Au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, un responsable du RN agresse une femme voilée

Une accompagnatrice scolaire a été prise à partie par des élus du parti d’extrême droite lors d’une assemblée plénière vendredi. La présidente socialiste de la région n’exclut pas de porter plainte.

0
55

Elle s’est installée, toute en discrétion, dans la tribune du public. A son côté était assis son fils, élève de CM2 comme la quinzaine de gamins qu’elle accompagnait avec d’autres parents et des enseignants.

Ce vendredi 11 octobre, en fin d’après-midi, au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté réuni en assemblée plénière à Dijon, ces enfants, tous scolarisés dans une école primaire de Belfort, étaient venus voir le fonctionnement d’une institution démocratique dans le cadre d’une opération civique organisée par une maison de quartier de leur centre-ville, « Ma République et moi ». Ils avaient déjà visité diverses institutions, localement ou à Paris, où ils avaient découvert l’Assemblée nationale. C’était leur dernière étape.

Quand Julien Odoul, président du groupe Rassemblement national (RN) et porte-parole de son parti, a demandé à la présidente (PS) Marie-Guite Dufay, « au nom de nos principes laïcs », d’enjoindre à la jeune femme « de bien vouloir retirer son voile islamique », personne n’a d’abord compris de quoi il parlait. Le temps de chercher des yeux l’objet de son ire soudaine, de réaliser la présence de la mère de famille, puis passé le moment de sidération, les autres élus ont réagi.
Le ton est monté, longtemps. La présidente a refusé de faire la moindre remarque à l’intéressée, d’autant que le règlement intérieur de l’assemblée ne le permettait pas, l’incident « troublant le déroulement des travaux » n’ayant pas été créé par la mère mais par M. Odoul lui-même. Au terme d’interminables minutes de confusion et d’invectives senties entre conseillers, les élus du RN ont quitté l’hémicycle.

Enfants et accompagnateurs sont ensuite sortis. Le fils de la jeune femme pleurait, visage enfoui dans la robe de sa mère. La scène suivante, c’est une élue de l’Union des démocrates et des écologistes, Jacqueline Ferrari, qui l’a relatée. Elle se rendait aux toilettes au sous-sol du bâtiment, suivie de peu par la jeune musulmane, quand une élue d’extrême droite a vu cette dernière et l’a vigoureusement apostrophée, au point qu’un des membres de la sécurité a dû s’interposer. « Elle lui disait : “Vous êtes soumise, vous allez voir, quand les Russes vont arriver, vous allez dégager !” C’était très agressif », a raconté Mme Ferrari, encore sous le choc.

« En référer au ministre »

La présidente, qui se rendra mardi dans l’école primaire des enfants à Belfort, a publié un communiqué précisant qu’elle n’excluait pas un signalement des faits au procureur de la République ou un dépôt de plainte. Et elle a alerté le recteur régional de l’académie de Bourgogne-Franche-Comté, Jean-François Chanet, qui devrait « en référer au ministre », a-t-elle dit.

Au fil de cette séance houleuse, le RN avait déjà accusé la fédération de parents FCPE « de complaisance envers l’islamisme, accusant également les services de la région d’être gangrenés par l’islamisme radical », a relevé Mme Dufay. Avant d’ajouter, se référant à un Tweet de M. Odoul, que lui et les siens avaient aussi « fait part de leur dégoût au sujet d’une exposition contre le racisme, au sein du conseil régional, qui mettait à l’honneur Martin Luther King ».


Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.