Relations hors mariage, si on en parlait ?

12
20434

Je me souviens étant jeune fille de cette phrase de mon père : «  ma fille, un homme qui te respecte, ne te fréquente pas, il vient frapper à ma porte » !

C’est plus tard en grandissant et en devenant moi-même mère que je pris conscience de ce que mon père, inquiet pour mes sœurs et moi, voulait dire. C’est en grandissant et en me rendant compte que parfois, même en plein milieu d’une ville, rôdent des loups, que je compris que mon père avait raison et que la meilleure chose que je pouvais faire pour moi-même était de me respecter si je tenais à être respectée des autres.

Nous entendons malheureusement de plus en plus de faits divers concernant la fornication et l’adultère. Il est évident que l’on ne peut généraliser en donnant aux hommes le rôle de loups et aux femmes celui d’agneaux. On ne tombe pas dans la fornication ou dans l’adultère seul, il faut être deux pour cela. Deux personnes qui pensaient pouvoir gérer les choses mais qui finalement sont allées trop loin…

J’écris cet article après avoir constaté plusieurs choses et également après avoir reçu le message d’une personne me demandant s’il lui était permis d’avorter après être tombée enceinte d’une relation hors mariage.

Cette demande m’a touchée et je me suis dit que pour en arriver à l’avortement, elle devait vraiment être en grande détresse mais loin de vouloir juger qui que ce soit car personne n’est à l’abri, cette demande m’a aussi choquée et je pense que nous ne parlons pas assez de ces sujets-là avec nos jeunes. La sexualité est encore trop taboue et nous n’osons pas nous exprimer sur le sujet alors que c’est une chose fondamentale et que cela fait aussi partie de l’éducation de nos enfants !

Je voudrais donc sensibiliser mes sœurs sur le respect qu’elles se doivent à elles-mêmes. Nous sommes des femmes et comme beaucoup de femmes nous aimons les compliments, nous aimons plaire et séduire. Parfois, le manque d’estime de soi ou de confiance en soi peut amener à être très sensibles à ce que l’on pense de nous et certaines femmes ont un réel besoin d’être rassurées sur l’amour qu’on leur porte ou sur le fait qu’elles puissent plaire. Mais nous sommes aussi croyantes et cette envie de compliment, ce besoin de plaire et de séduire sont réglementés et contrôlés justement par le fait que nous ayons la foi.

La croyante ne ressent pas le besoin d’aguicher les hommes, elle n’a pas besoin de se faire belle en sortant de chez elle dans le but d’être regardée et ainsi se conforter dans l’idée qu’elle plaît. Elle n’a pas besoin de poster des vidéos d’elle ou des photos sur les réseaux sociaux à la recherche de compliments sur son physique.

Non ! La croyante sait que la plus belle chose qu’elle a est le respect de sa personne, la crainte révérencielle de Dieu, la pureté de son cœur et de son corps.

Elle sait que le seul homme qui mérite qu’elle prenne soin d’elle et qu’elle fasse des efforts pour lui plaire n’est que celui qui lui passera la bague au doigt.

La croyante sait aussi que celui qui veut faire sa vie avec elle, qui craint Dieu, la respecte et n’accepte pas de la fréquenter hors mariage.

Il se responsabilise et va voir ses parents pour demander sa main, il prend ensuite soin de la rencontrer pour discuter et échanger sur le projet d’une vie ensemble en prenant soin d’avertir ses parents.

Il fait en sorte de ne jamais être en tête-à-tête avec elle ! Celui qui veut te fréquenter et te voir en tête-à-tête n’a pas compris qu’avec vous se trouvera le diable, et celui qui est prêt à te mettre dans une pièce avec le diable peut-il vraiment être l’époux qui te fera aller vers Dieu?

Le Prophète (Paix et Salut de Dieu sur Lui) n’a interdit les choses que parce qu’elles étaient mauvaises pour nous. Il ne parlait pas sous l’emprise de son égo mais bien par révélation de Dieu le Très-Haut. Et si ce hadith nous est rapporté, nous devons en tenir compte : « Chaque fois qu’une femme s’isole avec un homme qui ne lui est pas Mahram, le diable est leur troisième compagnon » (1)

Il ne tarde pas en discussions vaines et futiles, il va à l’essentiel. Il se confie à Dieu et lui demande de le guider à travers la prière de consultation lorsqu’il se sent confiant dans sa décision, il l’épouse, construit avec elle une vie de couple dans laquelle la sexualité a toute sa place. Une sexualité saine, reconnue et même essentielle à leur épanouissement.

