CNN a viré Marc Lamont Hill pour avoir déclaré que les Palestiniens méritent des droits égaux

La chaîne américaine a l'air parfaitement à l'aise avec le racisme anti-palestinien, par contre.

0
57

Marc Lamont Hill, un professeur à l’université de Temple et un défenseur féroce de l’égalité, a probablement été la voix la plus forte, la plus éloquente et la plus passionnée contre le racisme et la bigoterie parmi les contributeurs habituels de CNN. La chaîne l’a viré jeudi parce qu’il pense que les Palestiniens, eux aussi, entrent dans la vision qui veut que chaque être humain mérite des droits égaux. Pour CNN, c’était trop demandé.

Marc a été l’objet de ce qui ne peut être décrit que comme une campagne organisée pour réduire au silence son plaidoyer discipliné et constant contre le racisme et pour le traitement égal de tous, y compris des Palestiniens. Dans le cadre d’une réunion spéciale Conférence internationale de la société civile à l’appui du peuple palestinien, observant la journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien au siège des Nations Unis à New York, Marc a été invité mercredi en tant que membre de la société civile pour faire une déclaration au forum. Il a répondu présent après avoir été récemment aux Territoires Palestiniens, tout en précisant que son vécu en tant que noir Américain et l’histoire de la lutte contre l’esclavage et Jim Crow aux Etats Unis éclairent sa solidarité avec le peuple palestinien.

Dans ses remarques, Marc a souligné le besoin de travailler pour les droits humains des Palestiniens dans le cadre de la déclaration universelle des droits de l’Homme de l’ONU, et que ceci inclut les droits des réfugiés palestiniens qui vivent sous l’occupation militaire en Cisjordanie et à Gaza, ainsi que les Palestiniens citoyens d’Israël qui subissent une discrimination routinière. La géographie de cette discrimination et de ce mauvais traitement se situe entre la rivière du Jourdain et la méditerranée. Ceci comprend Israël, la Cisjordanie et Gaza. Les critiques ont cependant sauté sur la phrase “de la rivière à la mer” employée par Marc pour le dépeindre comme une sorte d’éliminationniste radical (quelqu’un qui pense qu’Israël doit être violemment détruite ou que les juifs doivent être expulsés de force) alors que n’importe quelle personne qui a entendu sa déclaration ou qui connaît son militantisme peut témoigner du contraire.

Demander que les Palestiniens aient des droits égaux de la rivière à la mer n’est ni radical ni raciste, encore moins bigot. L’absence de ces droits l’est, par contre.

En effet, les Palestiniens méritent de jouir de leurs droits humains où ils vivent. Tout comme nous devons nous attendre à des droits égaux pour les noirs Américains ou tout autre groupe -d’un océan à l’autre- et pas que dans une petite fraction des Etats Unis, les Palestiniens doivent également avoir accès à un traitement égal devant la loi, peu importe leur lieu de résidence de la rivière à la mer.

Les personnes doivent être traitées comme égales devant la loi, sans tenir compte de leur identité. Ceci n’est pas très compliqué à comprendre, sauf si, peut-être, vous soutenez une gouvernance raciste et discriminatoire.

La réalité, évidente, est que c’est Israël qui gouverne entre la mer et la rivière, ayant unifié le territoire sous son contrôle en 1967 et a depuis, plus d’un demi siècle plus tard, toujours échoué à garantir des droits égaux aux Palestiniens qui vivent sous sa gouvernance. En effet, c’est la consolidation continue par Israël de l’intégralité de ce territoire, à travers les colonies et l’occupation militaire, qui a rendu toute solution à deux Etats, déjà injuste pour les Palestiniens, impossible et a rendu les positions comme celle exprimées par Marc Lamont Hill dans son discours non seulement raisonnables mais également la seule solution viable et humaine.

 

Ceci est précisément la raison pour laquelle cette vision égalitaire semble comme une menace aux yeux des soutiens indéfectibles de la politique de l’apartheid d’Israël. En effet, un sondage a révélé que si une solution à deux Etats était irréalisable (et ceci devrait être évident à ce stade pour chaque observateur), que des droits égaux pour les Palestiniens et les Israéliens sous le même Etat -toujours de la rivière à la mer- étaient soutenus par 63% des Américains, dont 74 des Démocrates, 54% des indépendants et même 50% des Républicains.

Tout en sachant que les Américains vont se retourner contre l’apartheid à la longue, les défenseurs des politiques discriminatoires d’Israël se sont  tournés vers la réduction au silence des critiques qu’ils ne peuvent vaincre dans la bataille pour l’opinion publique américaine. Encore plus menaçant est quand les personnes de diverses communautés opprimées, celles qui ont lutté et luttent encore pour leurs droits, comprennent la lutte palestinienne, non pas comme un combat nationaliste mais comme une lutte pour l’égalité, basée sur les droits, contre un régime fondamentalement discriminatoire.

CNN a malheureusement montré avec clarté de quel côté de cette question la chaîne se positionne. Au moment où elle a viré M. Hill pour l’offense de penser que les Palestiniens méritent un traitement égal, elle continue à employer le menteur en série Rick Santorum, qui a nié l’existence même des Palestiniens et a comparé le mariage gay au terrorisme.

Le message est donc clair et indéniable. Toutes les choses choquantes et méprisables qu’a déclaré M. Santorum ne lui ont pas valu d’être viré. Ils ont même supporté les bêtises horriblement choquantes, racistes et souvent incohérentes de Jeffret Lord pendant des années. Il a fallu qu’il tweete un salut nazi, littéralement, pour que CNN se décide enfin qu’il était inacceptable sur ses écrans.

Marc Lamont Hill a cependant appelé à traiter les Palestiniens en tant qu’êtres humains égaux avec des droits civils et humains égaux, et il a été renvoyé après 24 heures.

Ceci est CNN, et la chaîne devrait avoir honte.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.