Le minimalisme : un mode de vie proche des valeurs islamiques

0
426

C’est quoi le minimalisme ?

Apparu à la fin du 20ème siècle, la tendance minimaliste s’est peu à peu étendue à tous les domaines de la consommation. C’est l’architecte Ludwig Mies Van Der Rohe avec son credo « Less is more » qui a démocratisé cette nouvelle façon de concevoir l’esthétique tout d’abord. Le minimalisme s’étend ensuite au milieu de la mode, de la décoration et c’est un véritable courant artistique qui naît de la simplicité utilisée comme principale norme. Faisant fi du superflu, de la superficialité, de l’ostentation qui frise la vulgarité, le minimalisme se veut sobre, élégant et complexe dans son apparente simplicité.

Une véritable philosophie émerge de ce courant : le retour à l’essentiel, une volonté d’épuration, une envie de se dissocier de la surconsommation ambiante, etc.

Minimalisme et consommation

Cette tendance a nécessairement fini par avoir une influence plus générale et a généré notamment des questionnements sur notre façon de consommer.

De façon générale, notre siècle a été extrêmement consommateur en termes d’énergie et de ressources naturelles. Nous sommes dans une logique de colonisation des espaces et on aspire à posséder le plus possible. L’Homme contemporain est insatiable et en marge de cette surenchère et de cette fièvre acheteuse, un modèle a pris le contrepied, en réponse à cette mondialisation et au modèle « à l’américaine » qui a fini par écœurer une partie de la population. Le lifestyle minimaliste se veut ainsi plus écologique, plus naturel, plus économique et plus respectueux.

Le luxe par le vide

Happée par le quotidien trépidant, vous croulez sous les mémos du boulot, les demandes incessantes de vos « marmots », votre maison est envahie par tous ces objets IN-DIS-PEN-SA-BLES dont vous ne pouvez en aucun cas vous séparer. Vous êtes repue d’informations, d’images, de sollicitations, d’objets : et si votre mieux-être passait par une stratégie du vide ? Désencombrez, débarrassez-vous de ce qui obstrue votre espace vital, apprenez à trier et à jeter en vous posant les bonnes questions, n’achetez que ce qui vous est vraiment utile : bref, revenez à l’essentiel. Quelques astuces pratiques peuvent s’avérer utiles pour appliquer le minimalisme au quotidien, voici une liste pour vous y aider.

Le minimalisme et la tradition prophétique

Le minimalisme est-il une tendance vraiment si actuelle ? Que nenni ! De nombreuses civilisations ont naturellement recours à ce véritable art de vivre. Un simple retour aux sources nous apprend qu’un  mode de vie minimal était celui préconisé par le prophète Muhammad, paix et salut sur lui. Lui et ses Compagnons avaient pour objectif d’éviter tout ce qui pourrait les détourner de l’adoration. Le superflu, et l’envie et l’insatisfaction sont polluants pour notre esprit, notre cœur et notre foi en pâtissent. Inspirons-nous de leurs exemples et prenons pour modèles des hommes d’exception tels que Salman al Farîsî : Devenu vieux et s’apprêtant à rejoindre notre précieux Prophète, paix et salut sur lui, il se mit à pleurer. À Sa`d qui lui demandera les raisons de son chagrin, il répondra : « Par Dieu, je ne pleure pas parce que je crains la mort ou parce que j’aime la vie. Mais je me suis souvenu de ce que le Messager nous a dit : « Que chacun de vous prenne de la vie ce que prend un voyageur comme provisions. » Or, me voilà entouré de toutes ces richesses ». Sa`d dira : « Je regardai autour de moi et je ne vis qu’une grande écuelle et un récipient pour les ablutions ». (1)

Le minimalisme est ainsi un mode de vie qui permet d’être au plus près des valeurs de simplicité préconisées par l’islam. Rien de nouveau cependant dans cette tendance : de nombreux peuples pratiquent naturellement le minimalisme et l’Islam nous enjoint à le mettre en pratique.

Sept actions simples  pour devenir un(e) musulman(e) minimaliste

1- Avoir une conscience écologique

Au quotidien, tout un chacun peut appliquer des règles simples pour préserver les ressources qui nous entourent. Il est primordial de prendre conscience que les ressources naturelles ne sont pas inépuisables : la Terre est un dépôt  dont nous devons prendre soin.

Dans la vie de tous les jours, nous pouvons éviter les emballages et préférer les sacs à vrac ; privilégier les produits locaux et de saison ; éviter de consommer des produits transformés ; économiser l’eau en utilisant un seau au lieu de laisser couler l’eau du robinet  etc. Des sources précises vont dans ce sens. Ainsi, d’après ‘Abdallah Ibn ‘Amr, que Dieu l’agrée,  le Prophète, paix et salut sur lui, est passé près de Sa’d, que Dieu l’agrée, alors qu’il faisait les ablutions et il dit : « Qu’est-ce que ce gaspillage ô Sa’d ?! ». Il répondit : « Y-a-t-il du gaspillage dans les ablutions ? »Le Prophète dit alors : « Oui, même si tu es au bord d’un fleuve qui coule ».

2 – Responsabiliser la consommation

En tant que musulman(e)s, il est important d’acquérir une véritable éthique en termes de consommation. S’enrichir, acheter et accumuler toujours plus de biens n’est pas une fin en soi. Nous avons un devoir par rapport à la société actuelle qui nous pousse à désirer toujours plus. Les vices du consumérisme intègrent peu à peu nos foyers, prenant le pas sur notre rapport à Dieu. Désormais, la liste de courses, les départs en vacances, les loisirs et autres dépenses superficielles colonisent nos esprits et nos cœurs au détriment d’une adoration sincère. Ainsi, quelques questions à se poser avant chaque achat : en ai-je vraiment besoin ou est-ce une envie qui est le résultat d’une compulsion due aux messages publicitaires qui m’assaillent ? Cet argent ne serait-il pas mieux utilisé à des fins utiles (économiser pour le hajj ; anticiper d’éventuels problèmes ; préparer le futur de mes enfants ; aider quelqu’un qui est dans le besoin, etc.) ? Comme dans toutes les facettes de notre vie de musulmans, il faut savoir trouver la voie juste entre une consommation effrénée et une austérité permanente. Se faire plaisir n’est pas interdit, en faire son unique préoccupation, si. Une idée ? A chaque fois que vous évitez un achat non utile, mettez-le dans une tirelire avec l’intention de l’utiliser ultérieurement dans le Bien, et faites le bilan au bout d’une année ! Vous serez certainement surprise.

« Les serviteurs du Tout Miséricordieux, (…) sont ceux qui, lorsqu’ils dépensent, ne sont ni dépensiers ni avares mais se tiennent au juste milieu » (2)

Choisissons aussi la façon de mener nos achats, avec conscience : éviter les objets en provenance de pays qui exploitent les gens (et les enfants…), boycotter certaines marques connues pour leur manque d’éthique, prendre garde au traitement des animaux (achat d’œufs de catégorie 1 ou bio (0), éviter les produits et marques qui maltraitent les animaux), se préoccuper des étiquettes et éviter tout ce qui peut être néfaste pour notre santé notamment ; s’intéresser à la notion de halal et choisir des viandes sacrifiées dans les règles  ; privilégier les commerces éthiques et soutenir les entreprises de vos/frères en islam, etc.

3 – des « gens de la banquette » (Ashâb as-suffah)

Le juste milieu, un maître mot ! Si on n’a pas vraiment besoin de conseils et d’exemples pour dépenser, un modèle peut nous être utile en revanche pour apprendre à s’abstenir ! Imprégnons-nous des modes de vie des « Gens de la Banquette », ces Compagnons qui vivaient dans un extrême dénuement et s’adonnaient quasi exclusivement à l’adoration de leur Seigneur. Alors qu’ils menaient  une vie d’ascètes, ils étaient cependant toujours dans la crainte d’être dans l’excès de passions. Inspirons-nous de leur extrême simplicité, de la ferveur de leur culte et de la douceur de leurs cœurs.

4 – Se recentrer sur l’essentiel

« La richesse ne consiste pas en l’abondance des biens, mais la vraie richesse est celle de l’âme », nous enseigne le Prophète, paix et salut sur lui (3)

Est-on riche lorsqu’on possède beaucoup d’argent ou de biens matériels ? Les biens ne satisfont que temporairement des envies : on recherche le bonheur à travers des éléments extérieurs au lieu de se concentrer sur notre intériorité. A force de chercher des solutions externes à nos problèmes internes, on finit par perdre le vrai sens de notre mission sur Terre : Rechercher l’agrément de Dieu. On privilégie l’éphémère à notre quête d’Éternel. Ayons des aspirations transcendantes qui nous rendront meilleurs, nous évoluerons au lieu de nous empêtrer dans cette vie d’ici-bas qui ne nous offre que des distractions et des plaisirs immédiats qui nous rendent insatiables et ne nous satisfont pas au fond.

5 – Désencombrer son intérieur

Interrogez-vous sur ce que vous possédez : en ai-je toujours l’utilité ? Quand l’ai-je utilisé pour la dernière fois ? Ai-je porté ce vêtement cette année ? Une fois que vous aurez fait un état des lieux de tous les objets de votre maison, vous serez prête à désencombrer avec efficacité !

6 – Faire la guerre au gaspillage

Il faut arrêter d’accumuler et réapprendre à acheter ce qui est nécessaire. Prenez la bonne habitude de faire des menus et des listes de courses pour faire des achats cohérents avec ce que vous avez prévu. Évitez aussi de faire vos courses lorsque vous avez faim, c’est le meilleur moyen de faire des choix compulsifs pour des aliments souvent sans intérêt (peu craquent sur une botte de carottes lors d’une fringale, non ?). Arrêtons de jeter, pensons à ceux qui sont dans le besoin : réutilisons et transformons nos restes, bref faisons la guerre au gaspillage !

Des infos éloquentes sur le site Zéro gâchis. En France par exemple, la quantité de déchets alimentaires annuelle s’élève dans les foyers à 5,2 millions de tonnes (soit 79 kg par personne/an) !  Sans compter donc la distribution, la restauration et les pertes liées à la production agricole ainsi qu’à la transformation et au conditionnement des produits dans les industries agroalimentaires.

7 – Opter pour une alimentation plus frugale

Moins manger, mieux manger, plus jeûner : tels devraient être nos crédos. On mange toujours plus, on se nourrit de trop de produits qui n’ont aucun intérêt nutritionnel et trompent notre appétit. Appliquons les règles issues de la tradition prophétique et prenons conscience des mérites de la frugalité : notre corps, notre santé, notre forme physique nous diront merci !

«Jamais un être humain n’a rempli pire récipient que son ventre. Il suffit au Fils d’Adam de quelques bouchées pour se nourrir. Mais s’il ne peut s’en contenter, qu’il réserve un tiers de son estomac à sa nourriture, un tiers à sa boisson, et qu’il laisse le dernier tiers vide pour lui permettre de respirer.» (4)

Source : https://www.imanemagazine.com/minimalisme-mode-de-vie-islamique/

(1)     Hadith rapporté par Ahmad

(2)     Coran : Le discernement, versets 63-67

(3)     Hadith rapporté par Al-Boukhâri et Mouslim

(4)     Hadith rapporté par Tirmidhi

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.