Exprimer sa pauvreté devant Dieu

Dieu, Exalté soit-Il, choisit parmi les êtres humains des hommes qu’Il éleva et plaça au rang de la prophétie, faisant d’eux des êtres rapprochés et aimés. Ces Prophètes, que la paix soit sur eux, porteront leur vie durant au plus profond d’eux-mêmes l’amour et le désir de Dieu en incarnant Sa Parole et en la propageant autour d’eux.

Dans le saint Coran, Dieu, exalté soit-Il, nous demande de nous rappeler de leurs récits afin de nous lier d’amour avec eux mais aussi de prendre conscience des épreuves qu’ils ont traversées, nous invitant par là même à nous inspirer de leurs nobles qualités et de leurs hautes vertus.

L’histoire de Moïse, paix sur lui, est le symbole du destin d’un homme, élu de Dieu, qui traverse toutes les menaces de mort dressées contre lui dès sa naissance pour concrétiser le destin du Tout-Puissant.

Tout petit, il échappe à la mort infligée par Pharaon à tous les nourrissons mâles des fils d’Israël, après avoir traversé le fleuve dans un panier déposé par sa mère sous inspiration divine et recueilli par Assia, épouse Pharaon et prise de tendresse pour ce nourrisson.

Il échappe une nouvelle fois à la menace de Pharaon lorsqu’il tua un Égyptien par accident en venant en aide à un homme de son peuple qui s’avérait être, au final, un fauteur de trouble.

Il s’exile alors à Madyan (partie nord-ouest de la péninsule arabique). Il fuit l’opulence et l’injustice d’un règne tyrannique pour chercher la guidance divine en disant :

 « Sans doute mon Seigneur me guidera-t-Il au droit chemin » (1)

Arrivé près du puits de Madyan, il y trouva une foule de gens qui abreuvaient leurs troupeaux ne laissant aucun accès à deux femmes pour désaltérer leurs bêtes. Voyant l’injustice, il s’adresse à ces deux femmes en disant :

« Quel ennui avez-vous ? dit-il. — Nous ne pouvons, dirent-elles, abreuver que quand les bergers auront libéré l’espace : notre père est un homme âgé ». (2)

Désireux de faire le bien, il s’empresse de les aider pour abreuver leur bétail. Lorsqu’il eut terminé, il prit congé à l’ombre d’un arbre, tiraillé par la faim, la fatigue et la chaleur et exprima son indigence à son Seigneur : « Seigneur, j’ai grand besoin du bien que Tu feras descendre vers moi ». (3).

Telle fut la réaction naturelle d’un homme qui allait devenir prophète pour sauver sa communauté : se tourner inlassablement vers Dieu dans les moments de détresse comme dans les moments d’aisance.

Exposer sa pauvreté devant Dieu est un signe de reconnaissance par excellence dans la voie spirituelle tracée par l’ensemble des prophètes qui ont eu à accomplir les plus grandes missions et affronter les plus grandes épreuves. C’est se dépouiller de ses propres forces ou prétention pour s’en remettre totalement au Créateur. Cela constitue un grand acte de reconnaissance vis-à-vis du Très-Haut qui consiste à Lui reconnaître l’origine de tous les bienfaits. C’est une voie de purification du cœur qui traduit une relation profonde avec le Créateur, nourrie de la bonne opinion de Dieu (Hosn Ad-dhan), de la remise confiante de ses affaires à Lui (At Tawakkul), de la science et du Dhikr que traduit le verset suivant : « Sache donc qu’en vérité, il n’y a point de divinité à part Dieu, et implore le pardon pour ton péché, ainsi que pour les croyants et les croyantes. Dieu connaît vos activités (sur terre) et votre lieu de repos (dans l’au-delà) (4).

Quelle fut alors la réponse divine à cette demande ?  Il fut accueilli par la famille du prophète Cho’ayb lorsque l’une des filles s’adressa à lui, d’une démarche pudique : « Mon père t’appelle pour te récompenser pour avoir abreuvé pour nous ».

A son arrivée à domicile, Moïse fut réconforté et rassuré par le Prophète Cho’ayb qui lui dit : « N’aie aucune crainte : tu as échappé aux gens injustes »(5)

Il y restera de 8 à 10 ans au service de celui qui deviendra pour lui un beau-père vertueux. C’est au terme de toutes ces années que Moïse décide de partir avec sa famille et que commence la grande histoire où il alla à la rencontre de son Seigneur dans la Mont Sinaï et fut missionné de transmettre le message de Dieu à Pharaon et de libérer les fils d’Israël de l’esclavage.

A toute époque, la porte de la pauvreté devant Dieu (Iftiqar), le courage et le combat pour la justice entre les hommes auront raison de toute forme de tyrannie.

(1)   Sourate Le Récit, verset 22 

(2)   Sourate Le Récit, verset 23

(3)   Sourate Le Récit, verset 24

(4)   Sourate Mohammad, verset 19

(5)   Sourate Le Récit, verset 25

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page