Prier sur le prophète (paix et salut de Dieu sur lui)

0
621

Quelle créature plus noble est plus aimée aux yeux de Dieu que notre prophète bien guidé Mohammad (paix et salut de Dieu sur lui) ? À qui devons-nous la clairvoyance sur la voie droite, ce chemin tracé sur lequel sera sauvée notre âme ici-bas ainsi qu’au jour de la résurrection, Si Dieu le veut ? Il a sacrifié tant de choses pour nous, a refusé de recevoir les clés des cieux et de la terre, se contentant de manger un jour de quoi le sustenter et de rester le jour suivant sur sa faim. Tout cela pour garder la proximité des hommes et femmes.

Notre père Adam, lorsqu’il désobéit en mangeant du fruit défendu implora le pardon du Seigneur par ces mots : « Mon Dieu ! Au nom de Mohammad ! Pardonne-moi mon péché ! Accepte ma repentance. » [1]. Le premier homme sur terre, le père de Mohammad, requit l’indulgence de son Créateur par le biais de son noble descendant ! Qui sommes-nous donc, pauvres êtres, pour ne pas reconnaître la grandeur de notre guide suprême ? Notre langue ne devrait s’interrompre de lui rendre grâce, que son nom soit prononcé ou tu !

Dieu Lui-même fait maintes et maintes fois son éloge dans le Coran Sublime : « En vérité, dans le Prophète de Dieu vous avez un excellent modèle » [2].  Il le décrit également de cette belle façon : « Et tu es certes, d’une moralité éminente. » [3]. Sans oublier ce qui nous est parvenu de la tradition prophétique : Aïcha (que Dieu l’agrée) a dit, en parlant du bien-aimé (paix et salut de Dieu sur lui) : « sa morale était le Coran. » [4].

S’il est quelqu’un que chaque croyant se doit d’aimer, quelle que soit l’époque ou le lieu, c’est bien Mohammad (paix et salut de Dieu sur lui), cet amour étant suivi de paroles et d’actes. Des paroles d’amour et de bénédiction appelant la grâce continue sur lui et sa famille, jusqu’au jour de la résurrection, jour où l’intercession lui sera réservée, lui qui se souciait plus du sort de sa communauté que de son propre bien-être. Des actes de suivi scrupuleux de son modèle parfait, preuve s’il en est de cet amour prétendu par chaque Musulman. Sachant que l’amour de Dieu est refusé à celui qui n’aime pas Son messager élevé (prière et salut de Dieu sur lui).

La langue ne peut, de ses éloges, tarir. Ni le cœur, de son amour, se remplir. Toute la miséricorde et la félicité déversées sur ce monde et ses habitants, ne le furent que pour lui. Le trône divin porte son nom, et le Seigneur l’a préféré à toute autre créature. L’insouciant entend son nom et ne ressent aucun trouble, aucune émotion. Pire, le réfractaire tremble de colère lorsqu’il est cité, ne se rendant aucunement compte que ses sentiments le vouent à sa propre perte. Certes il n’y a qu’un seul Dieu et Mohammad est Son messager, qui peut donc s’opposer à la seule puissance qui soit et à Ses élus ? Seul le corrompu par les susurrations du malin s’y aventurera.

À toi les plus belles des salutations, les plus grandes louanges sur terre comme au ciel, ô Mohammad.  Mes yeux pleurent la distance. Mon cœur ressent, de l’éloignement, la souffrance. Que n’aurais-je donné pour admirer ton visage un instant. Que n’aurais-je sacrifié, même mère et père, pour te tenir entre mes bras un moment. Tu es mon maître, mon exemple, tu te souciais de mon confort sans même me connaître, tu persisteras lorsque j’aurai rejoint le séjour éternel. Je te dois ma vie de croyant, tu m’as fait rencontrer mon Créateur, celui qui t’envoya comme « miséricorde pour les mondes ».

Ô Dieu ! Prie sur Mohammad, ses épouses, les Mères des croyants, sa descendance et les gens de sa Maison, comme Tu as prié sur Ibrâhîm ! Tu es Digne de louange et Majestueux.

Mohammad, le joyau des œuvres divines.

Un homme aux caractéristiques sublimes.

Humble face aux petits, fort devant les tyrans.

As-tu jamais connu homme plus méritant ?

Méditons donc sur son caractère si éminent.

Magnanime et vivant, grand parmi les grands.

Attriste-toi de ne jamais pouvoir assez le louer.

Dieu son maître en a fait Son intime rapproché.

——————————————–

[1] Al-Hâkim.

[2] (Coran, s. 33, v. 21).

[3] Sourate 68, Verset 4.

[4] Muslim.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.