Conseils à la jeunesse : être bien entouré

La force, la vigueur et l’inexpérience d’un jeune contrastent avec la personne qui prend de l’âge, gagne en maturité, en expérience de vie et en sagesse. 

Chaque âge, chaque période de notre vie sont faits d’enseignements et d’expériences vécues qui nous apprennent sur nous, sur les autres et sur le monde.

C’est par amour pour les jeunes, par bienveillance et par souci de les voir s’épanouir et réussir que les « anciens », les « plus expérimentés » ont à cœur de donner des conseils et d’éclairer le sentier de ceux qui cheminent. 

Nous trouvons d’abord les parents, premiers éducateurs de leurs enfants qui les aiment d’un amour inconditionnel et souhaitent leur bonheur plus que quiconque sur cette terre. Accompagnateurs, épaules sur lesquelles pleurer, oreilles attentives pour les écouter et surtout lieu où les prières volent vers les cieux pour que de Dieu ils soient protégés ! 

Tout autre adulte qu’un jeune rencontre, dont le cœur est sain et débordant d’amour peut être un conseiller précieux, un puits de sagesses et un guide dans les moments sombres que l’on peut traverser sur cette terre. 

C’est ainsi et dans cet objectif que nous vous proposons chère jeunesse, de découvrir quelques conseils qui viennent du cœur et que nous vous offrons comme un cadeau fait de cœur de mère à cœur d’enfant, comme si nous nous adressions à notre propre fils, à notre propre fille. 

Nous espérons qu’ils vous seront utiles et que vous prendrez plaisir à les lire, que vous prendrez conscience de l’importance de les appliquer et que vous les partagerez à votre tour aux personnes qui vous entourent. 

Tes parents 

« Et ton Seigneur a décrété : « N’adorez que Lui et (marquez) de la bonté envers les père et mère : si l’un d’eux ou tous deux doivent atteindre la vieillesse auprès de toi, alors ne leur dis point : « Fi!» et ne les brusque pas, mais adresse-leur des paroles respectueuses et par miséricorde, abaisse pour eux l’aile de l’humilité, et dis: «Ô mon Seigneur, fais-leur, à tous deux, miséricorde comme ils m’ont élevé lorsque j’étais enfant » (1)

Avoir un père et une mère qui se soucient de toi te semble être une normalité. Pourtant, il n’est pas donné à tous d’avoir des parents bienveillants qui les poussent dans la vie à réussir leurs projets, leurs études. Un père, une mère qui font de leur mieux et te donnent ce dont tu as besoin, peut-être pas tout ce que tu veux, mais certainement tout ce qui peut t’épanouir et te faire réussir est une chance !

Avoir des repas chauds préparés avec amour, une maison soignée et rangée. Des vêtements propres et repassés, une maison que tu retrouves après une journée de cours et où tu peux te reposer sont tout autant d’efforts faits par tes parents pour que tu t’épanouisses et grandisses dans de bonnes conditions. 

Avoir des parents qui te donnent un cadre, des limites, des conseils, de la confiance, te poussent à être autonome, te couvrent  d’amour… t’écoutent, te respectent, t’éduquent et te montrent la voie lumineuse laissée par notre noble Messager Mohamed ( Paix et salut de Dieu sur lui ) peut te sembler une normalité… mais sache que tous les jeunes n’ont pas ce que tu as et que si tu trouves parfois tes parents « arriérés », « ringards », « déconnectés », ils ont peut-être bien plus que tous les réseaux auxquels tu peux être connecté. Leurs cœurs sont connectés au tien et sache que ce cœur déborde d’amour pour toi ! Leurs cœurs sont connectés au canal de l’amour, au réseau de l’amour inconditionnel, un amour que tu comprendras lorsque tu deviendras toi-même parent. 

Ta bienveillance pour tes parents est non seulement un bien pour toi dans cette vie mais aussi dans la dernière. Fais-leur confiance et écoute leurs conseils. Sois dans le dialogue respectueux et dans la communication quand tu n’es pas d’accord avec eux. Ne les prends pas de haut et ne les fais pas souffrir de quelque façon que ce soit. Ne les effraye pas en sortant à des heures tardives ou en rentrant bien plus tard que ce que tu leur avais dit. Tout malheur qui te touche, toute peine, toute maladie ou toute tristesse est pour eux comme un feu dans leur poitrine car tout ce qui t’atteint, les atteint également. Ils sont ceux qui le plus au monde souhaitent te voir réussir ta vie, souhaitent que tu aies plus que tout ce qu’ils détiennent, que tu sois plus heureux qu’ils ne l’ont jamais été… tes parents sont ceux qui t’aiment plus que quiconque au monde et t’aiment comme jamais tu ne seras aimé. 

Alors sois de ceux qui font des efforts pour que leurs parents soient apaisés, heureux et sereins ! Tranquilles et en paix lorsqu’ils atteignent la vieillesse et veille à ce que jamais ils ne versent de larmes à cause d’une parole, d’un geste ou d’un manquement de ta part. 

