Boire de l’eau : pourquoi et laquelle ?

Plus généralement, pourquoi boire de l’eau est important pour le bon fonctionnement du corps humain ?

Le corps humain est composé de 70% d’eau. La vie dépend de l’eau et le processus de vieillissement comporte une déshydratation. L’eau a un rôle important, amener les nutriments et emmener les déchets. Cette fonction de transport et d’élimination tient compte en grande partie de la qualité de notre eau.

Parmi ses rôles :

– Activité électrolytique du corps

– Distribution de l’oxygène

– Nutrition

– Elimination des toxines et déchets

A contrario, boire peu d’eau, soit moins de 1,5 litre d’eau par jour, peut-il être dangereux ? 

La moitié de l’eau nécessaire est apportée par les aliments. Le reste l’est par les boissons. Le choix est grand. Les aliments fournissent environ 1L d’eau chaque jour. La teneur en eau des aliments est très variable. Tous les aliments contiennent de l’eau, en plus ou moins grandes quantités, sauf le sucre (100% de glucides) et l’huile (100% de lipides).

Plutôt que de boire 1,5 litre d’eau par jour, les chercheurs recommandent simplement d’écouter son corps et de boire quand on a soif et d’avoir une alimentation riche en eau grâce aux fruits, aux légumes et aux céréales germées. En revanche, si vous souffrez de calculs rénaux, vous aurez besoin de consommer davantage d’eau. Enfin, si vous êtes malade ou si vous pratiquez un sport qui vous fait transpirer, il est fortement recommandé de boire plus pour compenser la perte d’eau lors de la transpiration.

L’eau remplit plusieurs fonctions :

– elle participe aux nombreuses réactions chimiques dont le corps humain est le siège,

– elle assure le transit d’un certain nombre de substances dissoutes indispensables aux  cellules,

– elle permet l’élimination des déchets métaboliques,

– elle aide au maintien d’une température constante à l’intérieur du corps.

Le manque d’eau peut entraîner plusieurs types de déshydratation (extra-cellulaire, intra cellulaire, globale), dont les signes spécifiques sont parfois difficiles à évaluer, surtout quand la personne est amaigrie ou fragilisée. Néanmoins, il faut toujours y penser lorsque apparaissent : une diminution de la sudation, des cernes, une hypotension (parfois malaise au lever), une sécheresse buccale, une accélération du pouls, une augmentation de la soif (mais cette sensation est souvent altérée chez le sujet âgé) et parfois même une fièvre. La torpeur, l’obnubilation, les étourdissements et parfois les phlébites se rencontrent aussi, de même que la constipation, les infections urinaires et les lithiases. Une perte de 10 à 15% d’eau peut entraîner la mort. On ne peut se priver d’eau plus de 2 à 5 jours alors que si on boit sans manger, on peut survivre environ quarante jours, à condition de ne fournir aucun effort.

Pourquoi les naturopathes privilégient ces deux eaux minérales, Mont Roucous et Rosée de la Reine à Volvic, Evian ou encore Contrex ? Quels sont les bénéfices pour la santé ?

Il existe différents éléments à prendre en compte pour choisir une eau bonne pour l’organisme.

L’eau qui circule dans l’organisme élimine les déchets métaboliques grâce à une différence de concentration. Si on prend une eau riche en minéraux l’effet osmotique est réduit. L’organisme éliminera moins les déchets ce qui provoquera une surcharge au niveau de l’organisme.

Il est donc préférable de prendre une eau très peu chargé en minéraux.

Il existe 3 critères qui permettent de mesurer la teneur en sel minéraux :

– La résistivité : plus la résistivité est élevé plus l’eau est pure.

– La teneur en extrait sec à 180° : plus la teneur est élevée plus il y a de sels minéraux. On peut voir sur les bouteilles « Minéralisation totale (extrait sec à 180°). »

– La conductivité : plus elle est élevée et plus il y a des minéraux.

L’eau de source est naturellement peu minéralisée, elle est dit aussi « eau neutre ».

C’est donc l’eau de consommation quotidienne, l’eau de source à contrario des eaux minérales, facilitera le travail des reins entraînant le bon nettoyage de l’organisme. Le PH de ces eaux doit être légèrement acide, autrement dit légèrement inférieur à 7 ou très légèrement supérieur. Les eaux de source renforcent ainsi la capacité de défense naturelle de l’organisme face aux agressions extérieures de toutes natures.

A noter : Les eaux de sources ne sont pas des eaux déminéralisées (comme on peut le lire parfois) mais peu minéralisées naturellement, autrement dit, elles n’ont pas été déminéralisées par un procédé de distillation.

Les eaux peu minéralisées :

MAGASINS BIO :

mont roucous, pH = 5,85

rosée de la reine, pH = 5,8

montcalm , pH = 6,8

GRANDES SURFACES :

de montagne de chez carrefour, pH = 7,3

MAGASINS DISCOUNT

volcania, chez leader price, pH = 6,3

Ne peut-on pas se contenter de boire l’eau du robinet ou de l’eau de source ?

