Âme en peine

Il est certains soirs où l’on a mal au corps
Parfois d’autres encore où l’on a mal au cœur
Et puis ces autres soirs où l’on a mal à l’âme
Mal à l’humanité, mal d’entendre tant de drames !

Il est certains soirs où l’on ne comprend pas
Les actes de cruauté qui ne s’arrêtent pas
La force de l’amour qui un moment s’en va
Du cœur de nos pairs qui sont tombés bien bas.

Il est certains soirs où l’on pleure les innocents
Qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs, adultes ou enfants
Victimes collatérales de guerres, d’actes de folie
Que commettent ceux qui oublient pourquoi Dieu nous prête vie !

Il est certains soirs où l’on s’endort inquiets
Quel monde à nos enfants va-t-on donc laisser ?
Comment à notre échelle changer un peu les choses ?
Comment offrir au monde plus de pétales de roses ?

Quand l’heure est au silence et au recueillement
Certains ne savent se taire, d’une aubaine profitant
Quand l’heure est au respect et aux condoléances
Certains ont bien compris comment faire de l’audience.

Alors, je prends ma plume, celle-ci devient mon arme
S’il ne reste que les vers dans tout ce grand vacarme
Je leur donne une place, ils rejoignent mes prières
Qui s’envolent vers les cieux, se répandent sur Terre.

Alors, je prends ma plume et écris haut et fort
Que l’Islam que je vis ne saurait faire du tort
Alors, je prends ma plume et j’écris de mes larmes
Que jamais de la haine, nous ne ferons notre arme !

Le prophète de l’Islam était un cœur aimant
La vengeance n’a jamais été son enseignement
L’honorer et l’aimer, ce n’est pas assassiner
L’honorer et l’aimer, c’est répandre la paix !

Il est certains soirs où l’on a mal au corps
Parfois d’autres encore où l’on a mal au cœur
Et puis ces autres soirs où l’on a mal à l’âme
Mal à l’humanité, mal d’entendre tant de drames…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page