Les hommes doivent prendre conscience du mal qu’ils se font et du mal qu’ils peuvent faire à une jeune fille lorsqu’ils entament avec elles une relation. Il est trop facile lorsque le mal est fait de rejeter la responsabilité sur l’autre. Trop simple après avoir mis une jeune fille enceinte de se détourner d’elle et de prendre ses jambes à son cou. Les hommes doivent se respecter également. Une relation de couple n’est reconnue de Dieu que lorsqu’elle existe à travers les liens sacrés du mariage.

Si un homme ne se sent pas capable d’assumer une vie de famille, une épouse et un foyer alors pourquoi se permet-il de vivre avec une jeune fille une vie sexuelle qui n’a lieu d’être que dans le cadre du mariage ?

Les jeunes hommes doivent savoir qu’une femme est un être sentimental et qu’elle est très sensible aux mots, aux compliments, aux attentions. Séduire une femme pour avoir un moment de plaisir puis s’en débarrasser n’est pas le comportement de celui qui cherche à cheminer vers Dieu. Celui qui cherche à préserver sa chasteté, Dieu lui rendra les choses faciles.

Il n’est pas évident aujourd’hui pour un jeune de ne pas céder tant on lui présente, chaque jour, de la sexualité banalisée à chaque coin de rue. Et c’est aussi pour cela qu’il est du rôle des parents d’informer leurs enfants, de les mettre en garde et de les aider à concrétiser le projet de mariage dès lors qu’ils en font la demande.

Quant au sujet de l’adultère, il est évident qu’un tel acte n’est pas banal et excusable. Et il vaut mieux se séparer lorsque cela ne va plus que de tomber dans l’adultère. Toutefois, je pense qu’il est intéressant de comprendre les causes qui font que l’on se tourne vers une autre personne que son conjoint. Que l’on sache qu’il est possible de l’éviter ! Comprenez bien que loin de moi l’idée de justifier quoi que ce soit mais je pense qu’il faut essayer de comprendre pourquoi certaines personnes tombent dans cet interdit. Nombreux sont les hommes mariés qui ne sont pas comblés dans leur vie de couple. Des hommes qui, par le mariage, cherchaient à préserver leur chasteté et qui quelques années plus tard, n’ont plus sous leur toit qu’une femme épuisée, fatiguée, irritée qui ne prend absolument plus soin d’elle mettant ainsi leur intimité et par là même toute leur vie de couple en péril et qui pousse ainsi son conjoint à aller vers une autre.

De même, il serait temps de comprendre qu’une femme mariée qui devient un meuble dans sa maison, qui ne reçoit plus d’amour et de compliments de son mari usé par son travail et qui, en rentrant le soir, passe des heures devant la télévision ne peut continuer à être heureuse et peut être sensible à une personne qui lui accorde ce que son époux ne lui accorde plus.

Le dialogue et la discussion doivent être le maître mot dans les moments difficiles que peut passer un couple. Chaque couple aura son lot de crises mais il faut comprendre que plutôt que de se détourner de son partenaire pour « aller voir ailleurs », il faut en temps de crise ne surtout rien faire que l’on pourrait regretter. Etre patient et discuter. Chaque crise ne peut qu’être bénéfique au couple si celui-ci sait en tirer des leçons et une occasion de s’améliorer et de renforcer les liens qui les unissent.

Les couples doivent mettre en œuvre tout ce qui est possible afin de vivre une union harmonieuse et épanouie où chacun donne et reçoit. Les efforts doivent perdurer avec les années : les compliments, la séduction, les attentions, la tendresse, l’affection, la sexualité n’ont lieu d’être que dans le cadre d’une relation reconnue par notre foi, qui n’est autre que le mariage. Et après cette union, les efforts doivent perdurer pour ne pas laisser l’autre se lasser et se détourner de son conjoint !

(1)Hadith rapporté par Ahmad

12 Commentaires

  1. Salam aleykoum.

    Actuellement ça fait 6 ans que je sors avec une fille. On est devenu ce qu’on est, j’ai aujourd’hui 26 et elle 24 ans. On pense tout naturellement à officialiser notre union. J’ai honte de le dire mais on a péché trop souvent, et je regrette beaucoup, ça me ronge de l’intérieur d’autant plus que j’ai commencé la prière il y a 6 mois, et plus le temps passe et plus je me sens mal dans cette relation. Je sais qu’on est pas dans le droit chemin, qu’on a mal fait plein de choses,et par conséquent j’aimerais me séparer d’elle pour me reconcentrer sur moi-même et ma foi. Elle me dit de ne pas la quitter car justement c’est le fait d’officialiser qui nous fera sortir de ce cercle vicieux. Elle dit qu’elle va se mettre à la priere et se repentir aussi car elle regrette, et veut une relation licite désormais.

