Le partage des tâches ménagères

0
656

La famille, sa composition, la place de l’homme et de la femme dans la relation conjugale et dans la société sont en perpétuelle évolution et transformation. Les récentes études sociologiques montrent plusieurs changements significatifs au niveau de la qualification professionnelle des femmes, du taux de divorces sans cesse en augmentation, de la recomposition des familles, de l’entrée massive des femmes dans le salariat etc. Il y a un domaine pourtant qui reste encore très fortement inégal et qui, même s’il a changé avec le temps, reste encore à améliorer, ce domaine n’est autre que la répartition des tâches ménagères !

C’est un sujet qui amène à la réflexion et au débat et qui s’il a fortement changé au niveau des familles occidentales reste encore à améliorer au niveau de notre communauté.

Alors, en tant que croyants comment devrions-nous appréhender ces changements, quels modèles avons-nous et comment équilibrer les choses afin que chacun des conjoints et membres de la famille trouve sa place et surtout fasse sa part ?

Je ne détiens pas la solution miracle, il y a autant de cas que de familles, autant de façons d’être épanouis au sein de son foyer qu’il existe de personnes. Si l’épouse vit bien le fait de gérer seule et entièrement les tâches ménagères, que celles-ci l’épanouissent et lui apportent bonheur et joie alors tout va bien dans le meilleur des mondes. Toutefois, une chose est sûre : dès lors que les choses sont imposées, subies, injustes, dès lors que l’on prend la religion en otage pour imposer son avis, sa façon de voir et de faire, dès lors que l’épouse ou la mère est débordée, épuisée, saturée et qu’elle aimerait que les choses soient différentes alors on ne peut se taire et il faut je pense rétablir quelques vérités.

Une famille est une petite société où chacun vit, grandit, s’épanouit… c’est également un lieu où chaque membre consomme, reçoit, se repose, trouve la tranquillité et la sérénité. Un lieu où l’on trouve une personne qui pense à nous, nous fait plaisir, s’occupe de nous. Mutuellement on se protège, on se préserve, on pense à l’autre… Très souvent, l’épouse et mère de famille s’occupe à ce que tous les membres de la famille aient du linge propre, de bons repas, une maison propre et rangée sans oublier les différents rendez-vous médicaux, le bain des enfants, les devoirs, les réunions à l’école, les activités extra-scolaires, les courses, la paperasse parfois aussi…

Si l’on part donc du principe que la famille apporte à chacun un lieu d’épanouissement, de sécurité et de repos, il me semble plus qu’essentiel alors que chacun participe et apporte sa pierre à l’édifice. Une épouse n’a pas pour premier rôle d’être une femme de ménage, pour première fonction d’être une cuisinière… L’épouse n’est pas un robot ménager ! S’occuper de son foyer est noble et beau, ça n’est ni rabaissant ni dégradant et loin de moi l’idée de véhiculer de telles idées. Une femme qui s’occupe de son foyer, de ses enfants en est récompensée. Elle leur offre un lieu propre, rangé où chacun peut souffler et se reposer d’un quotidien chargé et stressant. Toutefois, si cette épouse et mère fait tout cela par amour, elle s’oublie parfois et s’essouffle et c’est aussi par amour pour elle, qu’elle devrait avoir en face d’elle un époux et des enfants qui pensent à elle et lui facilitent la vie pour qu’elle puisse s’épanouir ailleurs et faire autre chose que des tâches ménagères interminables et répétitives.

La participation de chacun dans les tâches ménagères est importante et c’est aussi une façon de marquer du respect envers les femmes que de les épauler et les aider sur certains points afin qu’elles ne s’épuisent pas. Une femme aime s’occuper de son foyer, aime la propreté et le rangement (en général), elle aime voir ses enfants se régaler de ses petits plats, aime les voir propres, lavés et bien habillés… Elle fera avec plaisir toutes ces tâches par amour et compassion pour ceux qui vivent sous son toit. Néanmoins, prendre les devants pour l’aider de temps en temps ne peut que lui être agréable et être bénéfique pour tous !

Il y a bien-sûr un équilibre à trouver selon la composition de la famille et son fonctionnement. En effet, je pense qu’il faut prendre en compte certains paramètres tels que : les deux conjoints ont-ils une activité professionnelle ? Le couple a-t-il ou pas des enfants ? Combien ? Quel est leur projet de vie ? Que veulent-ils atteindre ? Quelles sont leurs priorités ?

En tant que croyants, une place importante doit être donnée à la propreté des foyers. Le prophète, paix et salut sur lui, nous enseigne que cela fait partie de la foi. On doit donc accorder un soin particulier à la propreté et enseigner à nos enfants dès leur plus jeune âge que ranger, nettoyer, tenir son foyer fait partie des valeurs du croyant. Mais il nous est également demandé de donner à chaque chose son temps. Plus les tâches ménagères seront effectuées en famille, plus il y aura de temps à donner à nos priorités (lecture et apprentissage du Coran, passer du temps en famille, sport, études, sorties culturelles, invocation et évocation de Dieu, présence dans les mosquées et assises de la foi…).

