Les clefs de la Nutrition Santé

Les oméga-3 : 1er clef de la Nutrition Santé

Equilibrer ou rééquilibrer nos assiettes ! Le rééquilibre alimentaire c’est tout d’abord rééquilibrer le gras ou lipides dans nos assiettes, rééquilibrer les glucides ou les sucres, rééquilibrer les sels (appelés aussi « sodium » et « potassium »), rééquilibrer les produits et sous-produits animaux, les produits végétaux. Il est vrai que nous mangeons « trop gras, trop salé, trop sucré… »

 

En fait ce n’est pas trop gras qu’il faut manger, mais mieux gras et c’est là toute la différence. On ne doit pas diaboliser le gras, on a montré maintenant l’intérêt du gras pour notre santé. Avez-vous entendu parler d’acides gras essentiels ? Chaque jour dans nos assiettes nous avons un besoin vital de consommer certaines huiles. C’est le cas des oméga-3 que nous consommons insuffisamment. Il ne s’agit donc pas de supprimer le gras mais plutôt de mieux le choisir ! Et c’est là toute la différence !

Il nous faut réduire l’excès de graisses saturées ou les graisses « trans² » qui polluent une grande majorité de notre alimentation industrialisée, et augmenter les oméga-3. L’huile d’olive très utilisée dans les pays méditerranéens est bonne et utile mais elle n’est pas complète dans le sens où elle n’apporte pas les oméga-3.

Déjà, dès le milieu du siècle dernier, la nutrition animale a changé. Les poules, les vaches ne sont plus aujourd’hui nourries comme il y a deux siècles. Nos habitudes également ont changé. Nous mangeons moins de végétaux, de produits simples, authentiques et bruts. Jamais nous n’avons mangé aussi peu de fruits et de légumes. Inversement nous mangeons de plus en plus de produits transformés industriellement. Les consommations de sucres ne cessent d’augmenter. Certains peuvent être savoureux, mais totalement déséquilibrés au niveau alimentaire.

Ainsi le manque d’acide gras oméga-3 et le rapport trop élevé d’oméga-6 contribuent à un rapport oméga-6/oméga-3 trop important. C’est l’un des déséquilibres majeurs de notre alimentation moderne.

Voici une source d’oméga-3 simple, les poissons, comme les sardines, les maquereaux, les saumons…. Il n’y a pas que les poissons, il y aussi le bétail bien nourri, si la nourriture de ces animaux était végétale et riche en oméga-3 telle qu’elle était depuis des milliers d’années (l’herbe riche naturellement en oméga-3), ces mêmes animaux seraient en meilleur santé, ils fourniraient des œufs, du lait, du beurre, de la viande riche en oméga-3. On éviterait ainsi la supplémentation en oméga-3 par le biais de compléments alimentaires.

Nous revenons ainsi à notre adage du début : « la phytothérapie commence dans nos assiettes ! »

Ainsi la première clef de la nutrition-santé c’est plus d’oméga-3 dans nos assiettes. Qu’il s’agisse de végétale, de graisse animale issue des bonnes filières, des poissons gras, etc.….

Fruits et légumes : la seconde clef de la Nutrition Santé

« Cinq fruits et légumes par jour, dix par jour ! Pas un jour sans fruit ? » On est parfois perdu dans les différents discours. Qu’en est-il exactement ? Faut-il réellement manger plus de légumes, lesquels ? Comment ? Pourquoi ? Bio ou conventionnels ? Crus ou cuits ?

Autant de questions avec une multitude de réponses, une simple recherche sur internet et nous serons confrontés à une multitude d’informations sans réellement savoir, à la fin, ce qu’il faut faire.

Nous n’entrerons pas ici dans les détails car nous y consacrerons un chapitre bien à part, mais les fruits, les légumes, les légumes secs, les légumes oubliés sont des sources de bienfaits non négligeables, pleines d’antioxydants. Parmi ces bienfaits, c’est l’équilibre acido-basique que les scientifiques appellent aujourd’hui « l’acidose métabolique latente » et qui peut apparaître par la consommation excessive de produits animaux. Parmi les autres bienfaits de ces végétaux c’est une bonne santé intestinale, l’essentiel de la santé aujourd’hui !

Notre assiette doit retrouver l’équilibre traditionnel d’une alimentation très riche en végétaux et consommer moins de viande. La consommation excessive de viande est tout à fait néfaste pour l’homme comme pour la planète. Manger plus de 500g de viande rouge par semaine est reconnu aujourd’hui par la science comme un facteur de cancer et de maladies cardiaques. Et pour la planète, n’en parlons pas, il nous faut 10 fois plus d’eau potable pour produire 1kg de protéines de viande. L’eau étant devenue une source rare, ne doit-on pas faire très attention !

Ainsi la seconde clef fondamentale que nous pensons aujourd’hui c’est le rééquilibrage du rapport entre les végétaux et les produits animaux. La consommation plus importante de légumes quels qu’ils soient, sous quelque forme que ce soit, est des plus bénéfique.

Donc plus de légumes et de fruits dans nos assiettes et un peu moins de viande pour les gros consommateurs. Le Prophète, paix et salut de Dieu sur lui a dit  « L’homme n’a pas à remplir de vase plus malencontreux que son ventre. Les bouchées que prend l’homme doivent être dans la proportion calculée de sa force. ».

Certains ont la capacité de manger plus que d’autres, mais l’équilibre sera gage de santé !

Voici un exemple concret de l’importance des produits végétaux dans notre assiette, celui du sommeil. Parmi les nombreux facteurs favorisant le sommeil, il existe un neurotransmetteur fabriqué par notre cerveau, étroitement dépendant du contenu de notre assiette : la sérotonine.

Lorsque la sérotonine est normalement synthétisée, l’endormissement et la profondeur du sommeil sont optimums. La sérotonine vient à manquer et c’est l’insomnie ! Or la synthèse de ce neurotransmetteur du sommeil et du bien-être dépend de l’apport en tryptophane contenu dans les protéines, mais surtout, de son passage dans le cerveau où il sera transformé en sérotonine.

Pour cela il sera nécessaire de consommer suffisamment de protéines riches en tryptophane (viande, produits laitiers, légumineuses, pois…), de préférence en matinée ou à midi, puis de favoriser leur passage vers le cerveau par un apport en glucides (fruits ou glucide complexe) au cours de l’après-midi et du diner. Ainsi, pour mieux dormir, on s’orientera vers un repas (dîner) riche en végétaux : fruits, légumes, légumes secs, céréales… il faut bien comprendre que les produits animaux au dîner ne sont pas interdits, mais les consommer en faible quantité est souhaitable.

A suivre : Les aliments à privilégier pour rester zen


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page