Visite chez le Prophète, paix et salut sur lui : l’amour au centre des relations familiales

Dans cette chronique « Visite chez le Prophète, paix et salut sur lui », nous nous invitons dans la modeste demeure de notre cher Prophète, paix et salut sur lui. Nous nous rapprochons de son foyer avec toute l’éthique nécessaire ; nous observons attentivement et humblement, et tirons tous les enseignements et toutes les sagesses dans sa relation avec son entourage, au sein de sa maison, en espérant qu’ils soient pleinement bénéfiques et salutaires dans nos foyers et nos vies.

L’objectif du croyant qui chemine vers Dieu est d’être un être accompli au niveau spirituel, social, familial… un être accompli et épanoui dans toutes les sphères de sa vie. 

On assiste dans notre société à un effondrement des valeurs de la famille qui va jusqu’à proposer des modèles familiaux qui ne sont pas ceux que Dieu agrée pour nous. Les familles vacillent, les enfants sont livrés à eux-mêmes et les êtres humains vont mal.

L’islam donne à la famille, une place centrale dans l’épanouissement du croyant. Fonder, solidifier et garder stable un foyer est pour beaucoup devenu un combat au quotidien. L’ennemi invisible tente à tout prix de démolir la société en s’attaquant à la famille.

Il est important de chercher à harmoniser la vie de famille, rectifier ce qui ne va pas et pratiquer constamment les invocations de protection matin et soir pour se prémunir de tout mal.

Je nous invite, un moment, à parler d’amour dans les relations familiales avec nos conjoints/es et avec nos enfants et pour cela allons un moment ouvrir la porte de la plus noble des créatures, le messager de Dieu (paix et salut sur lui). Frappons à la porte, le voici qui nous ouvre, écoutons ce que le plus aimant des maris et pères nous apprend quand il s’exprime en ces termes… 

« Le meilleur d’entre vous est celui qui est le meilleur avec sa famille. Et je suis le meilleur avec ma famille. » (1)

Le prophète, paix et salut de Dieu sur lui, était bon et faisait preuve de marque de douceur et d’amour envers ses épouses, ses enfants et ses petits-enfants. 

Plusieurs récits nous rapportent qu’Il exprimait et montrait de nombreuses marques d’affection envers les membres de sa famille qui, à leur tour, lui rendaient également toutes ces marques de tendresse. 

Relation affectueuse au sein du couple

Notre Mère Aicha, que Dieu l’agrée, demanda un jour au Prophète, paix et salut sur lui : « Comment est ton amour pour moi ? Il lui répondit : « Comme le nœud de la corde » (voulant ainsi dire qu’il était fort et sûr). A maintes reprises ensuite, elle lui demanda comment était le nœud, il lui répondait : « toujours inchangé… » (2)

Amr Ibn Al-‘Ass raconte : J’ai dit au Prophète (paix et salut sur lui) : « Quelle est la personne que tu aimes le plus ? » Il m’a répondu : « Aicha ». Je lui ai dit : « Et parmi les hommes ? » Il m’a répondu : « Son père » [Abou Bakr](3)

Le Messager de Dieu, paix et bénédiction de Dieu sur lui, rentra chez lui après avoir reçu la première visite de l’ange Gabriel (paix sur lui) dans la grotte de Hira. Apeuré et tremblant, il dit à notre Mère Khadidja (que Dieu l’agrée) : « Couvre-moi ! Couvre-moi ! » Quand elle le couvrit, il se calma. Puis il lui dit : « Qu’est-ce qui m’arrive. Je crains pour ma personne… » Ensuite, il l’informa de ce qui s’était passé. Khadidja (que Dieu l’agrée) le rassura et lui dit : « Sois content, au nom de Dieu ! Dieu ne te déshonorera jamais ! Au nom de Dieu, tu entretiens bien tes liens de parenté et tiens un langage de vérité, tu prends en charge le démuni, apportes secours au pauvre, prodigues de l’hospitalité à l’hôte et viens au secours des gens en cas de difficultés. » (4)

Elle fut pour lui un soutien aimant, une oreille attentive et un vêtement chaud qui couvre et rassure, que Dieu l’agrée. 

Dans le coran, Dieu Exalté soit-Il nous parle de la relation conjugale en ces termes « Et parmi Ses signes Il a créé de vous, pour vous, des épouses pour que vous viviez en tranquillité avec elles (afin que vous habitiez en elles) et Il a mis entre vous de l’affection de la bonté. (5)

L’affection, la bonté, les marques d’attention, la miséricorde, les gestes de tendresse, soutenir l’autre et l’aider à s’accomplir de façon individuelle, le conseil mutuel dans le bien… sont autant de marques d’amour que les croyants prennent soin de nourrir et garder dans la relation conjugale.

De l’affection envers les enfants

S’agissant de l’amour du Prophète (paix et salut sur lui) envers ses enfants : il avait une relation d’affection avec eux, nous avons des récits qui nous rapportent comment Il était avec sa fille Fatima-Zahra notamment (que Dieu l’agrée). 

Le Prophète (paix et salut sur lui) disait : « Fatima est une partie de moi, celui qui la courrouce me courrouce » (6)

Chaque fois que le Prophète (paix et salut sur lui) était assis et que sa fille Fatima-Zahra entrait, il se levait et l’embrassait sur le front, entre ses yeux et il lui cédait sa place.

La relation du Prophète et de sa fille était une relation d’amour et de tendresse, dans laquelle les gestes d’affection étaient présents, nombreux et exprimés de manière tout à fait naturelle. 

Une fois, alors que son père était en prosternation, elle vit `Uqba ibn Abi Mu`ayt venir et déverser les entrailles d’un animal mort sur le dos du Prophète. Le Prophète (paix et salut sur lui) demeura dans sa position, et Fatima courut vers son père et retira la saleté de son dos tandis qu’elle pleurait. Il est arrivé de nombreuses fois que le Prophète (paix et salut sur lui) entre dans sa maison recouvert de terre, parce que les polythéistes lui jetaient de la terre : sa fille Fatima-Zahra courait vers lui avant ses autres sœurs et commençait à essuyer la saleté qu’il avait, tout en pleurant. Et le Prophète lui disait : « Ne pleure pas ma fille, car Dieu rendra ton père victorieux ». (7)

Une relation de miséricorde et d’amour était au centre de la relation du prophète de Dieu et de sa fille. 

Nous pouvons alors nous poser les questions suivantes : quelle est notre relation avec nos enfants ? Quelles marques d’amour et d’affection montrons-nous ?

L’amour au centre des relations familiales

L’amour au centre des relations familiales se traduit par des mots, des expressions, des gestes, des cadeaux, des milliers d’invocations mais aussi par un cadre, des règles, un accompagnement vers l’autonomie… aimer ce n’est pas étouffer, ce n’est pas faire pour eux mais avec eux… accepter qu’ils grandissent et fassent leur propre choix. 

A une époque où communiquer avec l’extérieur est devenu chose facile, comment communique-t-on chez soi ?

Discuter avec nos enfants, les écouter se raconter, être dans le dialogue et prendre leur avis, c’est être dans l’amour. Embrasser ses enfants, leur dire ce qu’ils sont pour nous, la fierté que nous avons d’être leurs parents, leur dire tout simplement que nous les aimons qu’importe l’âge qu’ils ont, en se servant de tout ce qui est aujourd’hui à notre disposition comme moyen de communication pour le faire, c’est être dans l’amour, c’est être sur le chemin prophétique, sur la voie prophétique.

Prions Dieu, exalté soit Son nom, qu’Il préserve nos familles, nos foyers et nos enfants. Que Dieu le Tout-Aimant emplisse nos demeures et nos cœurs de bonté, de miséricorde, de tendresse, d’amour pour nos proches. Que Dieu le Tout-Aimant nous éduque à l’amour… afin de le dire, de l’exprimer, de le vivre, de le partager et de le montrer. Amine

(1)    Rapporté par Thirmidi

(2)    Rapporté par Abu Nu’aym dans al Hilyah

(3)    Rapporté par Boukhari

(4)    Rapporté par Boukhari et Mouslim

(5)    Coran, les byzantins, verset 21

(6)    Rapporté par Boukhari et Mouslim

(7)    Rapporté par Boukhari et Mouslim

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page