Puis-je jeûner le mois de Ramadan sans prier ?

Chère soeur, cher frère.

C’est cette délicate question que nous allons essayer d’aborder.

Tu as surfé sur le web en te posant cette question et tu es tombé par hasard sur cet article ! Par hasard ? Peut-être s’agit-il au contraire d’une main invisible qui a tiré le navire de ta vie jusque-là. Un destin qui te veut du bien et qui, régulièrement, te ramène devant ce qui semble être des difficultés mais qui, en réalité, sont des opportunités à surmonter. Pourquoi ce destin te voudrait du bien ? Si Dieu nous a descendus sur terre en un temps limité c’est bien pour nous accorder toutes nos chances afin de revenir vers Lui avec les meilleures dispositions et réintégrer la demeure originale, celle que nos premiers parents Adam et Eve occupaient, les vastes contrées paradisiaques.

Te voilà donc en train de lire cet article. Et ce premier paragraphe t’a invité à réfléchir et à prendre de la hauteur afin que ta question se redessine progressivement. Pourquoi se poser une telle question, si c’est pour toi-même que tu la poses ?

Et bien voilà,

“Je fais le Ramadan depuis que je suis tout petit. J’ai pris l’habitude ! Personne au monde ne pourra m’en empêcher ! Mais je ne suis pas dans le délire de la prière, cinq fois par jour, c’est plutôt pour les vieux ou les personnes à fond dans la religion !”

Que répondre à une telle franchise? Puisque personne ne pourrait te faire changer d’avis sur le jeûne du mois de Ramadan, puisque c’est une habitude qui te colle à la peau et qu’il faudrait t’écorcher vif pour te la retirer alors je vais pouvoir te répondre avec une même franchise. Qui t’a mis dans la tête cette idée que la prière c’est un délire ? que c’est fait pour les vieux? ou encore pour les personnes qui sont trop à fond dans la religion ? T’es-tu seulement posé la question? Et si, dès ta naissance tout un travail avait été fait pour te conditionner, toi et des millions d’autres, à penser ainsi ? Et si on faisait page blanche, et qu’on mettait totalement de côté ces idées qui ne sont peut-être pas les nôtres et qu’on regardait la situation en face avec tous les paramètres et tu pourras alors prendre ta propre décision sans que personne d’autre ne décide pour toi sans que tu le saches. Après tout, tu t’es posé cette question et tu as atterri dans un site « à fond dans la religion » parce que tu admets un certain nombre de choses : qui d’autre que des personnes imprégnées dans la religion peuvent m’apporter ce type de réponse ?

Donc tu attends une réponse « d’expert » et c’est légitime, tu fais preuve de sagesse.

Mais il y a un autre enseignement dans ta recherche. C’est ton jeûne du mois de Ramadan qui t’y pousse sans que tu le saches. Tu as à l’esprit cet état de bien-être dans lequel tu te trouves à la fin du mois, ce sentiment de fierté d’avoir jeûné tout le mois sans faillir, d’avoir dit non là où le reste de l’humanité se lâche, tu as maîtrisé ton ventre, tes désirs, en leur refusant ce qu’ils veulent. Tu es devenu maître de ton ego, pour un temps, que tu as enfourché et que tu as dressé. On pourrait te dire ce qu’on veut, essayer de te convaincre rationnellement que ce n’est pas logique de jeûner, jamais tu ne lâcherais ce sentiment que tu as découvert à travers une vraie expérience ! Et là, tu te poses la question sur la validité de tout ça. C’est cette relation particulière avec Ramadan qui t’y pousse sans que tu ne le saches. Il est devenu un compagnon qui viendra sans aucun doute au jour du jugement pour témoigner en ta faveur et te défendre. “Je l’ai privé de boire et de manger, il s’est conformé à l’attente de Dieu, ne lui faites pas de mal, ne le punissez pas, par pitié…” Mais le Ramadan connaît sa place et il sait qu’il ne sera pas à la hauteur pour te permettre totalement de t’en sortir dans ce dernier jugement. Alors il agit en silence! Il fait naître, par la volonté de Dieu, cette question au fond de toi. “Est-ce suffisant de me jeûner ? La prière n’est-elle pas incontournable pour me valider ? Va demander, cherche, renseigne-toi, mais pas auprès de ceux avec qui tu as l’habitude de débattre, plutôt vers ceux qui détiennent un savoir dans ce domaine !” Voilà, probablement ce qui t’a amené jusqu’à cet article en entendant, peut-être, un membre de ton entourage qui t’a sapé le moral en te disant que le Ramadan sans prière ça ne sert à rien…