Il est important en premier lieu que le papa, l’époux mette la main à la pâte, à son niveau, selon ses capacités et l’énergie qui lui reste après une journée de travail. Evidemment, un homme qui travaille à l’extérieur ne fera pas autant qu’une épouse qui travaille au foyer et évidemment, on ne lui demandera pas après huit heures passées à l’extérieur autant que lors de ses jours de repos. Des tâches ménagères lors des jours de repos ? Oui ! Les jours de repos sont aussi le moment d’aider madame à s’avancer sur quelques tâches afin que le reste de la semaine soit plus facile et vivable pour tous. Il ne s’agira pas d’y passer des heures mais de s’avancer ensemble et en famille pour faire le plus gros.  Ainsi ce qui est fait rapidement et en groupe laissera plus de temps et d’énergie à tous pour des moments plus agréables. C’est par votre implication, votre participation et votre aide messieurs que vos enfants, filles comme garçons prendront exemple, c’est par votre investissement messieurs, que votre épouse sera souriante, épanouie, heureuse… Et si votre épouse aime s’occuper de tout avec plaisir, lui donner un coup de main ne peut qu’ajouter complicité, respect et amour entre vous.

Les enfants quant à eux sont capables de bien plus de choses qu’on ne le pense. Arrivé à un certain âge, un enfant est capable de s’habiller seul, de ranger ses jouets, sa chambre… de se laver seul (attention avec l’aide et la présence d’un parent jusqu’à un certain âge au risque de l’exposer à des brûlures ou à la noyade).  Un enfant peut débarrasser la table, passer un coup de balai etc.

Les tâches seront à adapter selon l’âge de l’enfant mais dans tous les cas, un enfant, pour son bien doit être mis à contribution. De préférence, il vaut mieux donner à chacun de petites tâches ménagères par jour que l’on fait à tour de rôle au risque de s’entendre dire : « mais pourquoi c’est toujours moi » ?  « J’ai déjà fait ça hier » ! « Pourquoi les autres ne font rien » ? (Ça vous rappelle des choses)? Les tâches seront de plus en plus complexes au fur et à mesure que l’enfant grandit mais tout faire à la place d’un enfant n’est pas lui rendre service. Rendre l’enfant autonome, l’accompagner et le conseiller sera bien mieux que de tout faire pour lui. Avoir une maman qui fait tout pour les enfants, c’est malheureusement les desservir pour leur vie future. Et ne parlons même pas des différences garçons et filles qui n’est pas du tout un comportement islamique. Ces petits rois que les sœurs servent et qui évidemment y trouvent leurs comptes et donc en jouent ! Ces petits rois qui, une fois adultes et mariés, pensent que leurs épouses les serviront et feront d’eux des petits rois comme le faisaient leurs mères et comme il était imposé à leurs sœurs de faire ! Ceci n’est pas une éducation islamique. Chacun des membres d’une famille participe, filles comme garçons !

En réalité, faire quelques tâches ménagères chez soi lorsque l’on est époux comme changer la couche de bébé, le baigner ou le promener dans son landau… Faire un bon repas pour toute la famille, étendre du linge, ranger, nettoyer, passer un coup de balai ou faire la vaisselle, c’est simplement faire sa part, montrer l’exemple à ses enfants mais et surtout faire vivre la Sunna du Prophète paix et salut de Dieu sur Lui, n’est-il pas notre exemple ? Notre modèle ?

Votre épouse ne peut qu’avoir plus d’amour envers un homme qui non seulement a une activité professionnelle, une spiritualité riche, un comportement doux et qui a compris que celle qu’il a choisie pour épouse est un être qui peut se fatiguer ou se lasser, qui a besoin aussi de voir autre chose que sa cuisine et les quatre murs de sa maison… Elle ne peut qu’être encore plus admirative d’un homme qui a compris que sa virilité n’était pas dans sa force et dans sa capacité à imposer les choses mais que sa force était dans sa capacité à aider son épouse à avoir une harmonie, une sérénité et un équilibre au sein du foyer en participant à son échelle, à sa façon à la vie commune.

Il n’y a pas de modèle, de mode d’emploi pour être heureux dans la vie mais il y a des petites tâches, des petites attentions accompagnées de belles intentions, des marques d’amour et de considération qui peuvent aider à s’en approcher fortement ! Aider aux tâches ménagères dans son foyer lorsque l’on est un homme, c’est aussi créer cette harmonie et ce bonheur parce que c’est ainsi que faisait la plus noble des créatures que la Terre ait portée.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.