N’est-il pas temps de renouer !

« Je me rendis à Médine et m’assis avec ‘Umar ibn al-Khattâb (que Dieu l’agrée).

Alors qu’un convoi funèbre passait, les gens firent les éloges du défunt et ‘Umar dit : « Il lui est garanti ! » Puis un autre passa ; les gens firent les éloges du défunt et Umar dit : « Il lui est garanti ! » Enfin, un troisième passa ; les gens blâmèrent le défunt et “Umar dit : « Il lui est garanti ! » Abû al-Aswad dit alors : « Je dis :« Que signifie : « Il lui est garanti ! », ô, commandeur des croyants ? » II dit : « J’ai répété ce qu’a dit le Prophète (paix sur lui) : « Lorsque quatre personnes témoignent en faveur d’un musulman, Dieu le fait entrer au Paradis. » Nous dîmes : « Et trois ? » Il dit : « Et trois ! » Nous dîmes : « Et deux ? » Il dit : « Et deux ! » Puis, nous ne lui avons pas demandé si cela était valable pour une seule personne. » (1)

Omar Ibn al Khattab (que Dieu l’agrée) en excellent disciple du Prophète (paix sur lui), interpelle les croyants qui l’entourent à travers Abû al-Aswad (que Dieu lui fasse miséricorde) sur un enseignement essentiel. Il ne rapporte pas un hadith dans un cadre académique où les élèves devraient écrire ce qu’il dit, mais il donne un enseignement dans la vraie vie où il dépose avec douceur ce hadith dans un contexte propice à sa compréhension. Si le croyant souhaite en savoir plus alors il recevra ce précieux dépôt. En effet, Abû al-Aswad voudra comprendre pourquoi le Calife Omar (que Dieu l’agrée) a parlé ainsi.

Du Prophète (paix sur lui) à Omar Ibn al Khattab (que Dieu l’agrée) puis à Abû al-Aswad jusqu’à nous, aujourd’hui, cet enseignement reste vivant et plein de guidée pour celles et ceux qui se soucient de leur place auprès de Dieu.

Les personnes que tu côtoies et qui te connaissent bien sont un miroir qui renvoient qui tu es vraiment car parfois on peut se croire bon musulman alors que nos proches subissent les méfaits de notre ego en silence. Ce miroir qui réfléchit ce que tu as été dans ta vie, dans ta relation avec les autres, devient éclatant le jour de ton décès. Les gens n’ont plus rien à cacher ni rien à craindre de toi, donc leur témoignage devient beaucoup plus fort. Si Dieu reste Le Seul Juge, gare à ne pas prendre soin de nos relations avec autrui car ces relations sont un capital très précieux pour valoir auprès de Dieu.

D’autre part les témoignages ne se valent pas d’une personne à l’autre. Si sur terre les témoins sont différents en fonction de leur probité, le comportement exemplaire, le statut professionnel, assermenté ou non, etc ; sachons que les témoins auprès de Dieu aussi sont très différents en termes de niveau. Et dans ce témoignage la différence de sexe n’intervient pas. En effet le Prophète, paix sur lui, ne dit-il pas que le meilleur des croyants est le meilleur avec ses épouses ? Quel témoignage prévaudrait dans ce cas si ce n’est celui de l’épouse concernée ? Une femme pour le témoignage le plus important de toute la vie d’un homme. Un silence médiatique total sur ce point. On préfère s’attarder sur des questions juridiques ou politiques pointues pour pouvoir mieux embrouiller celui qui ignore tout de l’Islam.

Préparer sa mort c’est donner une grande importance au miroir de ceux qui t’entourent. Le défunt ne peut plus rien faire des reproches qui lui sont faits. Son livre des œuvres est clôturé et il n’a plus qu’à attendre le jugement final. Cependant, ce hadith s’adresse avant tout aux vivants. Il les met en garde. Il les appelle à rester vigilants. N’attendons pas que les reproches à notre sujet soient définitifs. Prenons le taureau par les cornes et redressons la barre. Après la famille, c’est au milieu des croyants que tu recueilleras le plus de conseils pour t’améliorer. C’est en portant avec tes frères et sœurs des projets que tu te découvriras.

Le cadre dans lequel nous vivons aujourd’hui n’est pas propice à s’améliorer.

En effet, l’Homme est volontairement isolé. Tout lui est servi dans son assignation à résidence, uber eat, netflix, jeux vidéo, parfois même travail à la maison, tout est fait pour rendre difficile la relation sociale, l’occasion de rencontrer l’autre dans la vraie vie et non dans un espace virtuel où tout est truqué…

Même le mal-être est traité dans un contexte de jungle où le développement personnel t’apprendra les règles du jeu et comment t’en sortir dans un contexte que tout le monde semble avoir accepté. Ta spiritualité aussi t’est servie sur mesure pour te maintenir dans ta solitude.

Laisse tranquilles les autres, pourvu qu’ils te laissent tranquille, une bienveillance porte étendard du laisser-aller, de l’abandon de l’autre pour la gloire du moi, intouchable. Ce qui rend insupportable tout discours porté vers la réforme du soi, le mieux-être plutôt que le bien-être médiatisé par une intelligentsia qui entend bien maintenir l’homme dans son statut de consommateur.

Chère sœur, cher frère, le croyant dans ce contexte n’est pas épargné par le poids de plus en plus important d’une vie confortable et insouciante, « une bêbête de vie » disait Abdessalam Yassine que Dieu lui accorde Sa miséricorde. Un champ de gravité de plus en plus grand qui nous empêche de nous lever, pour rejoindre les espaces de repentir de nos frères et sœurs qui continuent, par la grâce de Dieu, à nous être proposés. Je dis « par la grâce de Dieu » car pour combien de temps encore ?

« Ô les croyants ! Quiconque parmi vous revient en arrière vis-à-vis de sa religion (dine)… Dieu va faire venir un peuple qu’Il aime et qui L’aime, modeste envers les croyants et fiers et déterminés face aux négateurs, qui lutte dans le sentier de Dieu, ne craignant le blâme d’aucun blâmeur. Telle est la grâce de Dieu. Il la donne à qui Il veut. Dieu est Immense et Omniscient. » (2)

Combien de temps encore Dieu patientera-t-Il face à notre laisser-aller, notre rechignement à répondre à Ses invitations ? Y répondre nous apporte le pardon de nos péchés, l’allègement dans l’accomplissement des bonnes œuvres, l’envolée de la volonté et l’élévation de nos aspirations, et, ironie du sort, c’est de tout cela que nous nous plaignons dans la solitude de notre isolement au point que nous cherchons dans les mêmes casseroles qui ont nourri notre insouciance, les recettes pour pouvoir s’épanouir… C’est dire l’urgence de nous réveiller !

Chère sœur, cher frère, accepte ce conseil de ton petit frère qui ne serait rien sans ta bonne compagnie. Puisse Dieu nous accorder Sa satisfaction et l’opportunité de faire partie de celles et ceux qui ont ramé à contre-courant pour permettre à d’autres de suivre leur exemple.

(1)   Rapporté par Boukhari

(2)   Coran : Sourate 5, Verste 54

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page