Comment trouver le bonheur ?

Je lis beaucoup les articles qui traitent du bonheur. Je me souviens avoir commencé avec « Un merveilleux malheur » de Boris Cyrulnik. J’en avais entendu parler la première fois lors d’une des nombreuses discussions fructueuses avec une amie.

Depuis je suis devenue curieuse ; Pourquoi ce sont les personnes qui ont réellement souffert qui ressentent le bonheur de manière si « violente » ? (et le mot est juste). Je recherche depuis les recettes du bonheur, les causes du malheur, et les chiffres qui viennent corroborer le tout.

J’ai mis en relation plusieurs faits, en voici quelques-uns :

– Les français sont les plus malheureux des européens (ou les moins heureux), à ce qu’ils déclarent pendant les sondages. Trois quarts de la population française se disent ne pas être satisfaits de leur vie, de sentir ne pas l’avoir choisie.

– Les médias français sont négatifs, 90% des infos sont des horreurs ou des exagérations. Même leurs jingles glacent le sang, et nous préparent au pire (cf. « lobotomisation par la télé »)

– Dans les pays peu industrialisés les gens se disent heureux. (Pas de médias ou peu)

– A l’école française, on formate les petits pour l’élitisme, et jamais on ne les éduque sur l’estime de soi.

– Les étrangers vivant en France ayant été scolarisés dans leur pays d’origine sont heureux.

Il y en a d’autres ! Mais ces quelques réalités me suffisent pour « prouver » que l’on ne naît pas malheureux, on le devient. Et on le devient à cause de notre environnement. Puis, petit à petit, il devient notre état d’esprit, notre environnement nous maintient dans cet état de « dépression », qui nous garde la tête sous l’eau.

Cependant, il existe un chemin de retour, et il n’est pas tortueux. Cela tient juste à quelques clés qu’il faut utiliser !

1- la décision, changer d’état d’esprit : « Parce que le bonheur est un état d’esprit, il se crée, se décide »

2- Faire le ménage dans sa tête

3- Du tri dans sa vie, son environnement

4- « Placer sa confiance en Dieu, mais attacher son chameau avant ». Ne pas attendre que Dieu fasse le boulot à NOTRE place.

La décision

L’étape de la décision est la plus simple mais c’est celle qui demande le plus de sincérité et de fermeté. Un peu comme « la chahada » (profession de foi). Il s’agit de prendre conscience que nous nous sommes nous-mêmes laissés embourber dans notre morosité puis notre apathie, jusqu’à ce que cette situation de « ni heureux/ni malheureux » devienne normale, la norme française.

– Sachez qu’un peuple qui a perdu espoir est plus facile à soumettre ! Ne soyez pas soumis. Rebellez-vous contre cet état d’esprit que l’on tente de vous imposer (je ne parlerai pas ici du complot mondial contre la santé physique et mentale).

– Dites-vous qu’aujourd’hui vous avez décidé de voir TOUT ce que vous avez de beau et de bon, et de l’apprécier.

– Soyez satisfait !! Remerciez Dieu de vous avoir accordé TOUT cela, car d ‘autres ne l’ont pas forcément. Quand vous remerciez Dieu, Il vous ajoute de Ses bienfaits. Cessez de geindre sur ce que vous n’avez pas, et dont vous n’avez pas réellement besoin pour vivre. Ne vous dites pas qu’un(e) autre a plus que vous (gentil(le) époux (se), jolie maison, argent, enfants etc.), vous ne savez rien de sa vie, et le bonheur n’est pas lié au confort matériel, des gens pauvres parviennent à trouver le bonheur, et des riches se suicident.

– Comprenez que c’est à VOUS de vous rendre heureux TOUT SEUL. Décidez qu’à partir d’aujourd’hui vous êtes conscient(e) d’avoir tout ce qu’il faut.

Décidez d’être heureux de ce que Dieu vous a donné. Décidez que vous nagez dans le bonheur.

– fixez-vous des objectifs (réalisables bien-sûr, ne pas soulever 15 tonnes !!), le fait d’avoir un rêve, un but, et de faire régulièrement des pas vers celui-ci est générateur de bonheur. Ayez confiance en vous !! Et enfin, soyez déterminé et convaincu !! Ne laissez personne vous inoculer le virus du doute !

La remise en question

Demandez-vous ce qui vous tire vers le bas.

Sachez reconnaitre vos points faibles et défauts. Demandez-vous si vos baisses de tonus et de motivation « tombent » à la même période.

