L’estime de soi dans la tradition prophétique

5
399

Nous avons tendance en tant que musulmans à négliger l’estime de nous-mêmes, de nos proches, de nos enfants. Et par là, à souvent n’émettre que la critique et le dénigrement envers soi et envers les autres. Et de surcroît la culture de la plupart d’entre nous, qui pousse au bannissement de l’expression de tout sentiment, nous pousse à encore plus de pudeur quant aux compliments et aux activités qui nourrissent l’amour de soi, de façon mesurée s’entend. Mais que dit notre noble religion concernant le traitement de son égo ? Faut-il simplement le rabaisser et faire constamment son autocritique, ainsi que le dénigrement et le refoulement de ses sentiments et émotions ? De ceux des autres ? Plus nous sommes durs envers nous-mêmes et envers autrui et plus nous sommes religieux ? Est-ce là le vrai message de Dieu et de Son prophète bien-aimé (paix et salut de Dieu sur lui) ? N’y a-t-il pas de place pour la miséricorde et les paroles douces envers soi, les siens, les autres ?

Voyons ce qu’en dit notre religion !

Et Nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers

« Et Nous ne t’avons envoyé qu’en miséricorde pour l’univers » [1]. Ainsi s’exprime Dieu Tout-Puissant en parlant au prophète bien guidé, Mohammed (paix et salut de Dieu sur lui). C’est dire la mission pleine de mansuétude pour laquelle l’envoyé de Dieu a été  mandaté. Parmi ses prérogatives, il y avait bien entendu l’élévation de l’Homme et l’illumination de sa poitrine par une belle estime de lui-même. En contraste avec l’avilissement qu’il subissait depuis toujours. Portons particulièrement au regard du lecteur, l’attention sur la condition de la femme et de l’esclave. Ceux-ci n’avaient aucun droit de cité avant l’avènement de l’Islam, puis Mohammed (paix et salut de Dieu sur lui) fut envoyé afin de les libérer de leur vile condition, et leur redonner un peu de fierté d’exister. Il s’agissait également d’affranchir les enfants d’Adam de leurs fausses croyances, afin de les mettre sous la protection d’un Dieu unique qui les avait créés libres et égaux. Que de belles choses ont été dites et faites par notre bien-aimé prophète pour rehausser la valeur de ses compagnons ! Prenons en exemple son discours d’adieu et citons-en quelques paroles sublimes :

–        Ô peuple ! Votre sang et vos biens sont sacrés, jusqu’à ce que vous alliez à la rencontre de votre Seigneur.

–        Prenez donc sur vous la recommandation d’être bienfaisants vis-à-vis des femmes.

–        Toute l’humanité descend d’Adam et Ève.  Un Arabe n’est point supérieur à un non-Arabe, et un non-Arabe n’est point supérieur à un Arabe; et les Blancs ne sont point supérieurs aux Noirs, de même que les Noirs ne sont point supérieurs aux Blancs.  Aucune personne n’est supérieure à une autre, si ce n’est en piété et en bonnes actions. Vous savez que chaque musulman est le frère de tous les autres musulmans.  Vous êtes tous égaux.

Imaginez, il y a près de 1500 ans, au temps du moyen-âge, entendre un tel discours pour un miséreux, une femme ou un esclave abyssin ! Quelle émotion, quels sentiments cela pouvait engendrer en lui, à part la fierté et le rehaussement de sa valeur intrinsèque ?

Le prophète (paix et salut de Dieu sur lui) avait ce don de l’éloquence, de la parole concise et agréable que nul n’a jamais égalé avant et après lui. Quelles paroles distribuait-il à ses compagnons pour leur donner du courage et de la valeur ? Il qualifiait Abou Bakr (que Dieu l’agrée) son compagnon intime de véridique, le tenait en haute estime et lui avait annoncé le paradis de son vivant. Il disait d’Omar ibn Alkhattab (que Dieu l’agrée) : « Dans ma communauté, il y a des gens inspirés. Par Dieu, Omar est l’un d’entre eux ! » [2]. Il fit de l’esclave affranchi Bilal Ibn Rabah (que Dieu l’agrée), son ami et son muezzin… La liste des attentions, des paroles de réconfort et d’encouragement du prophète est longue, il a amené des bédouins pâtres et insignifiants à conquérir la moitié du monde et à devenir le phare de l’humanité. Aujourd’hui nous sommes à deux doigts d’éteindre cette lumière et de retourner à l’état de nos prédécesseurs d’avant l’islam !

Un musulman fort est meilleur qu’un musulman faible

Certes les humains sont, à la base, égaux devant Dieu, mais Il nous encourage à nous fortifier et à acquérir sagesse et puissance dans tous les domaines, ceci afin d’être le plus utiles à nous-mêmes et au reste de l’humanité. La preuve est dans la Parole divine : « Et préparez contre eux tout ce que vous pouvez comme force » [3], demandant aux musulmans de se préparer à la défense contre ceux qui les menaçaient de toute part, par tous les moyens. Il y a également la parole prophétique : « Le Croyant fort est meilleur et plus aimé par Dieu que le Croyant faible et dans les deux il y a un grand bien. Recherche avec énergie tout ce qui te fait du bien, demande aide à Dieu et ne faiblis jamais. Si un malheur te touche ne dis pas : “ Si j’avais fait telle chose, il ne m’aurait pas touché ”, mais dis : “ Dieu en a prédestiné ainsi et, ce qu’Il a voulu, Il l’a fait ”, car le mot “ si ” ouvre la voie à l’œuvre de Satan » [4].

Ceci est la définition même d’une belle estime de soi, non ? Recherche avec énergie tout ce qui te fait du bien, et si un malheur te frappe fais preuve de résilience, patiente, remets-t ‘en à Dieu, relève-toi et avance. Reste fort devant l’adversité, garde espoir en Dieu et l’avenir, ne te laisse pas détruire par la ruse du diable et continue à te construire la meilleure vie possible. Tels sont les enseignements à tirer des paroles du prophète (paix et salut de Dieu sur lui).

Il réside une force en islam qui n’a d’égale dans aucune autre voie spirituelle, une force qui nous nourrit et nous grandit. Cette force est celle de l’invocation, qui est exaucée par Dieu à diverses occasions et qui nous permet d’avancer vers l’objectif tout en gardant l’espoir. L’invocation du malade est exaucée, celle du voyageur l’est également, si tu te prosternes Dieu t’entend, si tu demandes sincèrement également. Nous ne sommes jamais dépourvus et nous avons tous les moyens pour rester debout et dignes durant toute notre vie. Voilà la force de l’islam si l’on en saisit véritablement le sens.

Il est temps de se lever !

Il est évident que notre noble religion élève plutôt qu’elle n’avilit, comme son noble messager est venu élever ses compagnons. Tout être sensé comprendra que l’attitude actuelle qui consiste à dénigrer les autres comme sa propre personne, ne trouve de source nulle part.  Ce sont des siècles de chute et de mésestime qui nous ont menés là où nous sommes. Nous n’avons été conquis et colonisés que parce que nous étions colonisables, l’ennemi n’avait pas besoin de faire d’effort pour nous abattre. Etienne de la Boétie ne pensait pas si bien dire lorsqu’il prononça cette parole : « Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux ».

 Il est temps de se relever et de coller à la Parole divine « (…) S’il se trouve parmi vous vingt endurants, ils vaincront deux cents ; et s’il s’en trouve cent, ils vaincront mille (…) » [5]. Il est temps de prendre de la hauteur, de se nourrir de pensées positives, d’être fiers de notre foi et de notre condition de croyants. D’inculquer cette fierté à nos enfants et de leur lire la Parole divine qui stipule que « Vous êtes la meilleure communauté qu’on ait suscitée aux hommes, vous ordonnez le convenable, interdisez le blâmable et croyez en Dieu » [6].

L’image que nous aurons de nous-mêmes sera l’image que l’on reflètera aux gens, et cette assurance nous permettra d’être des gens de bien, qui transmettent le bien, sans fausse fierté ni faux semblant.

