« Les femmes dans la mosquée » pour les droits des femmes

0
3397

C’est le nom donné à l’action que nous avons commencée à la Mosquée de Paris le 23 novembre 2013. Nous comptons l’étendre à tous nos lieux de culte où les femmes musulmanes seraient privées de l’espace qui leur revient de droit. Cet espace que Dieu et Son bien-aimé Prophète, paix et salut sur lui, avaient donné aux femmes à l’époque de la Révélation.

Nous (six femmes) nous sommes rendues à la Mosquée de Paris pour la prière de maghreb (coucher du soleil), avec pour consigne de prier sereinement dans la salle principale, au fond, derrière les hommes. Pour éviter toute perturbation de ce moment paisible, nous décidons de nous mettre en état de prière dès l’accès à la salle. L’une d’entre nous s’est, tout de même, vue physiquement interdire l’accès à la salle par un membre du personnel. Son sang-froid lui permit, par la suite, de nous rejoindre. Pendant tout le temps des prières surérogatoires que nous effectuions, des hommes défilaient et nous traitaient de tous les noms. Nous avons eu un moment de sérénité pendant la prière obligatoire et le cauchemar reprit tout de suite après la fin de cette dernière. Je rappelle juste que les hommes arrivaient à remplir à peine deux rangées et qu’une dizaine de rangs, au moins, nous séparait d’eux. L’imam se rapproche et nous explique, en arabe, que c’est interdit (haram) pour les femmes de prier dans la salle des hommes (comprenez salle de prière principale). Nous apportons notre seule réponse de la soirée, à savoir qu’à l’époque de notre bien-aimé prophète paix et salut sur lui, les prières se faisaient ainsi sans aucune séparation entre les hommes et les femmes. Et nous quittâmes la salle.

Nous décidons donc d’écrire une lettre ouverte que nous avons envoyée au recteur de la Mosquée de Paris pour raconter ce qui s’était passé la veille et exiger la restitution, aux femmes, de leur vraie place dans La Maison de Dieu. Nous n’avons pas reçu, à ce jour, de réponse à notre demande.

Il faut savoir que les femmes disposent d’un espace, certes plus grand, mais qui se trouve au sous-sol de la mosquée, non loin de la salle d’ablutions et des toilettes des hommes. Cette salle permet à des femmes d’organiser différents cours et activités, chose très utile, mais ne permet nullement la concentration que demande un rituel comme la prière.

Ce combat que nous avons entamé, je le mène à chaque fois que je vais dans une mosquée et qu’il n’y a pas de place réservée aux femmes, ou que l’endroit dédié est fermé ou pas convenable. Je m’installe derrière les hommes et accomplis ma prière. Nous sommes un certain nombre de femmes à mener ce combat individuellement. Il est plus que temps, que toutes les femmes et tous les hommes qui trouvent cette situation inacceptable car contraire à la sunna de notre bien-aimé prophète paix et salut sur lui, luttent ensemble, main dans la main, pour que ça change, pour que la sunna soit rétablie.

La prière à la mosquée n’était pas obligatoire pour les femmes à l’époque prophétique et Dieu leur a accordé le droit d’avoir une place dédiée à la mosquée, qu’elles y aillent ou non. Elle n’est pas plus obligatoire aujourd’hui pour nous mais nous exigeons cette place qui nous revient. On ne peut pas punir les femmes parce qu’elles tenteraient des hommes. C’est chacun, individuellement, qui doit se réformer intérieurement pour que Dieu nous réforme collectivement.

La mosquée du temps de Mohammad, paix sur lui, était un lieu central de vie. On y cherchait la science, on y discutait politique, stratégies de développement, c’était aussi un lieu de refuge, de paix où tout le monde avait sa place, musulman-e-s et non musulman-e-s.

Quel est rôle de nos mosquées aujourd’hui ? Quelle y est la place de la Science ? Celle des enfants ? Des personnes âgées, parfois dessociabilisées ? Quelle est la place des femmes dans le culte et dans les CA ? Telles sont les questions que nous devons, toutes et tous, nous poser et essayer d’y trouver des réponses convenables et surtout conformes à la sunna.

 

1 commentaire

  1. Chapeau! « haraa-ir » de france. C’est une revendication de la « oumma » entière de libérer la mosquée.Pour cela je serre la main de ce groupuscule de « oummahate al mouminine » et leurs dis que « la victoire » n’est que la pacience de just un moment de prière! Après surviendra le déluge….Salam.

