Des noms qui ne font pas partie de l’histoire de France ?

0
252

Notre douce France, terre d’accueil et d’asile qui ouvrait jadis bien grands les bras pour qui venait de loin s’y réfugier, serait-elle maintenant prête à fermer les bras et à donner la parole à certains qui oseraient crier haut et fort que certains noms font honte à la France ? Que certains noms ne feraient pas partie de l’histoire de la France ?

L’Histoire de l’immigration en France peut être divisée en trois vagues d’immigrations successives: La première vague caractérisée par l’afflux de main d’œuvre lors de la révolution industrielle. La deuxième vague caractérisée par le besoin de main d’œuvre pour reconstruire la France à la fin de la Première Guerre mondiale. La troisième vague caractérisée par l’arrivée d’immigrants pour la reconstruction de la France après la Seconde Guerre mondiale. (1)

Toutes ces vagues d’immigrations ont été la force, la chance de notre pays pour se relever après des lendemains chaotiques, meurtriers et sanglants. Ces pères, ces mères qui arrivèrent de Pologne, Italie, Maghreb, Afrique … ont contribué à rendre un visage à ce pays meurtri. Ces personnes se sont installées, ont bâti des maisons et des foyers, ils ont travaillé durement et parfois au prix de leur vie et de leur santé, ils ont aimé cette France, ils lui ont donné leur temps, leur énergie et leur jeunesse s’est fanée à reconstruire ce qui avait été détruit.

Venant de contrées lointaines, ils arrivaient avec leurs coutumes, cultures, religions et habitudes qu’elles soient vestimentaires, culinaires ou autres. Un souffle d’espoir se posait enfin sur une France qui sortait de la guerre pour remettre debout des murs et des hommes. Sans compter ces vaillants guerriers défendant la France et y laissant parfois la vie….

Ces parents voyaient dans leurs enfants qui naissaient sur le sol français ou qui, tout petits, étaient nés ailleurs, un avenir pour ce pays et l’occasion de vivre plus dignement dans une France prospère qui offrait des opportunités. Leurs enfants étant une partie d’eux, ils leur donnaient les plus beaux prénoms, ceux qui rappellent le pays, à connotation étrangère, qui rayonnent comme le soleil et qui brillent des couleurs de l’arc-en-ciel. Les prénoms de leurs enfants étaient toute une histoire, tout un héritage et c’est ainsi que le paysage français bientôt s’embellit, à travers ces noms aux belles résonnances venues d’ailleurs.

Qu’aujourd’hui, nous puissions entendre que les prénoms étrangers sont une honte à la France, que ces prénoms ne font pas partie de la France est scandaleux. Ces prénoms sont au contraire une richesse à celui qui se veut ouvert d’esprit, qui connait l’histoire de son pays et qui souhaite contribuer au vivre-ensemble.

Une richesse et une chance parce que la France ne serait pas ce qu’elle est si elle n’avait pas été terre d’asile et d’accueil. Comment donc voulons-nous un climat serein et éviter les frustrations à nos jeunes lorsque des choses aussi haineuses sont dites et acceptées sur des plateaux de télévision ou sur des antennes radios ?

Beaucoup de jeunes notamment dans les quartiers en arrivent à des actes de violences et de délinquances sous les regards réprobateurs des politiciens et des citoyens… Il serait peut-être bon de se demander comment ces jeunes se sentent-ils acceptés et intégrés dans la république, comment ces jeunes se sentent-ils appartenir à la France sans renier leurs histoires, celles de leurs parents et de leurs ancêtres ? Comment ces jeunes peuvent-ils se sentir fiers de s’appeler Mohamed, Hapsatou, Gino, Antonio, Angelika, Ola, Rachid, Nadia, Fatima…. lorsqu’on veut leur faire croire que leurs prénoms sont une honte à la France, que leurs prénoms ne font pas partie de l’histoire de la France ?

Au lieu de faire taire certains prénoms, il serait peut-être bon de faire taire certains discours qui desservent notre pays, son unité et sa stabilité !

—————————————-

(1) Wikipedia

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.