se fait plus intime et que les confidences du cœur se font entendre. Un groupe de parole lorsque les blessures de l’Ame refont surface et que les sanglots empêchent de parler.

Tant d’amour en Lui, tant de pleurs pour Lui. Comment se priver de ces assises bénies où le temps s’arrête ! Pourquoi se priver de donner quelques heures de son temps afin de Se retrouver près de Lui.

Seigneur, tu m’as privilégiée en me faisant goûter cet amour en Toi. Seigneur, je ne me sens pas à la hauteur, es-Tu Satisfait de moi ? A quoi me sert mes richesses, mon savoir et mon intelligence s’ils ne sont pas utilisés pour Toi ?

Ces assises me font du bien, ces assises de lumière m’apprennent chaque jour sur moi-même. Patiente donc avec ceux qui mentionnent le Nom de Dieu Ô Ame ! Patiente donc avec ceux qui te veulent du bien comme il est cité dans le Saint Coran :

« Fais taire ton impatience (en restant) avec ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir, et recherchant sa Face. Que ton regard ne se détourne pas d’eux pour aller à la recherche du faux brillant de la vie sur terre. N’obéis pas à celui dont Nous avons rendu le coeur imperméable à Notre rappel, celui-là même qui ne suit que sa passion et dont le comportement est outrancier »[2]

Ces assises me blessent car me mettent face à tous mes manquements, tous mes défauts, toutes mes faiblesses !

Se remettre en question, prendre de nouvelles résolutions. Etre plus sévère envers soi mais toujours plus douce avec les autres.

En rentrant chez moi, le sourire de mes enfants illuminent le salon car chaque fois que je reviens de ces assises bénies, c’est comme si je découvrais à nouveau les bienfaits de Dieu à mon égard.

La vie me semble plus belle et rien ne me semble impossible. Cette Sérénité, cette Miséricorde font jaillir dans mon cœur un arc-en-ciel de bonheur. Cet amour en Dieu, les larmes de mes sœurs, leurs sourires et leurs tendresses me donnent envie de donner le meilleur de moi-même.

Ne nous prive pas Seigneur de ce Cercle de Lumière, cercle de prière ! Cercle de conseil, Cercle de merveilles.


[1] Rapporté par Muslim, selon Abu Hurayra  et selon Abou Sa’id

[2] Coran : la caverne, V28

1 commentaire

  1. alaikoum salam oukhti,

    pour répondre à votre question, ces assises ont lieu dans beaucoup de villes alhamdoulillah;
    elles ont généralement lieu dans les maisons…à l’instar de ce que faisaient les compagnons de notre bien-aimé Prophète salla Allaho alayhi wa sallama, qui se réunissaient dans la maison d’Arqam ibn al Arqam pour apprendre leur religion…

    si ces assises vous intéressent, n’hésitez pas à dire dans quelle ville vous êtes, il y aura surement quelqu’un de votre ville pour vous y inviter inchaAllah…

    salam

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.