Les eaux potables sont riches en sels minéraux et l’eau du robinet en contient plus que les eaux minérales.

Pour rappel, l’eau du robinet doit respecter certaines normes : limpide, incolore, exempte d’éléments nuisibles, inodore, agréable à boire, légèrement minéralisée, sans risque pour la santé (métaux lourds, bactéries, nitrates).

D’autres éléments :

– Les microbes

– Les virus

– Les nitrates (norme CEE et OMS 25mg par litre, en France la norme est de 50mg, souvent dépassé).

– Pesticides (0,1 microgramme/litre)

– Métaux lourds

– Le chlore (utilisé pour éliminer les bactéries)

– L’aluminium

Le plomb (la norme est de 50 microgramme/litre, la norme CEE est de 10 microgramme/litre. Le décret du 20 décembre 2000, la France prévoit jusqu’en 2013 une norme acceptable de 25 microgramme/litre avant de passer à 10).

L’an dernier, la revue 60 Millions de consommateurs affirmait que des pesticides auraient été trouvés dans l’eau minérale Mont Roucous, pourtant l’une des mieux considérées – avec l’eau minérale Rosée de la Reine – par nombre de praticiens, dont les naturopathes. La marque a alors démenti. Qu’en est-il exactement ?

Une étude de 60 Millions de consommateurs et de la fondation France Libertés  a révélé la présence de traces de pesticides et de médicaments, dont un pour traiter le cancer du sein, dans environ 20 % des eaux en bouteille, sans toutefois remettre en cause leur potabilité.

L’enquête assure qu’il n’y a aucun risque, les eaux sont buvables. Mais est-ce réellement là le problème ? L’analyse a porté sur 47 bouteilles d’eau, trois bonbonnes d’eau et une dizaine d’échantillons d’eau du robinet prélevés dans trois départements. Sur les bouteilles d’eau étudiées, portant sur l’ensemble du marché, 37 ne présentaient aucune trace des 85 molécules recherchées.

Dix en revanche contenaient des résidus de médicaments et pesticides.

« La grande surprise », écrit 60 Millions de consommateurs, est la présence de tamoxifène, hormone de synthèse utilisée dans le traitement du cancer du sein.

Et la plus grande surprise encore ce sont les eaux concernés, parmi elle le Mont-Roucoux.

La vraie question serait que devient notre environnement ?

Dernière question, quels sont les risques pour ceux qui ont remplacé l’eau par les sodas et autres jus de fruits au quotidien ?

L’une des raisons évidentes : les sodas ne sont pas bons pour la santé, et pas seulement parce que certains d’entre eux contiennent de faibles traces d’alcool, comme l’avait démontré une enquête de 60 millions de consommateurs publiée le 28 juin 2012.

Une étude publiée par des chercheurs de la très renommée université d’Harvard aux Etats-Unis en mars dernier révèle en effet que boire ne serait-ce qu’une boisson sucrée par jour entraîne une hausse de 20% de chances d’avoir une crise cardiaque en 22 ans.

Modification du métabolisme, c’est en tout cas ce qu’a démontré un chercheur de l’université de Bangor en Angleterre. En effet, après seulement quatre semaines de consommation régulière de sodas, il devient plus difficile pour le métabolisme de brûler les graisses.

Une étude publiée en 2012 a en effet révélé que le Coca, le Coca-cola light, mais aussi le Pepsi et le Pepsi light contiennent du 4-méthylimidazole dans des quantités supérieures à la limite autorisée. Il a été prouvé que ce composé chimique, couramment abrégé 4-MEI et qui donne notamment sa couleur marronnée aux boissons, rendait notamment malade les animaux, et donc probablement les hommes si consommé en fortes quantités.

Problèmes de troubles respiratoires, c’est en effet ce qu’a révélé une étude publié dans la revue médicale Respirology en janvier 2012. Les chercheurs, qui se sont intéressés pendant deux ans  à près de 17 000 personnes âgés de plus de 16 ans, ont découvert qu’il y avait un lien entre la consommation de plus d’1/2 litre de soda tous les jours et le développement de problèmes d’asthme, mais aussi plus généralement des problèmes respiratoires.

Interview avec Mr Azais Khalsi, Naturopathe et Micronutritionniste.

 

Un commentaire

  1. Essalam ouleikoum, le choix de la mont roucous est un mauvais choix, étant donné qu’elle contient du FLUOR, ce neurotoxique, génotoxique, (rappel travaux du Dr Wallace à partir de 1 ppm le fluor est toxique) au cas où on affirmerai oui il y en a peu bla bla…de plus pourquoi ne pas expliquer que les sels minéraux ne sont absorbable par l’homme que si ils sont d’origine végétal, c’est pourquoi le résidu extrait sec à 180° doit être le plus bas possible, en ce qui concerne la rosée de la reine, excellente eau minéral . Vous avez encore beaucoup à apprendre les naturopathes, sortez de votre carcan, vous êtes encore leurré par big pharma sans vous en apercevoir.
    cordialement faouzi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page