Mamoudou Gassama, un héros du quotidien

0
189

Quand on regarde la télévision on finit même par être intoxiqué par cette propagande haineuse présentant les migrants comme nécessairement des délinquants, des feignants profitant de la sécurité sociale, ceux qui prennent le travail des Français et que la théorie du «grand remplacement» serait en marche. Dans la politique migratoire, on a fait prévaloir une logique identitaire et répressive au détriment de l’intégration.

Ce qu’a fait Mamoudou GASSAMA, un jeune malien de 22 ans, en sauvant un enfant, au péril de sa vie, est exceptionnel. Contrairement à ce qui est dit, il a des papiers italiens lui permettant de séjourner 3 mois, au plus, en France. C’est une excellente chose qu’il soit naturalisé français pour rejoindre les sapeurs-pompiers, en raison de l’humanisme qui l’anime et de ses aptitudes physiques extraordinaires. Chacun a sa place dans cette société, en fonction de ses facultés contributives. Il faudrait rassembler, au lieu d’exclure, c’est le secret et la seule voie pour la cohésion sociale.

Mme Anne HIDALGO, maire de Paris, est la première à saluer ce geste. Je pense à la situation des migrants qui campent au Canal de l’Ourcq, dans mon 19ème arrondissement  dans des conditions inhumaines. Dans un passé récent, un d’entre eux est tombé dans le Canal et s’est  noyé. La Tunisie a accueilli 2 millions de Libyens, le Liban 3 millions de Syriens et l’Allemagne 1 million de réfugiés. La France ne peut même pas accueillir quelques centaines de réfugiés ; cela montre combien les idées du Front national ont progressé dans ce pays avec son discours de haine.

«Montre-moi un héros, et je vous écrirai une tragédie» avait écrit Francis SCOTT-FITGERALD. Pour l’écrasante majorité des migrants, en situation régulière, que je connais, ce ne sont pas des héros tragiques, mais des héros du quotidien, ce sont des personnes qui se lèvent tôt, occupent des emplois pénibles et mal rémunérés ; ils ont considérablement contribué au bien-être de ce pays. Sans eux, par l’aide qu’ils apportent à leurs pays, bien des régions défavorisées en Afrique seraient tombées dans la famine et le déshonneur. Ce qui fait la grandeur et la noblesse et la noblesse d’un individu, ce n’est pas nécessairement la fortune, mais c’est avant son utilité aux autres, la compassion et la poursuite du Bien souverain.

Pour d’autres, sans-papiers, leur contribution à la défense de l’industrie française est décisive, notamment dans les domaines du textile, du bâtiment de l’hôtellerie, de la restauration et de l’agriculture. Ils alimentent l’équilibre des comptes de la sécurité sociale sans droits ouverts pour eux.

Combien de fois dans le métro, j’ai vu, des héros du quotidien, que sont ces Africains, céder une place à une personne fragile, aider à monter ou descendre une charge lourde avec un sourire radieux. L’Afrique, par la grande compassion qui l’anime, est bien restée le berceau de l’humanité.

Il est grand temps de consolider le statut de ces médecins, souvent béninois, et ces maitres auxiliaires africains à l’éducation nationale. Ce sont des personnes dont la compétence est reconnue, mais qui, pourtant, vivent en permanence dans la précarité.

Le geste de Mamoudou CAMARA nous rappelle, en raison de la grande poussée du racisme dans ce pays, plusieurs choses :

Tout d’abord, il est grand temps d’avoir une politique cohérente d’intégration, car les gens de Bien représentent l’écrasante majorité. Cette amélioration concerne les dossiers de regroupement familial, de naturalisation, de renouvellement de titres de séjour notamment pour les retraités  et les questions de pensions de réversion. Certains dossiers, ceux émanant de personnes d’origine africaine ou maghrébine, sont souvent abusivement bloqués. M. Jacques TOUBON, le Défenseur des droits, que je saisis régulièrement, pourra en témoigner.

Ensuite, il faudrait abandonner cet esprit esclavagiste et colonialiste, qui traite les Français issus de l’immigration  comme des indigènes de la République. En  effet, 112 jeunes dont Bouna et Zied, brûlés dans un transformateur électrique, Amadou KOUMé et Adama TRAORÉ ont été étouffés à mort par les forces de l’ordre. Nous réclamons Justice et que leurs familles soient reçues par le chef de l’Etat. L’affaire Théo est aussi un cas emblématique pour nous. Il n’y aura pas de paix, sans justice et équité.

Par ailleurs, je  n’oublie pas notre absence dans tous les lieux de décision et de visibilité  (instances politiques, médias, cinéma). J’insiste aussi la situation de nos compatriotes d’outre-mer qui réclament, sans cesse, le principe de continuité du territoire. Ce sont des citoyens français mais qui vivent un statut colonial. C’est étonnant que ce pays des droits de l’homme soit si attaché au colonialisme à l’aube du XXIème siècle  !

Enfin, le héroïsme de Lansana BATHILY, dans l’affaire Hypercacher ainsi que celui maintenant de Mamoudou GASSAMA, doivent rappeler à chacun que l’immigration n’est pas une menace, mais une formidable chance. Il faudrait optimiser toutes ces ressources humaines, pour un bien-vivre ensemble et pour le progrès économique et social. Chacun, en fonction de ses capacités, pourra apporter sa pierre  l’édifice, et c’est bien que Mamoudou, en raison de ses prouesses et de son coeur, puisse devenir pompier. Cessons ces dénigrements avilissants, ces stigmatisations, ces instrumentalisations et cette politique de la peur et du mensonge, pour entrer dans la religion de l’Amour et du Bien suprême. L’Amour, ce n’est pas l’angélisme, la naïveté ou la faiblesse, c’est un élément de justice, pour apprécier chacun en fonction de son potentiel et de ses compétences, et non à la couleur de sa peau. La France est un grand pays, pourvu que nos compatriotes retrouvent le sourire et soient persuadés que le multiculturalisme, est une véritable richesse.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.