Si oui, pourquoi ? Que s’est-il passé à cette période il y a longtemps ? Un problème soigneusement identifié devient plus facile à régler. Mais n’oubliez pas, il faut pouvoir méditer régulièrement. Posez-vous, au calme si besoin, avec une boisson chaude, confortablement installé. Précédez vos « pérégrinations mentales» d’invocations pour éviter les « parasitages » malsains (quels qu’ils soient). Quand vous aurez trouvé, notez vos conclusions, et ne vous attardez pas dessus, ne vous lamentez pas. Enfin, soyez fiers de ce que vous avez accompli.

Si non, rendez-vous ci-dessous

Le tri dans son environnement

Il faut savoir que la télévision rend malheureux. Le nombre de mauvaises nouvelles et de rabâchages d’infos inutiles et néfastes est affolant !!

Surtout aux heures des repas, vous n’engloutissez pas que votre steak frites, vous absorbez aussi toutes ces énergies négatives produites par ce négativisme ambiant que la France médiatique semble fière de propager. Si vous ne pouvez pas vous passer de télé, triez au moins les infos, et lisez-les plutôt.

Rangez ! : Un appartement bien propret et organisé est lumineux et irradie de positif. Jetez le superflu ou donnez-le, il vous étouffe.

Attention aussi aux gens négatifs : Si vous avez un collègue qui râle tout le temps ou un proche, vous finirez par devenir comme lui. Il faut donc apprendre à repérer les influences négatives et les éliminer. Attention ! Ce n’est pas une incitation au meurtre !! On peut certes éviter un collègue qui nous plombe le moral à longueur de journée, il est cependant plus difficile de se débarrasser d’un membre de sa famille un peu trop râleur. Nous sommes musulmans ! La démarche est donc différente, le rappel tout simplement. Essayez de lui faire voir les choses de façon différente, ouvrez lui les yeux sur tout ce qu’il a pu accomplir, participez à son élévation, trouvez ses qualités humaines (sans tomber dans le sordide), montrez-lui que sa vie est belle, remettez à leur place les faux besoins, les faux problèmes (uniquement les faux bien sûr). Mais pensez à vous protéger de son influence. Les amis, les coreligionnaires, la famille, les voisins, méritent que l’on prenne un peu de temps et d’énergie positive pour eux, cela vous sera rendu bien-sûr (jamais une aumône n’a appauvri celui qui la donne).

Prenez soin de vous : Prenez quelques minutes pour vous, n’attendez pas qu’on le fasse à votre place, VOUS êtes la personne la plus importante de votre vie. Vous ne partagerez pas votre tombe, si ce n’est avec vous-même. Faites du sport, cela éloigne la dépression (oxygénation du cerveau et des cellules, sécrétion d’endorphine).

Placez sa confiance en Dieu

Sachez qu’Il n’est pas inattentif à ce que nous faisons. Et surtout qu’Il ne fait rien au hasard. Il contrôle les coeurs, donc le vôtre, alors orientez-le vers Lui.

Agissez d’abord, puis placez votre confiance en Lui. Dieu aime le fort, la beauté, le constant, le pénitent.

Soyez ce qu’Il aime, Il vous aimera.

Multipliez les invocations et le rappel, vous en tirerez d’innombrables bénéfices, parmi lesquels :

– l’occupation de l’esprit par de nobles pensées ne laisse pas de place aux insufflations négatives.

– De bonnes actions à votre actif.

– Dieu vous mentionnera en Lui-même puisque vous Le mentionnerez en vous-même.

– L’exaucement de vos suppliques (car répétées fermes et constantes).

– Le positivisme inondera votre esprit et votre coeur, et le négativisme le quittera ou s’annulera (c’est mathématique).

– Votre foi connaitra la droiture, car votre coeur sera droit puisque votre langue sera droite.

– Vous serez heureux et apaisé, puisque le rappel de Dieu apaise les coeurs.

– Vous irez au paradis, serez conscient et « connaissant » puisque vous connaîtrez* les noms de Dieu (*science sans conscience n’est que ruine de l’âme).

Il ne vous reste donc qu’à décider que vous avez le droit d’être heureux, et de rester constant dans ce cheminement vers la conscience et la connaissance. Parce que le bonheur est un cercle vertueux, un cercle positif. Il vous reste à décider de voir le « Beau » en beau, et le « Vrai » en vrai.

Enfin, remerciez Dieu et attendez-vous au meilleur !

 

2 commentaires

  1. Salam aleykm, quel magnifique article qui donne la pêche dès le matin.

    « Vous etes la personne la plus importante de votre vie »

    « soyez ce qu’Il aime et Il vous aimera »

    Ces deux phrases sont pour moi les plus significatives de cet article compte tenu de ce que je suis et de ce que j’ai pu vivre et de ce que je peux encore vivre.

    Bravo Houda et merci!

  2. Bel article. C est vrai les médias diffusent pas mal de mauvaises ondes.
    Le bonheur est une quête de tous les jours. Cessons de nous plaindre. L optimisme fait parti de l Islam.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer