Mieux communiquer avec ses proches

Dans mes accompagnements, je suis souvent confronté à des conflits qui naissent au sein des familles et qui persistent. Et je me rends généralement compte que ces conflits naissent d’un manque flagrant de communication. On ne nous forme pas au langage, on ne nous forme pas à exprimer nos émotions, ni à faire des demandes réalistes. On ne nous dit pas comment apporter une éducation épanouissante et bienveillante à nos enfants. Et j’aimerais partager avec vous mes conseils et recettes pour installer une communication bienveillante au sein de son foyer et pour mieux communiquer avec ses proches.

Favoriser les conditions pour  une communication bienveillante

Pour bien communiquer il faut installer quelques préalables au sein de la famille.

Ma première proposition pour cela est de veiller à développer son estime de soi, par des moyens concrets : avoir une activité intellectuelle, une activité sportive, s’entourer de personnes positives, avoir un programme spirituel, s’épanouir professionnellement, etc. Et également favoriser l’estime de son conjoint et de ses enfants, pour que tous aient la propension à bien communiquer.

Je propose également d’être à l’écoute de ses besoins et des besoins des autres, pour tendre à les satisfaire et à générer des liens affectifs entre nous. Et le premier besoin que je vous enjoins de satisfaire est le besoin d’amour, en l’exprimant verbalement, par des attentions, des cadeaux…

Savoir également dire ce qui nous satisfait et ce qui nous gêne de façon assertive, remercier, faire preuve de gratitude, féliciter quand c’est nécessaire.

« Connais-toi toi-même » disait Socrate ; je conseille d’apprendre à décoder son propre fonctionnement, en essayant de déterminer son type de personnalité, en décodant son mode de fonctionnement, notamment grâce aux filtres et canaux sensoriels préférentiels. Ce travail que l’on effectue sur soi, faisons-le également pour les autres, en découvrant par exemple les modes de communication de tous les membres de sa famille.

Enfin, favoriser la découverte des intelligences de sa femme ou de son mari, de ses enfants (intelligences multiples, intelligence émotionnelle). Dieu nous a pourvus d’énormément de qualités et notre fonctionnement est complexe, plus nous nous connaîtrons et mieux nous saurons répondre à nos attentes.

La communication au sein du couple

Avant de fonder une famille unie, il est impératif de former un couple solide. Avant d’entrer dans le détail de la relation de couple, j’aimerais rappeler quelques principes de la communication.

Le langage est formé de trois composantes :

  • Le langage verbal composé par les mots que nous prononçons ; il constitue 7 % du message.
  • Le langage paraverbal qui comprend le débit de la voix, l’intonation, le volume sonore ; il forme 38 % du message.
  • Le langage non verbal qui est constitué par tout le reste : les mimiques, les gestes, le comportement, etc. Il détermine 55 % du message.

On voit ici à quel point il est important de soigner « l’emballage » du message dans sa communication, à travers le sourire, le geste doux, le bon comportement.

Le Prophète (paix et salut sur lui) a dit : «Le meilleur d’entre vous est celui qui est le meilleur avec sa famille. Et je suis le meilleur avec ma famille.» (1)

Et la première personne qui mérite de bénéficier de notre bon comportement, est celui ou celle qui partage notre vie, et participe à nos projets de vie. Il est impératif de prendre le temps d’embellir son message au quotidien, de surcroît lorsqu’on s’adresse à l’être aimé.

Il est important de savoir également qu’entre l’émetteur, « vous », et le récepteur, « l’autre » (ici votre époux ou épouse), il y a une déperdition du message de 70 à 90 %. Entre d’un côté, ce que je pense dire, ce que j’ose dire, et ce que je dis finalement ; et de l’autre côté ce que l’interlocuteur entend, comprend et admet, il y a toute une série de filtres qui font perdre une partie du message. C’est pour cela qu’il est important d’être le plus clair possible, et de bien réfléchir à ce qu’on veut dire.

– La première étape propose de s’aimer, sans excès, pour aimer l’autre, car si on ne s’aime pas, qu’on est au fond du gouffre, comment pourrait-on donner de l’amour aux autres. Et s’aimer, cela veut dire prendre soin de soi, se cultiver, s’entretenir et grandir. Et une fois pourvus de ces forces, nous serons  plus disponibles  pour procurer du bien-être à l’autre.

– La deuxième étape consiste à favoriser la communication bienveillante dans le couple par la patience, l’attention, le don. On a tendance à laisser tomber le couple dans la routine et ne plus traiter que les affaires courantes, après quelques années de mariage. Ce qui peut, à terme, tuer la communication dans le couple. Il est impératif de mettre en place des moments d’intimité, des actions qui reboosteront la dynamique du foyer.

– La troisième étape engage à développer une vision commune de la vie, de la famille, tout en se réservant des projets à soi. Parmi les visions communes, il y a la spiritualité, l’éducation des enfants, les grands projets de vie (lieu de séjour, achats importants, etc.). S’il existe de trop grandes divergences dans ces domaines, il est fort probable que la communication à terme soit entravée et que les personnes se séparent. Et malheureusement, beaucoup de couples ne consultent qu’une fois cette limite atteinte.

Communiquer avec ses enfants

Les enfants, pour bien grandir, ont besoin d’une éducation réfléchie et programmée, et ceci nécessite des échanges, des explications et une communication positive au quotidien.

Alî ibn Abî Tâlib, que Dieu l’agrée, a dit : « Ton enfant, joue avec lui pendant ses sept premières années ; puis éduque-le pendant les sept années qui suivent ; et fais-en un compagnon pour les sept années suivantes, puis laisse-le agir à sa guise. »

7 ans de douceur et de joie

Quand l’enfant est tout petit, il a besoin d’amour, de douceur. Il a besoin d’être nourri par l’amour maternel et paternel. Pour en faire un enfant équilibré, il a besoin d’être renforcé et nourri, de prendre plaisir et goût à la vie. Profitez de cet âge pour le cajoler, le dorloter, participer à ses jeux, prendre du temps pour lui. Ce sont les années cruciales pour en faire quelqu’un de sûr de lui. Toute cette énergie que vous lui donnerez à ce moment précis, lui servira de carburant pour la vie. Il en obtiendra de l’assurance, et une lumière pour avancer dans la vie. Et cette confiance que vous lui donnerez lui permettra de pouvoir se reposer sur vous, vous dire les choses et éviter la frustration.

7 ans d’éducation bienveillante

Parvenu à 7 ans, il est temps de lui donner un cadre, avec bienveillance et douceur, pour qu’il connaisse ses droits et devoirs, et qu’il puisse évoluer en société sans se sentir en décalage. Les enfants ont besoin d’un discours clair qu’ils appliqueront, et en leur expliquant les choses, ils chemineront en société sans s’isoler, ni fréquenter les mauvaises personnes. Commencez à les responsabiliser en leur donnant des tâches de leur âge, ayez de réelles discussions avec eux, ne vous contentez pas de leur donner des ordres et de les sermonner. Expliquez-leur la valeur dont Dieu les a pourvus. Installez les bases d’une communication solide, qui leur servira à eux comme à vous plus tard. Et pourquoi pas leur offrir un accompagnement qui les aidera à renforcer leur personnalité afin d’en faire des adultes équilibrés. J’ai coutume de recevoir des jeunes qui éprouvent des difficultés dans leur construction ; et le constat qui revient souvent parmi eux c’est : « je peux enfin parler de moi et trouver une oreille bienveillante qui ne me jugera pas ».

7 ans de proximité amicale

Voilà que votre enfant est un adolescent, si vous ne lui avez pas donné l’amour qu’il faut, puis un cadre bienveillant par la suite, ce n’est plus le moment de le faire. En tout cas, redresser les choses à ce moment de la vie deviendra une tâche difficile. Cependant, si vous avez fait le travail qu’il fallait durant les premières années de sa vie, il deviendra votre ami le plus sincère. Il cherchera la confidence chez vous au lieu de la chercher ailleurs. Il vous parlera sans tabou de ses soucis, de ses bonheurs et la communication sera fluide entre vous.

La communication comme ciment de la famille

En conclusion, investissez en vous, en votre couple, en vos enfants, en installant une atmosphère de bonne entente, de communication positive et bienveillante. Il n’y a pas d’entreprise plus importante que votre famille, investissez en elle pour la rendre heureuse.

Il n’y a pas de solution miracle pour installer la bonne entente entre ses proches, il faut une réelle volonté et un travail du quotidien. Et beaucoup prier Dieu pour installer amour et miséricorde dans nos familles, car sans volonté divine nos efforts n’aboutiront pas.

  • Hadith rapporté par Thirmidi

Lire aussi :

Oui, mais…

Le besoin d’attachement chez l’enfant

La communication au sein du couple

Les couples face aux crises

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page