Ta fratrie 

L’histoire du prophète Yussuf, paix de Dieu sur lui, (2) ou encore de Caïn (Habil) et Abel (Qabil) (3), que nous t’invitons vivement à lire, nous montrent que la relation entre Frères peut être source de conflits, de jalousie et de drames. Une relation parfois conflictuelle et difficile. 

Alors oui, s’il est parfois difficile d’avoir des frères et sœurs, que c’est parfois agaçant, que cette relation rime avec chamailleries, disputes, querelles et qu’il existe des moments où tes frères et sœurs peuvent littéralement te « taper sur le système », faire partie d’une fratrie apporte aussi beaucoup de bien. 

Ils t’aident à apprendre à partager, à développer ta générosité, à travailler en groupe, à être dans le conflit pour mieux apprendre à les gérer. Ils sont là pour t’éduquer et te faire évoluer et même si tu n’en as pas encore conscience, c’est avec tes frères et sœurs que tu vis la première relation de proximité qui t’oblige à t’éduquer et à te remettre en question. 

Vois tes frères et sœurs si tu en as, comme un cadeau divin ! En grandissant, si votre relation a été travaillée et que vos liens ont été préservés, tu verras que ceux sur qui tu peux vraiment compter sont tes frères et sœurs. Comme les parents, tes frères et sœurs s’inquièteront pour toi si tu vas mal, seront peinés si tu es triste et voudront toujours pour toi le bien. 

Profite de leur présence pour te créer de magnifiques souvenirs. Plus tard, en regardant derrière toi, en observant le chemin parcouru et en te remémorant le passé, tu verras comme tes frères et sœurs t’ont permis d’évoluer, de grandir, de t’épanouir. Chéris-les, aime-les et fais en sorte d’avoir avec eux une belle relation et plein de beaux souvenirs heureux. 

Ta compagnie 

D’après Abû Mûsâ al-Ach’arî, que Dieu soit satisfait de lui, le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « La compagnie de l’homme pieux et celle de l’homme mauvais sont respectivement comparables à celles du parfumeur et du forgeron. Pour le parfumeur, soit il te donne du parfum, soit tu lui en achètes, soit tu sens une bonne odeur en sa compagnie. Pour le forgeron, soit il brûle (le bout de) ton habit, soit tu sens une mauvaise odeur en sa compagnie » (4)

Ce hadith à lui seul est une recommandation importante sur le besoin et l’utilité de bien s’entourer. L’être humain, quel qu’il soit et qu’importe l’âge qu’il a, souhaite faire partie d’un groupe, être accepté et accueilli au sein d’un groupe de personnes avec qui il échange, partage et s’épanouit.

Dieu, exalté soit-Il, ne nous a point créés pour que nous vivions seuls reclus dans notre grotte. L’être humain est d’essence un être social qui a besoin de ses pairs pour évoluer. C’est ainsi que tu auras sur ton chemin de vie à faire très attention à ceux que tu choisis comme compagnons de route. 

La compagnie peut à la fois être un lieu paisible et heureux où tu évolues sainement et chemines vers Dieu mais cela peut également être un lieu de perdition, de débauche et de tentations dans lequel, si tu n’y prends pas garde, tu risquerais bien de perdre au moins quelques ailes, au pire ton âme toute entière.

Combien de jeunes avons-nous vus grandir sainement et dans un bon climat qui, au détour d’un chemin rencontrent la mauvaise compagnie qui les « brûle » ? Cette mauvaise compagnie qui te fait oublier qui tu es, d’où tu viens et vers Qui tu seras amené pour être jugé.

Prends bien soin, mon fils, ma fille de choisir minutieusement ceux qui seront tes amis intimes. Il en va de ton devenir sur cette terre et dans la vie dernière.

Tu mérites d’être entouré de gens vrais, sincères, authentiques ayant de bonnes valeurs et de bonnes mœurs. Tu mérites de t’entourer de personnes qui souhaitent réussir leur vie sur cette terre mais aussi la vie dernière. 

Cette bonne compagnie cherche-la, prends du temps pour connaître les gens, pour voir qui ils sont et comment ils se comportent. Ne fais entrer dans ton cercle « intime » que ceux qui te souhaitent du bien et avec qui tu évolues positivement. Ne fais entrer dans le jardin de ton cœur que ceux qui souhaitent y semer des graines de foi et de douceur. Ne fais entrer dans ton cœur que ceux qui y font entrer la paix, la bonne nouvelle, le rappel de Dieu, exalté soit-Il, et de Son noble Messager, paix et salut de Dieu sur lui. 

Tu verras en prenant de l’âge, qu’arrive un temps où l’on n’a plus le temps pour des relations qui ne nous font de bien, ne nous permettent pas d’avancer ou nous font perdre notre temps. Choisis tes amis minutieusement comme si ta vie en dépendait parce qu’en réalité, c’est bien de cela qu’il s’agit ! Protéger sa vie et son devenir après la mort. 

  1. Le voyage nocturne (Al-Isra) 23-24
  2. Sourate 12 
  3. Sourate 5 
  4. Rapporté par Boukhari et Muslim 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page