Toujours est-il qu’il me revient, à moi, de t’apporter une réponse claire. C’est le deal, tu as été franc, je dois l’être aussi, je ne peux pas tourner autour du pot. Et si je le fais, ça te paraitra peut-être curieux, mais c’est pour la même raison que le ramadan qui a agi sur toi, c’est par amour… Tes parents, lorsque tu leur demandes conseil, ils ne cherchent pas à te ménager, ils vont droit au but même si ça va piquer… Parce qu’ils aiment leur enfant. Et bien nous avons un point commun qui facilite cet amour et cette fraternité, c’est d’appartenir à la communauté du Prophète Mohammed (paix et salut sur lui) et cela m’engage à te vouloir du bien pour cette vie ici-bas et pour la vie dernière et sans calcul terre à terre, sans aucune rémunération de ta part, Dieu S’en charge déjà. Oui, Il me récompense pour toi. C’est intéressant…

Quelqu’un paie pour toi sans que tu le saches. Durant toute ta vie Il paie. Tu respires, tu manges, tu es en bonne santé, tu réfléchis, certains t’accordent du bien et Il paie les factures. C’est que tu comptes pour Lui ! Il nous encourage à nous aimer, à fraterniser et Il nous récompense pour cela parce qu’Il sait que nous en avons besoin.

Après cette longue introduction, voilà la réponse :

Le jeûne de Ramadan a bien saisi ses limites. Il sait que la prière est l’un des piliers les plus importants de l’Islam. C’est la première adoration qui va être pesée au jour du jugement. C’est un pilier clé dans la fondation que tu construis. Sans ce pilier tout s’effondrerait au premier coup de vent. La prière te tient compagnie, sous l’apparence d’une belle créature, dans ta tombe, en attendant le jour du jugement. La prière a bien plus de pouvoir que le jeûne de Ramadan pour te défendre au jour du jugement, soyons honnêtes, si tu te prives de la prière tu te mets en danger. Mais déjà sur terre tu te mets en danger car ce bas-monde est rempli de tentations et nos péchés s’accumulent.

Se poser la question ce n’est pas poser la question est-ce que je ne suis plus musulman si je ne prie pas puisque Dieu valorise ne serait-ce qu’un atome de foi, mais c’est plutôt la question de mon devenir après la mort. Dans la tombe, déjà, j’échapperai difficilement aux châtiments mis en place pour me purifier car toute personne qui entre au Paradis doit être purifiée de ses nombreux péchés. La prière est comme un fleuve qui passe 5 fois par jour devant toi et tu y plonges, te nettoyant de tous tes péchés quotidiens faits sans même t’en rendre compte. Ensuite, au jour du jugement, il y est décrit de nombreuses épreuves dont ce pont fin comme une lame de rasoir qui surplombe l’enfer et que nous devrons tous traverser. Ce jour-là tu ne pourras pas dire que tu as une autre manière de voir… C’est la description qui nous est faite par le Prophète (paix et salut sur lui) et nul n’y échappera.

Donc tu me demandes s’il est vraiment nécessaire de s’équiper avec des cordes et des bouteilles d’oxygène pour gravir le mont Everest ou bien est-ce que de bonnes chaussures et un bon manteau suffisent ?

Si je te laissais croire que ça suffirait, quel mauvais conseiller je ferais !

Non ça ne suffit pas…

Non ça ne suffit vraiment pas !

Mon très cher lecteur, je sais que la vraie difficulté se trouve dans la volonté. Alors cherchons ensemble ce qui élèvera ta volonté au niveau qui te convient mieux. Tu es un homme, tu es une femme extraordinaire, que Dieu a privilégié sur toute Sa création. Il te veut pour Son paradis, dans Sa compagnie, et Il n’a donné cet honneur à personne d’autre. Mais Il est juste, et Il récompensera en fonction des efforts de chacun et de chacune. Le Paradis est constitué de 100 niveaux et 2 niveaux sont séparés d’une distance équivalente à la terre et les cieux. Entraidons-nous donc pour cela.

Puisse la prière devenir notre meilleur compagnon et embellir notre mois de Ramadan comme le jeûne nous a déjà embellis.

« En vérité la prière préserve de la turpitude et du blâmable. Le rappel de Dieu est certes ce qu’il y a de plus grand. Et Dieu sait ce que vous faites » (Coran 29/45).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer