Histoire du jeûne (2/2)

Le jeûne n’est pas une invention des temps modernes. Depuis des milliers d’années, le jeûne se pratique dans les religions et les cultures de tous les continents. A ses origines, le jeûne servait en général à des fins métaphysiques : la purification de l’âme, la pénitence, la dépuration, l’éclaircissement spirituel ou la rédemption sont le noyau du jeûne rituel ou religieux. Sa pratique signifiait la renonciation totale ou partielle tant des aliments que des boissons.

Pourquoi Jeûner ?

Du fait de l’abondance de nourriture, souvent trop riche et du manque d’exercice physique quotidien, notre corps stocke les calories en trop qu’il n’arrive pas à brûler. À cause de cet encrassement, il lui devient impossible de régénérer ses cellules de façon efficace, et d’éliminer les toxines emmagasinées issues de la pollution, des additifs alimentaires, du stress… 

Tout cela pèse sur nous, nous rend plus facilement malades, fatigué en sous-vitalité. Aussi il paraît judicieux de réintroduire volontairement un temps de repos qui permet à l’organisme de brûler les réserves de graisse, de renouveler les cellules, et d’éliminer les toxines.

Dans l’ordre :

·        le corps élimine tout ce qui lui pèse,

·        puis ce dont il n’a pas besoin,

·        puis ce qui le dérange

·        et enfin tout ce qui le rend malade.

C’est une cure de rajeunissement pour tout notre corps. 

Rappelons que les enfants malades jeûnent spontanément, laissant leur corps s’auto-restaurer. De même chez les animaux, le jeûne est une méthode de survie programmée par la nature et qui permet de passer certaines périodes sans nourriture. Citons les oiseaux migrateurs qui font leurs longs parcours en jeûnant et en puisant dans leurs réserves de graisse accumulées durant l’été. Les bouquetins, chamois, et cerfs qui ont à lutter contre la neige et le froid, vont aussi accomplir le rut et déployer plus de puissance durant cette période de jeûne. 

Le jeûne n’est donc pas synonyme de fatigue chez les animaux, au contraire.

Les 4 règles du jeûne

– S’abstenir de manger mais boire beaucoup (eau, tisanes, bouillons de légumes, jus de fruits dilués).

– Supprimer tout ce qui n’est pas indispensable et nous nuit : alcool, tabac, sucreries, …

– Se libérer du quotidien : du travail, du téléphone, des nouvelles, des soucis, pour aller à la rencontre de soi-même.

– Se comporter de façon naturelle et faire tout ce qui est bon pour notre organisme : repos, oxygénation, mouvement, lectures, musique…

Les différents types de jeûnes :

– Le jeûne le plus communément pratiqué et le plus simple est le jeûne hydrique qui se résume à des boissons sans aucune alimentation solide. 

– Selon sa durée on parlera de jeûne court ou diététique s’il est inférieur à 7 jours, de jeûne moyen entre 1 et 2 semaines et de jeûne long ou thérapeutique à partir de 3 semaines, mais ce dernier se fait en clinique spécialisée comme en Allemagne par exemple. On estime à 2 millions le nombre d’allemands ayant déjà pratiqué un jeûne, alors qu’il se monte à quelques centaines tout au plus en France.

– Le jeûne hydrique “Buchinger”se fait sur une semaine avec la prise de tisane le matin, du jus de fruit coupé avec de l’eau dans la journée et d’un bouillon clair le soir.

– Le jeûne sec quant à lui n’admet aucune boisson et ne peut se faire plus de 2 ou 3 jours. Il produit un nettoyage en profondeur des cellules et peut se pratiquer à la fin d’un jeûne hydrique.

– Un peu dans le même esprit de détoxination du corps citons les “monodiètes” de saison, comme la cure de raisin de l’automne qui associe plaisir et purification.

– Grand nettoyage d’automne, elle sollicite tous les organes d’élimination : la peau, les reins, le foie, et les intestins. Elle est aussi rajeunissante.

Les bienfaits du jeûne

– Une perte de poids : même si les effets d’une semaine de jeûne vont bien au-delà d’un simple régime, la perte de poids associée est réelle, allant de 5 à 10% du poids selon le poids de départ, plus pour les hommes et un peu moins pour les femmes. À noter qu’une personne sans surpoids ne perdra que le strict minimum qu’elle reprendra d’ailleurs à l’issue du jeûne.

– Un nettoyage en profondeur : pour éliminer les graisses superflues dues à une suralimentation, les toxines dues au stress et aux pollutions diverses.

– Une régénération : l’énergie digestive non utilisée est réorientée vers la guérison et la cicatrisation

– Une augmentation des défenses immunitaires par une activation des cellules de défense du corps

– Un déconditionnement vis-à-vis des stimulants artificiels et de certains médicaments

– Une peau neuve en nettoyant l’intérieur de notre corps le jeûne permet de retrouver une peau plus jeune et plus souple

– Une prévention vis-à-vis de nombreuses maladies et des troubles du vieillissement prématuré ou de la ménopause

– Une stimulation de tous les sens

– Une correction de l’hypertension et du cholestérol après une semaine de jeûne

– Un regain de vitalité à l’issue du jeûne, ce que font les sportifs en préparation aux compétitions (Y. Noah, C. Chabaud, …)

– Une vision plus claire de qui on est et de ce que l’on veut, le jeûne va nous aider à nous recentrer, à aller vers l’essentiel.

– Un lâcher prise face aux stress de la vie

– Un tournant qui aide à prendre des décisions dans les moments charnières de notre vie

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page