[1] Sourate 21, les prophètes, verset 107

[2] Bukhari

[3] Sourate 8, le butin, verset 60

[4] Muslim

[5] Sourate 8, le butin, verset 65

[6] Sourate 3, Al-Imran, verset 110

5 Commentaires

  1. Paix.
    Lorsque je commente, une publication, l’idée que je poursuis est de contribuer à ma manière, avec tout ce que cela comporte de subjectivité et de relativité mais pas que, en vue de participer moi aussi au thème abordé.
    Si la tonalité que j’emploie peut paraître parfois trop brutale ou trop directe, elle ne cherche certainement pas à essayer de décourager l’intervenant d’intervenir.
    Bien au contraire, cette contribution vise plutôt à inviter celui-ci à poursuivre, à approfondir voire à enrichir sa réflexion.
    En effet, par ma contribution, je cherche à apporter une certaine « Valeur ajoutée » au « débat » (pas du tout dans le sens polémique ou rhétorique du terme mais alors pas du tout !)
    Je peux paraître prétentieux mais je n’ai pas honte de mes ambitions (peut-être est-ce là aussi ma façon à moi de manifester MON ESTIME DE MOI 😉).
    Si mes interventions peuvent susciter du « déroutement  » voire du découragement, je te demande à toi, cher frère, comme à tous ceux (ou celles évidement) qui pourraient en être affectés, de m’en pardonner.
    J’essaierai de corriger mon action et de faire mieux la prochaine fois si Dieu Veut.
    Dieu Sait Mieux.

    • Salam alkm à toi. Tu n’as pas à te justifier. Il n’y a rien a pardonner. Nous sommes frères et soeurs de foi. Toute contribution sincère à l’échange est un enrichissement.

      Que penses tu de la place de l’estime de soi en islam ?

  2. Cher Frère.
    Lorsque l’on entreprend une grande oeuvre, il faut essayer de réunir tout ce qui peut y contribuer favorablement.
    Avant d’aborder l’aspect matériel de ces conditions, il faut d’abord réfléchir aux motivations qui animent cette grande œuvre. Motivations que l’on compte traduire tout au long de ce travail pénible, de longue haleine, qui nécessite, entre autres, patience et persévérance.
    Ce ne sont pas que des mots.
    On se fixe une direction, des objectifs intermédiaires, des relais en quelque sorte, certes mais il n’y a pas de fin en soi.
    Il ne faut pas se limiter…
    Prends tout ce que tu peux prendre, avance tout ce que tu peux avancer, progresse tout ce que tu peux progresser, ne t’arrête pas, ne t’arrête plus…
    Dans l’entreprise à laquelle je fais allusion, il n’y a pas de fin…
    Pour mener à bien cette démarche, il te faut t’armer de patience, de persévérance mais pas que…
    Ce sont tes meilleurs alliés en cas de coup dur.
    Patiente tout d’abord avec toi-même puis essaye de patienter avec l’autre.
    L’exigeance de résultats immédiats ne s’inscrit pas dans cette patience, cette dernière ne doit jamais te quitter.
    Cette oeuvre ne peut pas non plus accepter d’être confiée à la reconnaissance de l’autre.
    L’ autre ne voit pas tout.
    Il faut en rester conscient.
    L’exigence d’une certaine immediatete de résultat vis-à-vis de soi comme vis-à-vis de l’autre relève de l’impatience.
    Les grandes oeuvres prennent le temps qu’il faut, il faut l’accepter aussi…
    Priver son action de ses motivations propres en la suspendant à la simple considération, à la simple reconnaissance que l’autre pourrait lui porter est extrêmement dangereux.
    Il y a, entre autres, un risque certain de découragement possible voire pire, un risque d’abandon et de renoncement au moindre signal négatif reçu en réponse à son action.
    Il faut accepter aussi l’imperfection (au sens littéral du mot) de son action.
    Celle-ci peut toujours s’améliorer.
    Il n’y a pas de fin non plus dans l’amélioration.
    Pourquoi vouloir absolument atteindre tout de suite un état de perfection (toujours au sens littéral du terme), pourquoi?
    A ma connaissance, en matière de reconnaissance, il existe trois états:
    – la reconnaissance positive, (elle remercie, elle encourage)
    – la reconnaissance nulle, (elle correspond à l’indifférence)
    – la reconnaissance négative (celle qui récompense par le mal, le bien qui lui a été prodigué, que Dieu nous en Préserve !!!)

    Si tu veux poursuivre ton action, il faut que tu te réappropries ses motivations à part entière.
    Il te faut peut être donc trouver, si tu en éprouves le besoin, de nouvelles motivations, des motivations qui dépassent, entre autres, les obstacles que je viens de te citer.
    Le propos n’a rien d’exhaustif.
    Dieu Sait Mieux Évidemment.
    Que Dieu t’ Aide.
    Invocations svp.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.