Les enfants d’aujourd’hui ne sont pas ceux d’hier

0
172

Combien de fois avons-nous entendu dire ou avons-nous pensé que oui, décidément les enfants d’aujourd’hui n’étaient plus les mêmes qu’autrefois. Parfois cette analyse vient de nos parents et grands-parents qui voient nos enfants plus «  agités », plus «  nerveux », moins « obéissants »….  Nous aimerions parfois reproduire la même éducation que celle que nous avons reçue pensant que ça marcherait mais le constat est là et sans appel : les enfants d’aujourd’hui ne sont plus les mêmes qu’avant et l’éducation d’antan ne peut donc fonctionner avec eux, sans compter que nos parents et grands-parents ont parfois usé de la force et de la violence avec des punitions et châtiments corporels ou des violences psychologiques qui ont marqué une bonne partie d’entre nous…

Et si nos enfants n’étaient plus les mêmes qu’avant parce que tout simplement la société, l’environnement, l’école, le quotidien et nous également n’étions plus les mêmes ? Et s’il nous fallait faire un point et un bilan sur la façon dont vivent nos enfants pour comprendre pourquoi ils sont plus «  stressés », «  anxieux » ou «  énervés »? Et si le secret de la réussite et du succès dans l’éducation était dans « la parentalité bienveillante et positive » ?

La parentalité positive, qu’est-ce donc ?

La parentalité positive, c’est être totalement orienté vers le positif, le constructif ! Avant, les parents cherchaient à « détruire » les mauvais penchants de l’enfant (qui du coup se « sent » mauvais, méchant) ; avec la parentalité positive, on réfléchit différemment, pour éviter tout ce qui fait peur ou honte à l’enfant.

C’est en finir avec les punitions et évidemment avec les châtiments corporels, c’est accompagner l’enfant à grandir et à pouvoir exprimer ses émotions et sentiments, c’est respecter la personne qu’est notre enfant et les ressentis de notre enfant et les voir comme étant des êtres à part entière. On ne soumet plus l’enfant, on l’accompagne et on l’aide à grandir. Tout un programme qui vaut la peine d’être abordé, étudié et appliqué !

Un enfant n’est pas un adulte

C’est logique me direz-vous ! Et pourtant combien de fois avons-nous attendu de nos enfants qu’ils agissent comme nous aimerions, sans prendre en compte qu’ils n’étaient que des enfants et qu’ils étaient donc incapables vu leur jeune âge d’exécuter ce que nous leur demandions ? Combien de fois avons-nous demandé qu’ils cessent de pleurer comme un bébé, qu’ils se comportent bien, arrêtent de gigoter partout, arrêtent de courir et faire du bruit ? Combien de fois avons-nous attendu d’eux des « comportements raisonnés et réfléchis » alors que leur cerveau non mature ne pouvait ni comprendre ni appliquer nos demandes ?

Alors, oui ! Tout le monde sait qu’un enfant n’est pas un adulte et c’est pour cela que nous devrions tous avoir conscience que son comportement, sa façon de percevoir le monde, son cerveau, son corps … ne fonctionnent pas comme les nôtres !

Dès lors que nous prenons conscience que nos enfants sont des êtres en devenir et qu’il nous faut comprendre leurs mécanismes, les outils dont ils disposent, les moyens qui sont les leurs… nous serons déjà un peu plus bienveillants puisqu’une très grande partie de leurs comportements sont indépendants de leur volonté.

Dans quel monde vivent nos enfants ?

Nos enfants peuvent être comparables à des plantes, lorsqu’un jardinier souhaite que sa plante pousse bien, il en prend soin en lui donnant ce dont elle a besoin pour grandir. A l’image de la plante que l’on arrose et à laquelle on donne de l’engrais, nos enfants ont besoin de « bons carburants » pour aller bien et s’épanouir…Et aujourd’hui le constat est alarmant, le carburant de nos enfants et le nôtre d’ailleurs est mauvais. En effet, nous vivons une période de sur-stimulation où nos enfants sont sollicités à longueur de temps sans répit pour leurs sens et leurs cerveaux et où la mal-bouffe fait de gros dégâts sur leurs corps !

Que sont ces mauvais carburants ?

Ce sont tous les bruits extérieurs ; les écrans en tout genre (tablette, télé, smartphone, jeux vidéo, internet, réseaux sociaux, …) ; les panneaux publicitaires, les rayons de magasins avec trop de choix ; la nourriture industrielle : trop de sucre, trop de sel, trop de gras, additifs, colorants… ; les lumières fortes ; la pollution ; le stress ; le peu de liberté pour jouer à l’extérieur due à l’insécurité etc.

