Le confinement, et si c’était une opportunité ?

Nous voici confinés à domicile depuis quelques jours, ne pouvant sortir que pour les courses essentielles, aller travailler ou se soigner. En France, une bien « drôle » d’ambiance s’est installée, comme dans plusieurs pays dans le monde.

Chacun d’entre nous doit prendre ses responsabilités et suivre drastiquement ce confinement pour le bien de tous. Le virus ne pourra être repoussé que de cette manière. Et aussi difficile que soit le confinement, il nous faut nous y soumettre.

Pour les enfants, il n’est pas évident de comprendre qu’il n’y ait plus d’école, plus d’activités extra-scolaires, plus de sorties au parc ou dans d’autres structures pour se détendre et s’amuser.

Puisque ce confinement est nécessaire, peut-être devrions-nous en tirer une force et réfléchir sur ce que nous pouvons faire durant les jours à venir et aussi difficile soit-il, lorsque nous pensons aux personnes qui vivent ce genre de situation durant l’année et cela depuis plusieurs années telles que les personnes dans les pays en guerre ou qui subissent le blocus notamment à Gaza, finalement notre situation est-elle à plaindre ?

Ce virus venu ébranler nos vies et remettre en question notre soi-disant stabilité devrait être un tremplin pour réfléchir au sens de nos vies et nous poser les bonnes questions pour prendre un nouveau départ.

Quel sens a donc cette épreuve pour toi ? pour moi ? pour nous ? et quelles leçons seront tirées lorsque la tempête aura laissé place au calme ?

Et si nous profitions de ce virus pour revoir à quel point nous sommes faibles et impuissants face aux événements qui nous dépassent ?

Et si nous profitions de ce virus pour penser à tous ceux qui vivent la famine, la guerre, l’injustice ?

Et si nous profitions de ce virus pour nous remettre en question sur tous les bienfaits dont Dieu, dans Son immense générosité, nous comble chaque jour et que nous ne partageons pas avec nos semblables ?

Et si nous profitions de ce virus pour voir à quel point être en bonne santé n’a pas de prix ?

Et si tout simplement, nous profitions de ce virus pour nous rendre compte que la vie est précieuse et que sur cette terre, on ne vit qu’une fois ?

De cette épreuve nous pourrions sortir plus conscients de tout ce que nous avions et qui semblait jusqu’alors acquis et banal : une promenade en forêt, dans un parc, rendre visite à nos familles, aller au bureau, faire du sport, nous rendre dans les lieux de cultes, emmener nos enfants à l’école… Ceci nous est retiré un temps peut-être pour que nous nous éveillions à la gratitude et à la reconnaissance envers Dieu.

Une épreuve qui peut nous faire tirer tellement de leçons profondes, loin de céder à la panique, soyons prudents et vigilants et profitons-en pour revoir le curseur de notre confiance en Dieu et de notre foi…

Et parce qu’il ne nous est pas possible pour le moment de sortir, profitons-en également pour :

–        Préparer le ramadan en jeûnant quelques jours

–        Renouer avec le coran

–        Avancer sur des projets qui nous tiennent à cœur

–        Revoir notre relation avec notre Créateur

–        Invoquer et évoquer Dieu

–        Apprendre une science utile

–        Aider nos enfants à avancer sur leurs leçons et essayer de pallier certaines lacunes

–        Prendre des nouvelles de nos familles via les différents réseaux sociaux et au téléphone

–        Prendre du temps afin de faire ce que nous n’avons pas eu le temps de faire jusqu’ici

–        Prendre du temps pour soi et se reposer

–        Ecrire, lire, partager avec ceux que nous aimons à distance

–        Bricoler

–        Faire du tri

–        Commencer un grand ménage de printemps

–        Ranger notre paperasse

–        Faire du sport et des repas faits-maison pour le bonheur des petits et des grands

–        Etre solidaire avec nos voisins et personnes les plus fragiles

–        Etre utile aux personnes qui en ont le plus besoin

–        Avoir des moments de détente en famille tel qu’un film ou une série.

Et s’il ne nous est pas permis de sortir, n’oublions pas qu’il est encore autorisé de rire voire même d’avoir de nombreux fous rires, sourires et bien-sûr plus que jamais, il est encore permis et surtout temps de s’aimer, se pardonner pour reprendre le cours de nos vies sur de nouvelles bases, dès la fin du confinement.

A tous, beaucoup de courage, de foi et de force !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page