    Je ne sais pas quoi faire.

  2. Aleykoum salam

    Dieu accepte le repentir sincère de Ses serviteurs.

    Je ne peux pas vous dire ce que vous devez faire mais je peux vous conseiller comme une soeur le ferait pour son frère.

     » Parlez-en à vos parents, mariez-vous et officialisez votre union, repartez sur de bonnes bases et ne dévoilez pas vos péchés « .

    Que Dieu vous facilite et vous préserve de tout mal.

  3. Paix à vous. A quand un sujet sur le mariage interreligieux entre un Musulman et une Chrétienne ? Bien que celui-ci soit permis, il est très difficile de trouver sur le net ou ailleurs comment le mettre en pratique concrètement. Savoir si les conditions de validité sont les mêmes que pour un mariage intra-religieux Musulman, savoir comment les Compagnons (Que Dieu les agrée) ont procédé par exemple etc, etc, etc…?

  4. Assalam Khadija je me nomme Ahmed Baba Traoré ,je viens du Mali habitant de la première Région. Ma sœur vos soutiens spirituel et morale ont une grande importance pour le rappel aux jeunes musulmans d’aujourd’hui que Dieu vous récompense de votre bienfait de la vie

  5. Plus de 14 000 vues sur le sujet…
    Le sujet intéresse, peut-être pas tant au niveau du péché lui-même qu’à la façon de s’en prémunir ou de s’en repentir.
    Merci de l’avoir abordé.
    Que Dieu Agrée.

  6. Paix à vous Mme Khadidja.
    Vous qui avez le courage et la sincérité d’aborder le sujet de la sexualité, aspect à part entière du Fils d’Adam et donc a fortiori du Croyant humain, pouvez me dire si on possède dans nos références, des éléments d’information qui nous permettent d’orienter nos motivations vis-à-vis de celle-ci ?
    Je pose cette question parce que la sexualité en Islam est souvent abordée sous l’angle de la définition de son cadre réglementaire et de la modalité possible d’expression de celle-ci, mais quasiment jamais, à ma connaissance, sous l’angle de l’intention qui doit en motiver le passage à l’acte.
    Doit on concevoir le rapport sexuel uniquement dans le but d’assouvir certains instincts physiologiques dans un cadre réglementaire préservatif?
    Doit on uniquement motiver l’acte sexuel par la volonté de donner naissance à un être ?
    Dispose t-on d’éléments d’informations à ce sujet dans Le Coran, la Sounnah Prophéto- Mohamétique, Paix et Salut à Lui, dans les dires de certains Compagnons, que Dieu les Agrée etc… qui nous permettent d’orienter et/ ou de revoir nos intentions vis-à-vis de celle-ci ?
    Dans la religion d’où je viens, le Catholicisme, le sexe et la sexualité sont perçus comme des éléments pouvant faire l’objet d’un sacrifice ministériel de renoncement définitif effectué en vue de plaire au Tout Miséricordieux et de Lui démontrer son attachement suprême.
    Que nous dit l’Islam par rapport à ça?
    Sans intention claire, l’acte est difficilement envisageable seul ou en couple sans se sentir sale et animal.
    Pouvez-vous m’éclairer, vous ou d’autres, sur ce sujet svp ?

  7. selem aleykoum mes frères et sœurs .

    Cela fait maintenant 2 ans et demi que je suis en couple avec un garçon, je suis peut être jeune pour une relation qui dure déjà depuis deux ans car j’ai 18 ans, mais nous voulons sincèrement depuis le début de cette relation nous marier (religieusement) le fait d’être dans le haram nous dérange énormément .. (il faut savoir que mon homme a 20 ans)

    Seulement le problème était mon âge (j’avais 15/16 ans quand j’ai commencer à le fréquenter) mais aussi le fait qu’il soit franco algérien …
    au jour d’aujourd’hui j’ai peur de la réaction de mon père j’ai peur de le décevoir même si mon copain partage tout de même mes origines, il est circoncis, et musulman hamdoulilah, mais une partie de lui restera française et j’ai peur que se soit comme cela que mon père le vois …

    maintenant je me demande si se marier religieusement maintenant avec lui est possible ou bien le fait d’avoir eu une relation hors mariage à « tout gâcher »?

    merci d’avance pour vos réponses

  8. Aleykoum salam

    En France, le mariage religieux n’étant pas reconnu, il est essentiel de se marier civilement aussi.

    Je ne suis pas spécialiste du mariage d’un point de vue religieux mais pourquoi tout serait gâché ?

    Entre la décision de vous marier et celle de rester dans une relation illicite qui engendre la fornication et la colère de Dieu, le choix est vite fait.

    Seulement vous êtes la seule vous ainsi que votre “petit-ami” à devoir prendre cette decision !

    Vous pensez que votre père ne l’acceptera pas mais tant que vous n’aurez pas parlé à votre père à cœur ouvert, vous ne saurez jamais ce qu’il en pense.

    Que Dieu vous facilite et éloigne de vous tout mal. Puissiez-vous trouver la paix dans cette relation qui vécue dans l’illicite ne pourra pas vous être bénéfique.

    Et surtout faites la prière de consultation et invoquez abondamment Dieu.

  9. Paix à vous chère Khadija.
    Merci à vous pour votre partage de liens que je consulterais très rapidement si Dieu Veut.
    Que Dieu Agrée.

    Pour ma petite soeur qui a la sincérité et le courage de nous présenter la problématique très intime qu’ elle rencontre, je souhaite vous exposer mon point de vue qui ne représente que ce qu’il n’est.
    Personnellement, je crois très peu au parcours linéaire parfait, exempt de toute faute commise tout au long de sa vie.
    Le Fils d’Adam, Paix à Adam, peche, se repent, se purifie et avance.
    Dieu Sait Mieux.
    Ce point de vue n’engage que moi évidemment.
    Je pense que chacun d’entre nous est éprouvé par le bien comme par le mal qu’il peut rencontrer.
    L’amour entre deux êtres humain est une belle chose et une bonne chose.
    Cependant, pour que celui-ci puisse être purifié et conforme aux Injonctions Divines, il doit assurément respecter certaines indications.
    Le mariage en est une.
    Je pense également que Dieu Aime notre Repentir sincère à Lui, Exalté et Glorifié Soit Son Nom et qu’Il nous Enjoint à nous purifier sans cesse afin de nous rapprocher de Lui, Exalté et Glorifié Soit Son Nom.
    Ainsi, se marier devant Lui, Exalté et Glorifié Soit Son Nom, afin de purifier et d’espérer recevoir Sa Bénédiction pour la relation que l’on entretient avec l’être qu’on aime, constitue, à mes yeux, une superbe forme de Repentir Sincère Ambitieux.
    « Je ne me contente pas simplement d’arrêter la commission du peche que j’effectue, mais j’ambitionne aussi de transformer cette relation en générateur de bonnes actions auprès du Tout Miséricordieux afin qu’elle puisse venir témoigner en ma faveur Le Jour de La Résurrection.
    Quelle Belle ambition !!!!
    Pour cela, comme vous l’a indiqué gracieusement notre Sœur Khadidja, que Dieu l’agrée, le Prophète, Paix et Salut à Lui, nous a indiqué tout un ensemble de précieux conseils à suivre afin de parfaire cette tentative.
    La Prière de Consultation Divine « Salatoul istikhara » en Arabe si je ne m’abuse, en est un.
    Pour revenir, à la francite reprochée par Votre Papa à votre bien aimé, sachez qu’aux yeux de l’Islam, elle ne constitue en soi ABSOLUMENT aucun obstacle pour une telle entreprise, bien au contraire!
    Peut-être que Votre Papa, que Dieu l’Aide, a besoin aussi de progresser spirituellement et de se purifier d’avantage afin de se rapprocher Lui aussi de Son Créateur, Exalté et Glorifié Soit Son Nom.
    Aux yeux de l’Islam, être Français, Arabe, Chinois, Sud Africain, Argentin, Indien ou autres ne constitue pas UNE TARE en soi, bien au contraire, c’est une richesse !!!
    Dieu nous Informe Qu’Il nous A Créé en peuples différents afin que nous nous rencontrions et que nous échangions.
    Si Dieu nous Informe de cela, qui peut donc décemment et légitimement reprocher à l’autre d’être qui Dieu A Voulu qu’il soit et dont Il nous A Informé, Exalté et Glorifié Soit Son Nom?
    Comme nous l’a indiqué Notre Noble Prophète, Paix et Salut à Lui, la valorisation de l’être humain auprès de Dieu, Exalté et Glorifié Soit Son Nom, ne relève que de Sa Crainte Reverentielle, de sa piété si vous préférez, « At Taqwa » en Arabe si je ne m’abuse.
    Pour résumer, je souhaiterais donc vous inviter à vous attacher aux Critères de Dieu, Exalté et Glorifié Soit Son Nom, indiqués par Son Dernier Prophète, Paix et Salut à Lui, et à ne plus réfléchir qu’en terme de Repentir, de Purification, de Transformation Bénéfique, Salutaire et Ambitieuse.
    Dieu Sait Mieux Évidemment.
    Laissez vos péchés derrière vous quelqu’en puissent être leur taille et ne les laissez plus d’avantage vous retarder dans votre vocation à cheminer et à vous rapprocher de Votre Créateur, Exalté et Glorifié Soit Son Nom.
    C’est uniquement pour L’ Adorer qu’Il, Exalté et Glorifié Soit Son Nom, vous A Créé.
    Courage, sincérité, abnégation et persévérance chère sœur.
    Ne baissez pas les bras et battez vous pour vos ambitions louables et salutaires !
    Remettez-vous en à Dieu, Lui Seul, Exalté et Glorifié Soit Son Nom, Connaît ce qui est bon pour nous tous, vous y compris bien sûr.
    Soyez Vraie et n’abandonnez jamais.
    Notre vie, notre âme, tout notre être n’appartiennent qu’à Dieu Seul et Unique et c’est à Lui, Exalté et Glorifié Soit Son Nom, que nous faisons TOUS retour sans exception aucune.
    Qu’Il nous Aide tous, Exalté et Glorifié Soit Son Nom!
    Courage.
    Dieu Sait Mieux.

  10. Paix à vous chère Sœur.
    Merci pour votre réponse et votre partage.
    Ce que j’en retiens, au delà de certains schémas reçus habitant certains inconscients qu’il faut impérativement déconstruire, c’est qu’il faut vivre sa sexualité comme un élément à part entière de sa spiritualité et donc peut-être respiritualiser sa sexualité afin qu’elle puisse a la fois nourrir son cœur temporellement et témoigner plus tard en faveur du Croyant ou de la Croyante.
    Il faut peut-être aspirer au SEXE TRANSCENDENTAL qui nous rapproche de Notre Seigneur, Exalté et Glorifié Soit Son Nom.
    Le Christianisme, j’en parle parce que j’en viens, laisse souvent des traces très profondément ancrées dans l’inconscient.
    Pour certaines d’entre elles, elles interfèrent encore avec l’épanouissement spirituel du Nouveau Venu.
    Dans le Christianisme, on oppose souvent sexualité et spiritualité, comme quoi le sexe serait une tare, un attribut honteux dont il faudrait absolument réduire son rôle au plus strict nécessaire, réduire son rôle uniquement au besoin de reproduction de l’espèce.
    D’ailleurs le voeux de chasteté chrétien s’inscrit totalement dans cette perception.
    Dans le christianisme, le sexe est quasiment vu comme une malédiction.
    Ainsi, d’après celui-ci, pour plaire à Dieu et espérer incarner un certain archétype spirituel, on devrait y renoncer totalement!!!
    Ce dilemme posé au Croyant Aspirant, qui ne provient pas de nul part, tente de coloniser certains esprits qui devraient pourtant s’en sentir totalement inconcerné !!!
    J’invite donc chacun à la plus grande vigilance quant aux idées reçues et je les invite à éviter d’importer en son intimité propre n’importe quel concept venu d’endroits où les problématiques posées ne sont pas censées nous concerner en premier lieu, tout du moins, pas de cette façon.
    Dieu Sait Mieux.
    Restez vigilant(e)s chers frères, chères sœurs.
    Ne nous surconcernons pas pour des éléments qui ne relèvent pas de nos références spirituelles.
    Ne nous contaminons pas volontairement ou pas, consciemment ou pas, avec des maladies que d’autres rencontrent et dont ils souffrent peut-être encore inconsciemment.
    Protégeons nous.
    Appréhendons celles-ci avec vigilence et prudence.
    L’excès répond à un autre excès de façon quasi symétrique.
    Ne nous enfermons pas dans un schéma où nous n’avons aucune raison de nous y positionner.
    L’idée d’un avant, d’un pendant et d’un après l’acte sexuel, est à mon sens également très importante.
    Elle éloigne du sexe bestial, réduit à la simple dimension physiologique et elle éloigne aussi du petit égoïsme sexuel auquel certains ou certaines pourraient être tenté(e)s de succomber.
    En tout cas, merci pour le partage et pour les références citées à l’appui.
    La question mérite sûrement d’être d’avantage creusée.
    Dieu Sait Mieux.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.