Le monde dans lequel vivent et grandissent nos enfants est certes différent de celui d’autrefois, mais nous espérons que les enfants d’aujourd’hui soient comme ceux d’hier ! Nous offrons un monde à nos enfants où les nouvelles technologies ont fait un bond considérable mais malheureusement une grande partie est nocive, toxique pour leurs cerveaux, entraînant par là-même des comportements violents et anxieux…

Que faire alors ?

Il est urgent de rapidement nous rendre compte qu’il nous faut donner à nos enfants autre chose que ce que notre société de consommation propose ! Lorsque nous avons pris conscience que le cerveau de l’enfant et ses capacités ne sont pas les mêmes que les nôtres, nous passons à l’étape suivante qui est de remplacer le mauvais carburant par du bon et d’en donner le plus possible dès que l’occasion de le faire se présente.

De bons carburants pour un meilleur épanouissement

Quels sont ces carburants qui participent à l’épanouissement de l’enfant et l’aident à être meilleur ?

1) L’amour : « Si tu es sage, je t’aimerai », « si tu es gentil, je te ferai un câlin »… Quel mauvais chantage que celui-ci, « l ‘amour n’est pas une récompense, c’est un carburant » ! (1)

L’amour se donne à un enfant d’une façon inconditionnelle et intemporelle. Nous aimons et montrons de l’amour à nos enfants peu importe leurs comportements et ceci pour tous nos enfants, celui qui a le comportement le plus agité est certainement celui qui en a le plus besoin ! L’amour des parents pour leurs enfants se dit mais se montre par des câlins, des bisous, des mots doux et valorisants mais également par du temps de qualité que nous leur consacrons, c’est ainsi que nous répondons à leurs besoins affectifs et qu’ils grandissent et s’épanouissent en toute sécurité.

2) Le mouvement : Ceci est également du carburant pour aller bien ! Nous aimerions des enfants assis sagement à une table faisant de beaux dessins à maman et papa, et qui ne sauteraient pas partout….. eh, bien ! Cela n’est pas possible. Un enfant a besoin de courir, de s’amuser, de se dépenser, de sauter haut, de se rouler par terre… laissons-les donc être des enfants en mouvements. Evitons les transats et cosy à la maison à longueur de temps, les balancelles et chaises hautes qui les emprisonnent !

3) La nutrition : Le cerveau et le corps de nos enfants reçoivent bien trop de sucre et il est prouvé que cette substance est encore plus dangereuse que certaines drogues sans parler du trop plein de sel ou de gras. Sont à bannir également les plats industriels pleins d’additifs, conservateurs, colorants et autres poisons… Essayons le plus possible de faire des plats maisons, frais et privilégions les fruits, fruits secs, légumes…

La nourriture de nos enfants a un impact sur leurs comportements, leur sommeil, leur concentration et leur attention ; cela est démontré et prouvé scientifiquement, à nous de diminuer et de revenir à une alimentation saine et équilibrée autant que faire se peut…

4) La nature : Voici un bon carburant permettant de recharger les batteries de nos enfants, respirer l’air frais, sortir et s’éloigner de la maison et des écrans… La nature doit être le lieu privilégié où nous emmenons nos enfants pour se défouler, découvrir, explorer, tomber, se relever, courir, marcher, crier, sauter. Il nous faut favoriser le contact avec la nature et les animaux pour leur bon développement psychomoteur et psychologique !

5) Un environnement stable et sain : Nous vivons une période où tout va très vite, très rapidement et nous avons entrainé nos enfants dans cette course folle. Un environnement stable et sain est le lieu où l’on apprend à ralentir, à discuter, à dialoguer, à se parler calmement et doucement. Nos phrases quotidiennes sont devenues pour un grand nombre d’entre nous : « Dépêche-toi, on va être en retard, vite, allez allez… » !!! Il nous faut dire Stop !!!

Les enfants ne peuvent pas nous suivre, nous avons nous-mêmes beaucoup de mal avec nos rythmes effrénés, nos communications par mails, par téléphone, toutes ces informations que nous recevons chaque jour et qui nous dépassent. Prenons le temps de vivre, de s’aimer, de respirer, de se retrouver… prenons le temps avec nos enfants parce qu’ils grandissent très très vite et que la vie file sans jamais se retourner ni revenir.

Nos enfants ne sont pas les mêmes qu’hier, cela est une évidence. Mais nous non plus ne sommes pas les parents d’autrefois et la société non plus. Malgré le constat alarmant rien n’est définitif, rien n’est joué, rien n’est irréversible. Prendre conscience des choses est déjà un grand pas en avant pour plus de bienveillance et de sérénité dans nos foyers, sans essayer ni d’être parfaits ni de suivre un modèle, juste en essayant de faire de notre mieux chaque jour un peu plus.

(1) Isabelle Filliozat psychothérapeute française, didacticienne en psychothérapie

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.