Se retirer pour mieux se consacrer à l’adoration

0
818

Aïcha, que Dieu l’agrée, a déclaré dans un hadith rapporté par Boukhari : « Le Prophète, paix sur lui, faisait la retraite pendant la dernière décade du mois de Ramadan  jusqu’à sa mort. Après sa mort ses femmes ont continué à la faire. » 

La retraite spirituelle est un moyen d’accéder au silence propice pour être à l’écoute de notre Seigneur. Même durant Ramadan tu n’échappes pas aux bruits de ce monde qui t’empêchent de t’élever, qui t’empêchent de voir, de sentir cette proximité. Ta retraite te permettra alors de mieux te connaître et de comprendre que les véritables obstacles entre toi et ton Seigneur ne sont pas à l’extérieur. Ton ennemi n’est pas de l’autre côté de l’océan ou de l’autre côté de ta rue mais il se trouve dans tes entrailles. Ces longs moments de silence, d’imploration, d’évocation de Dieu seront l’occasion de dévoiler ton âme et de découvrir Celui qui reste attentif à ton parcours. Celui qui t’attend alors que tu es perdu dans le brouillard de ton ego. Seules ces retraites te permettront de connaître l’ampleur du travail à mener sur toi, l’océan à traverser. (1)

Aïcha, que Dieu l’agrée, a dit : « Quand Il (le Prophète), paix sur lui, effectuait la retraite spirituelle, il ne rentrait à la maison que pour satisfaire ses besoins naturels ». (2)

Ce hadith va nous être d’une grande utilité pour permettre à tou(te)s de ne pas nous priver totalement de cette œuvre grandiose. Car c’est bien durant la dernière décade que se trouve la nuit la plus régénératrice, la plus rémunératrice et tout simplement la plus imprégnée de romance au sein de laquelle Dieu a orchestré une table servie avec Ses meilleurs invités pour donner rendez-vous aux créatures insignifiantes que nous sommes, mais pas à Ses yeux !

En effet, un proverbe arabe nous rappelle que si nous ne pouvons pas tout faire n’abandonnons pas le tout pour autant.

En quelque sorte chacun(e) d’entre nous doit faire ce qu’il peut pour participer au maximum à cette retraite en accordant à son programme des compromis pour les sorties nécessaires.

Certains ont pris l’habitude de dormir à la mosquée et y adorer Dieu même s’ils doivent sortir pour aller travailler ou s’occuper de leur famille. La nuit c’est leur investissement incompressible, indiscutable car seul leur propre ego est bousculé. En effet, le travail ou la famille sombrent dans le sommeil…

Il faut trouver près de chez soi, si possible, une mosquée qui propose l’organisation de cette retraite. Idéalement il faut trouver un groupe de personnes avec qui je vais pouvoir faire taire mon impatience et persister dans l’adoration et non épuiser ces précieux moments à la discussion vaine voire polémique.

A celui qui fait revivre cette sounna au sein de sa mosquée je dis félicitation !

Selon Anas, que Dieu l’agrée,  le Prophète, paix et salut sur lui, a dit : « Celui qui fait revivre ma sunna c’est qu’il m’aime et celui qui m’aime sera avec moi au paradis. » (3)

(1)     Dossier Ramadan psm-enligne.org

(2)     Rapporté par Al-Boukhari et Mouslim

(3)     Rapporté par l’imam at-Tirmidhi

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.