Se reconstruire après un divorce (1/2)

3
1122

La vie, quelle expérience ! Elle nous fait vivre de sacrées émotions, vous ne trouvez pas ?

Tantôt faite de joies, tantôt de peines, elle nous réserve de belles surprises, des rencontres inattendues, des moments d’euphorie où l’on se sent le plus heureux du monde, des moments de pur bonheur que l’on voudrait à jamais éternel.

Mais la vie du croyant(e) n’est malheureusement pas un long fleuve tranquille. Penser et croire le contraire, c’est être condamné à souffrir et parfois comme on dit à « tomber de très haut ».

Tout(e) croyant(e) sait que Dieu l’a créé(e) sur cette terre comme passager et pour tester sa foi ; et pour lui montrer Son amour, l’aider à revenir vers Lui ou encore le purifier de ses péchés, il sera amené à passer des épreuves plus ou moins longues, plus ou moins douloureuses.

Les épreuves que peut vivre un(e) croyant(e) sont multiples et un seul article ne pourrait suffire à toutes les énumérer ou à en parler en profondeur.

Je choisis aujourd’hui de traiter du divorce, sujet d’actualité malheureusement de plus en plus répandu dans notre communauté, sujet douloureux que beaucoup de personnes ne veulent pas aborder, sujet délicat que l’on voudrait garder pour soi.

Pourtant, l’expérience des uns et des autres peut certainement aider de jeunes hommes et femmes, des célibataires ou même des couples aux noces d’or. Personne n’est à l’abri de cette épreuve et personne ne vit cette épreuve sans douleur. Le divorce est vécu différemment d’un individu à l’autre, mais sans aucun doute, il marque et change le « mari » ou « la femme » que nous étions.

Pour ma part, c’est à peine âgée de vingt-et -un ans que je vis cette épreuve après quelques mois de mariage. Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours parlé de ce sujet avec une grande facilité. Je rencontre parfois des personnes qui n’en parlent pas, qui le vivent caché comme si c’était une honte. Pour ma part, je n’en suis ni fière ni honteuse. Je devais vivre cette épreuve dans mon parcours de vie et c’est une partie de moi. Je suis devenue celle que je suis aujourd’hui aussi parce que je suis passée par là.

Treize ans se sont écoulés depuis et je peux dire deux choses aujourd’hui concernant ce sujet. La première est que « ce qui ne tue pas, rend plus fort » et je peux aussi affirmer que « oui ! On peut se remettre d’un divorce ». Processus très long fait de larmes et de peines, mais processus possible à qui veut bien y croire et remettre toute sa confiance en Dieu.

On peut certainement faire mieux que d’entamer ce processus de guérison en évitant de divorcer.

Chaque fois que je parle avec une personne de ses problèmes de couple, il est évident que l’ayant moi même vécu et sachant la douleur que l’on peut éprouver, je conseille à chaque fois d’éviter le divorce. Cette décision de divorcer n’est jamais sans conséquence, jamais ! Qu’il soit fait à l’amiable ou pas, divorcer c’est rompre un lien sacré.

Le lien le plus intime, la relation la plus proche, l’union de deux êtres devant Dieu fait du mariage un acte sacré. On ne se marie pas pour divorcer, on se marie pour l’éternité. Toutes les bonnes intentions doivent accompagner les futurs époux. Le mariage est un vrai combat contre son égo, une expérience qui nous révèle au grand jour, un sentier plein d’embûches que parfois l’on n’aurait jamais imaginé devoir traverser. Le mariage n’est pas de tout repos et croire que la chose est facile et que le bonheur sera toujours présent, c’est se tromper sur la réalité de cet engagement. Car oui ! Se marier c’est s’engager. S’engager à faire de son mieux afin de réussir son mariage. Et crier au divorce à tout bout de champ n’est pas la solution.

Le divorce n’est pas une affaire à prendre à la légère. C’est une épreuve douloureuse pour les deux conjoints et j’aime à dire que «  tant qu’il y a de l’amour, il y a de l’espoir ». Ne vous séparez pas parce que vous ne trouvez pas chez l’autre tout ce que vous désireriez ou parce que l’autre ne vous donne pas vos droits.

Le mariage en Islam n’est-il qu’une histoire de droits et de devoirs ? Où sont les sentiments d’amour, de complicité, de tendresse et de miséricorde dans tout cela ? N’est-ce pas le plus important ? Et s’il reste une étincelle d’amour dans votre couple, cela ne vaut-il pas le coup de vous battre un peu pour dépasser les crises ?

Je ne prétends pas ici avoir la réponse à toutes ces questions, mais je pense qu’il y a des mariages qui peuvent être sauvés par la volonté des deux conjoints de réussir à traverser les moments difficiles rencontrés dans la vie conjugale.

Les invocations, le dialogue, les sacrifices, la douceur, le calme et la maîtrise de soi doivent être présents au sein de nos couples afin de régler nos conflits, car tout couple passe par des conflits, le plus important est d’apprendre à les gérer.

Si toutefois malgré tous les efforts, la seule issue est de vous séparer, il faudra le faire dans les règles de l’art. Si nous nous sommes mariés dans l’amour et la joie, pourquoi divorcer dans les cris et la vengeance ?

A suivre …

3 Commentaires

  1. Salam alaicoum, je vis actuellement un divorce, je ne le souhaite pas mais mon ex belle mere a pris cette decision .. leplus dur, car il a plus de 40 ans, il lui obeit… il Met fin a 14 ans de Mariage…

    • alaikoum salam chère soeur, que Dieu vous soutienne et vous apporte la sérénité. Dieu Seul sait quelle est la Sagesse derrière cette épreuve. Dieu swt dit: «Il se peut que vous détestiez quelque chose alors que c’est un bien pour vous. Et il se peut que vous aimiez une chose alors qu’elle vous est néfaste. C’est Allâh qui sait, alors que vous ne savez pas.» (Sourate Al Baqarah verset 216).

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.