Renouvellement des valeurs du travail par l’entrepreneuriat social

0
950

La Rencontre avec PSM fut un moment d’échange mémorable et empli d’espoir pour l’avenir. En parlant d’avenir, elle fut notamment l’occasion d’accorder une place spéciale à la jeunesse par le biais d’un certain nombre d’activités et notamment par la tenue d’un atelier sur « l’entrepreneuriat social ». Plus précisément, cet atelier proposait d’explorer la voie de l’entrepreneuriat social comme moyen de redonner au domaine du travail une dimension spirituelle et réellement sociale.

Qu’est-ce que l’entrepreneuriat social ?

Nous avons donc commencé par définir l’entrepreneuriat social comme un ensemble de projets économiquement viables visant chacun à résoudre une problématique sociale ou environnementale et dont l’entrepreneur puisse en vivre (en faire son métier), tout en se passionnant pour ce travail. « 

« Entrepreneuriat » doit s’entendre ici de manière large : il peut s’agir de créer une entreprise complètement autonome financièrement, mais il peut aussi s’agir d’une association financée par les dons et les aides municipales par exemple. Il existe d’ailleurs d’autres formes de financement.

Après cette introduction, l’atelier s’est structuré en deux temps :

1) Le temps du discernement : l’objectif étant de mettre en évidence les travers du monde du travail actuellement afin de guider la recherche d’un idéal plus juste et équitable à travers l’entrepreneuriat social.

2) Le temps de l’inspiration : évoquer des idées de projets d’entreprise sociale afin de s’inspirer et de repartir de l’atelier avec des idées concrètes pour l’avenir.

Le temps du discernement

Au cours du premier temps, nous avons formé plusieurs petits groupes travaillant chacun sur une problématique liée au monde du travail aujourd’hui. Une restitution a eu lieu, au cours de laquelle les groupes ont pu échanger le fruit de leur réflexion.

Nous avons en particulier beaucoup discuté sur le problème du remplacement de l’Homme par la machine, en prenant comme exemple celui des caisses automatiques au supermarché. Les échanges nous ont permis de faire le constat suivant : les caisses automatiques tendent à détruire les emplois des caissières. Une disparition de ce métier à l’avenir est envisageable. Bien-sûr cela créé d’autres emplois pour la construction et la maintenance de ces machines, mais ce sont des métiers requérant plus de qualifications. Cela est problématique, d’autant plus que l’on ne devient pas caissière par choix mais par nécessité. De plus, nous-mêmes en tant que clients, nous poussons vers ce remplacement en voulant toujours plus d’efficacité et d’intimité dans le traitement de nos achats. Nous avons clôturé l’échange en constatant que ce qui est en cause, ce n’est finalement pas tellement la technologie en elle-même, mais plutôt un système de production consumériste poussant toujours vers la croissance la plus élevée possible, dans lequel le client est roi et la productivité reine. Le problème est donc plus large. La solution serait certainement de mettre en place un système réellement au service de l’Homme, en développant par exemple les commerces de proximité.

Le temps de l’inspiration

Pour le deuxième temps nous avons choisi ensemble de parler d’un projet d’éducation alternative. Nous constatons aujourd’hui que le système scolaire est formaté pour les élèves dont le fonctionnement cognitif privilégie l’utilisation du cerveau gauche, qui structure et analyse. Les élèves privilégiant au contraire leur cerveau droit sont déconsidérés par ce système, alors qu’il s’agit souvent de surdoués ne pouvant pas développer leur potentiel à cause d’un système qui les bloque. L’idée serait donc de développer des écoles non-élitistes, donnant les clés à chacun pour réussir à construire son parcours dans la voie qui est le plus en adéquation avec ses compétences, dans laquelle il pourra s’épanouir.

Encore plus d’inspiration

Ci-dessous quelques ressources pour aller plus loin.

1) MOOC « Devenir entrepreneur du changement »

Ce cours en ligne consiste en un programme étalé sur 8 semaines donnant toutes les informations et outils afin de monter son projet d’Entrepreneuriat Social. Que vous partiez de zéro ou que vous ayez déjà une idée de votre projet, son objectif est de tout mettre en œuvre pour que vous puissiez le réaliser. Un bon nombre d’exercices peuvent être faits à plusieurs, donc il serait intéressant de nous organiser pour tenter cette aventure ensemble ! N’hésitez pas à m’envoyer un mail si vous êtes partant. Si vous êtes hésitant, je vous invite au moins à regarder les vidéos de la semaine 1 et 2 qui résument très bien l’objectif et la philosophie de ce MOOC.

2) « Influence et Manipulation » ou « Comment supprimer les obstacles psychologiques nous empêchant de réaliser nos projets » de Steve Abd-El-Karim, expert en science comportementales.

3) « Suis ta passion, est un mauvais conseil » de Cal Newport ou « Comment se passionner pour un métier »

Le conférencier nous apprend que la passion pour un domaine n’est pas quelque chose d’inné, mais que cela s’acquiert par la persévérance et les conditions psychologiques qui entourent la découverte et le travail dans ce domaine.

4) Le bio mimétisme d’Idriss Aberkane, « Imiter la nature pour innover durablement ».

Idriss Aberkane présente une classe d’exemples de projets environnementaux et économiquement viables. (1)

5) La Web Muslimpreneur Academy


(1) D’autres vidéos intéressantes d’Idriss Aberkane :

http://www.huffingtonpost.fr/idriss-j-aberkane/creation-dentreprise-silicon-valley_b_9110188.html

http://www.huffingtonpost.fr/idriss-j-aberkane/pouvoir-dachat-chomage_b_9029530.html

https://www.youtube.com/watch?v=dM_JivN3HvI

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.