  2. une petit conseil ne rendant pas la chose en simple « un affrontement » entre les les deux sexes , malheureusement certaines femmes en général et , « sœurs » particulièrement , tombent rapidement dans cette dérive, guérir un mal par un notre …

    Essayez d’avoir des hommes avec vous c’est pas un aveu de faiblesse , mais, il faut encore du temps pour que les mentalités bougent , et surtout pour éviter les éventuelles agressions et je pèse bien mes mots : dans une mosquée ( et oui une mosquée ) des sœurs en revendiquer leurs « simple du » elles ont faillit être agressées….

  3. il y a presque 20 vingt j’étais avec un éminent imam en discuter des bidaâe « innovations » un moment et il m’a répliqué : tu sais « fiston » la première grande bidâe et bêtise commise après la mort du prophète paix et salut sur lui est la séparation des hommes et des femmes dans la mosquée : on ne fait plus la prière dans la même enseigne : moins on les voit mieux en se porte : c’est devenu la devise (sans parler des hadiths et versets sortis au « bon moment » de manière à justifier et consolider cette vison !!!!!!
    لا حول و لا قوة إلاّ بالله
    continuez mes dames pour juste revenir à l’état normal des choses …
    si j’étais à Paris se serait avec un immense plaisir que je mènerais cette démarche à vos cotés , mes prières le sont , bien sure, je prierais à coté des hommes !!!…

  4. Ben Tiens!! Je vais y aller! Et je vais écrire, « Salle interdite aux chiens et aux femme »!! ça nous rappellera quelque chose du temps de la colonisation!!
    Salam

  5. Salam mes soeurs,
    je vous invite à lire et discuter, dans le sens philosophique, du terme l’ouvrage de l’imam Abdesslam Yassine, pour les arabisants: Tanwir El Mouminat: » l’Illumination des Croyantes », pour les francophones il y a une petite traduction de certains chapitres, n’oubliez pas la traduction n’est qu’une approche il faut faire effort pour apprendre l’arabe.Cette mentalité qui n’a rien avoir avec la Voie Prophétique est l’héritage que nous a laissé la monarchie mordante et la monarchie dictatoriale continue en faire la promotion. Bien à vous. Pourriez vous transmettre les coordonnées de la traduction je ne les ai pas sous la main.merci

  6. Bravo aux sœurs qui ont osé mais il faut absolument se rallier les hommes afin de ne pas en faire un affrontement purement sexiste. Alors allez-y aussi en couple dans ces mosquées.
    Il faut que les femmes musulmanes prennent leur place… partout… Beaucoup d’entre nous s’auto-excluent de certains lieux pour ne pas choquer, pour ne pas s’exposer aux « cancans » ou à des conflits conjugaux. C’est dommage alors qu’avec un peu de bon sens et… de cran (pas toujours facile d’y aller), on peu vraiment faire bouger les choses.
    Il y a du travail et il faut du temps pour faire changer les mentalités mais les musulmans et les musulmanes doivent réapprendre à se mettre autour de la table ensemble pour mener à bien des projets dans tous les domaines mais aussi pour gérer les mosquées.
    Que Dieu nous facilite et vous bénisse tous et toute.
    Dominique Thewissen
    http://www.psychoshems.be

  7. Dhikra, tu vas loin là !
    Si tu qualifies une femme de féministe quand elle réclame les droits qu’Allah lui donne prends donc exemple sur Oum Sulaym qui a réclamer au Prophète sws un jour de cours réservés aux femmes.

    Imagine qu’un jour on interdise aux femmes de voir la Ka’aba, elles pourront faire leur tawaf autour mais sans la voire, elles marcheront derrière un mur. Ne deviendrais-tu pas féministe à ton tour, chère soeur ?

    Je m’associe à la démarche toute mosquée devrait accueillir les femmes dignement, ne serait-ce que par égard pour nos mères.

  8. Salam

    Ne confondez pas tout stp, et arrêtez de grâce de recourir à ces discours dramatiques et purement émotionnels, de surcroît puisés dans des des fantasmes futurs inexistants !! Interdiction, un mur, dignité, nos mères…ah la la ! quand l’émotion prend le pas sur la rationalité!

    Il en faut pour tout le monde après tout, je ne m’associe pas du tout à cette démarche qui consiste toujours et encore à confronter les hommes et femmes par un discours souvent complexe et complexé déjà bien connu de tous. Et chacun est libre de penser ce que bon lui semble, et surtout de le défendre 🙂

    Salam

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.