La communication au sein du couple

Brandie comme la solution miracle à tous les maux du couple, la communication est dit-on un pilier dans le couple. Communiquer dans le couple serait la solution pour régler tous les maux, les disputes, les conflits, casser la routine et raviver la flamme.

Seulement voilà, le souci est que nombre d’entre nous n’ont pas appris « l’art de communiquer. » En effet, nous avons tous la faculté de parler, de nous exprimer, « de communiquer » mais cela n’est pas suffisant pour réussir à exprimer ses idées, ses besoins, passer un message, faire une demande claire, fortifier une relation…

Communiquer dans le couple finalement qu’est-ce que cela veut vraiment dire ?

Communiquer au sein du couple est indéniablement différent de la communication que nous pouvons avoir avec nos enfants, parents, amis, collègues, voisins… Et c’est cette différence de « statut » que l’autre a et dont nous sommes et restons conscients, même avec les années qui passent, qui peut permettre une « bonne communication. » L’autre, celui/celle à qui je m’adresse n’est pas n’importe qui. Unis par les liens sacrés du mariage, il faut prendre conscience que les mots que j’emploie sont importants, encore plus importants qu’avec n’importe quelle autre personne.

Pour communiquer sainement avec son/sa conjoint-e, il est avant tout important de bien le/la connaître. Au début du mariage, il est important d’être dans l’observation et l’écoute afin de connaître l’autre et prendre le temps à deux pour parler de nos goûts, nos projets, nos envies, nos défauts, nos qualités, notre vécu, notre histoire… En bref, il faut faire preuve d’une grande écoute et être fin psychologue pour « cerner le personnage. »

Utiliser le je et non le tu

Le plus compliqué certainement dans cette relation étroite et complexe est de « réapprendre à communiquer. » La communication est un art et cela n’est pas inné. Nous apprenons à parler très tôt mais l’on n’apprend parfois à « bien communiquer » que très tard. La façon dont on s’adressait à nous lorsque nous étions enfants, notre manière de parler à nos frères et sœurs, notre famille ou nos ami-e-s nous font acquérir une certaine façon de parler avec son lot d’erreurs et d’imperfections. Or, s’adresser à son/sa conjoint-e ce n’est pas s’adresser à un ami ou un membre de notre famille. Parce qu’il/elle est la personne avec qui nous passons le plus clair de notre temps, avec qui nous vivons la relation la plus intime qu’il soit entre une femme et un homme, avec qui nous partageons tant de choses et surtout avec qui nous sommes unis devant Dieu par les liens sacrés du mariage… C’est pour toutes ces raisons qu’un effort doit être fait pour apprendre à lui parler.

Ainsi, le tu qui tue est à bannir le plus vite possible et à remplacer par le je. Apprendre à faire une demande claire, dire son mécontentement, exprimer ses besoins lorsque ceux-ci ne sont pas assouvis devra se faire avec le plus de diplomatie possible. Au lieu d’utiliser le tu, utilisons le je pour parler de ce que nous ressentons ou souhaitons plutôt que de mettre l’accent sur ce que l’autre a fait ou pas en utilisant le tu qui fait fuir et ferme la discussion et le dialogue.

Se parler vraiment 

A l’époque des nouvelles technologies, rien ne remplace une vraie communication. Tous les jours, demander à l’autre s’il va bien, comment il a passé sa journée, le laisser « se raconter et se dire » et l’écouter vraiment. Les hochements de tête, les petits mots pour acquiescer, les reformulations ou les questions pour que l’autre approfondisse les choses sont les bienvenus dans une écoute active réelle. Tout être humain ressent lorsque l’autre n’est pas vraiment dans la communication. Rien n’est plus « blessant » que de sentir que l’autre n’à que faire de ce que nous racontons et encore plus blessant lorsque l’autre ne se soucie ni de ce que nous avons fait, ni de comment nous nous sentons ou de ce que nous aimerions lui raconter.

Prendre un moment le soir pour se retrouver à deux afin de discuter de notre journée même si cela est bref, rire à deux devant un café, raconter des choses importantes comme des évènements anodins sont autant de clés pour un couple qui va bien. Les moments de complicité et de dialogue ne doivent pas se faire uniquement sur l’oreiller, les échanges et le dialogue doivent être quotidiens. Même si ces moments sont courts, ils doivent perdurer avec les années…

La communication en temps « de guerre »

S’il n’est pas évident de bien communiquer lorsque nous sommes en temps de paix, lors des disputes et conflits la tâche s’avère encore plus rude.

Rejeter la faute sur l’autre, se laisser submerger par les émotions, s’énerver, hurler, exploser, ne pas se contrôler, dire ce qui dépasse nos pensées sont autant de comportements à bannir ! Si la discussion ne peut être engagée parce que les deux parties ou l’une d’entre elles est trop énervée ou envahie par les émotions, il vaut mieux éviter de parler sur le moment. La colère est bien mauvaise conseillère, c’est souvent lors de grandes colères que l’on dit des choses vite regrettées, que nous ressortons les vieux dossiers et que l’on fait encaisser à l’autre tous les maux de la terre…  (ça vous parle ?) .

Une bonne communication se fait dans un climat serein et avec un cœur apaisé. S’il est indispensable de communiquer au sein du couple, il faut aussi avoir l’art et la manière de le faire mais surtout choisir le moment adéquat pour le faire. Parfois, un moment de silence vaudra bien mieux qu’une phrase qui pourrait laisser bien des séquelles dans la relation.

Ne jamais rompre le dialogue

Le quotidien qui est le nôtre est parfois tellement effréné, on se croise à peine et l’on ne peut vraiment communiquer avec l’autre, même si on le souhaite. Pourtant, que ce soit à cause d’un conflit ou par manque de temps, il est important de ne jamais rompre le dialogue. Un réel dialogue et non seulement se parler pour une liste de courses, une demande concernant les enfants ou la dernière facture que l’on n’a pas encore payée.

La routine s’installe aussi lorsque la communication n’est présente que pour parler de la logistique du quotidien. Briser cette routine en parlant de nouveaux projets, d’anecdotes marquantes dans notre journée, de notre journée au travail, de projets en commun que l’on pourrait mener à bien.

« Il faut sans cesse se nourrir, être un agent actif au sein du couple, et ne pas attendre que cela vienne de l’autre » ajoute Yvonne-Poncet Bonissol, psychologue clinicienne. « Cela implique d’être curieux, de se cultiver, d’avoir des projets, de se sentir vibrer, d’être en constante évolution, de se remettre en question… Et ensuite, de partager tout cela avec l’autre. » 

Se nourrir pour nourrir la relation ! Voici un sage conseil. Qu’est-ce que je pourrais partager avec mon/ma conjoint-e si moi-même je ne me nourris pas de nouvelles lectures, nouvelles passions, nouvelles aventures et expériences ? Le quotidien nous tend les mains pour nous enrichir de ce que nous offre notre monde mais également de ce que les gens ont à nous apprendre. On partage avec l’autre une communication intéressante que si l’on a des choses à se raconter. Et pour cela, il faut expérimenter et sortir de sa zone de confort.

La communication non-verbale

Lorsque l’on parle de communication, ce sont les mots qui nous viennent à l’esprit. Pourtant la communication sans émettre un seul son existe aussi, cette communication où l’on ne dit aucun mot mais qui pourtant raconte tellement : la communication non-verbale ! Elle mérite tout autant notre attention et nos efforts. La façon dont on se place face à l’autre, le regard que nous avons, les mimiques, les gestes, le ton et le timbre de la voix, les attitudes sont le langage du corps, qu’il est impératif de soigner au sein du couple. On peut exprimer une émotion négative avec tellement de douceur dans la voix que celle-ci sera bien reçue par notre interlocuteur. De même, une parole gentille avec un ton « faux », une distance du corps ou les bras croisés n’auront pas l’impact escompté !

Pareillement, les sourcils froncés, le regard accusateur, la bouche qui se crispe ou le front plissé même si nos paroles ne sont pas « agressives » ne permettent pas une communication sereine. Il faut être vrai ! Si l’on dit ce que l’on pense vraiment les paroles comme le corps seront en totale adéquation. Nul résultat positif ne peut découler d’une communication non verbale fermée quand bien même nos mots disent le contraire. L’autre peut se sentir complètement agressé et fuir parce que notre attitude est « violente ». Consciemment ou pas, nous avons tous des attitudes non-verbales qui ferment la discussion, il faut en prendre conscience et travailler là-dessus pour se changer. Cela en va de la bonne « santé » de nos couples.

Valoriser l’autre et exprimer les sentiments amoureux

Qu’est-ce qui différencie finalement la relation que l’on a avec notre conjoint-e d’une autre personne avec qui on entre en communication ? Cette personne avec qui l’on vit nous fait ressentir des émotions et sentiments que l’on ne vit avec personne d’autre. Savoir exprimer nos sentiments est important pour installer une communication paisible. Exprimer par des mots nos sentiments est essentiel, il est utopique de penser que l’autre sait ce que l’on pense, il/elle ne peut savoir ce que l’on cache en nos seins si on ne le dit pas. De même penser que l’on n’a plus besoin après des années ensemble de se dire que l’on s’aime, que l’on tient à l’autre, que l’on aime sa compagnie, ce qu’il/elle fait, ses qualités physiques et morales est une erreur. Penser l’autre comme acquis est une erreur ! A penser ainsi, les efforts ne sont plus faits, de part et d’autre. Chaque être humain a ce besoin de se sentir aimé et d’aimer en retour. C’est un besoin que Dieu a mis en chacun d’entre nous et cela peu importe notre âge. Il n’y a pas que les enfants qui ont besoin de se sentir aimés.

De même, les reproches et les attaques ne permettent absolument pas une communication efficace. Ce n’est pas en mettant le doigt sur les défauts de l’autre, sur ce qu’il n’a pas fait correctement que les choses changeront. Rester positif, regarder ce qui va et ce que l’autre nous apporte, le remercier et le valoriser est le meilleur moyen d’ouvrir un dialogue sain. L’être humain a tendance à se braquer lorsqu’il est critiqué, et donc à attaquer à son tour pour se défendre. Rares sont les personnes qui, recevant un reproche, se mettent à sourire, le contraire est bien plus fréquent.

Pour conclure, oui ! La communication au sein du couple est essentielle et cela peut être une solution miracle pour renforcer la relation et désamorcer une crise à condition de savoir comment communiquer et être prêts à se remettre en question quant à notre faculté à savoir parler à l’autre. Il n’est jamais trop tard pour apprendre à communiquer paisiblement, même si cela demande du temps et des efforts, cela s’apprend !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer