Comment concilier vie professionnelle et spiritualité ?

0
2634

L’association Carrefour du Savoir a organisé dans ses locaux à Romainville une soirée thématique sous le thème: COMMENT CONCILIER VIE PROFESSIONNELLE ET SPIRITUALITE ?

POURQUOI CE SUJET ?

Ce sujet émane du souci quotidien de la musulmane et du musulman de maintenir un équilibre entre vie sociale et vie spirituelle. Il s’agit d’un équilibre rendu difficile par un contexte marqué historiquement par une culture matérialiste largement enracinée dans notre société et une certaine lecture biaisée de la laïcité qui, au lieu d’assurer le respect des différences, tend à alimenter un rejet du religieux et particulièrement de l’islam.

Les participants du débat ont souligné l’intérêt de ce sujet et de ce type de rencontres que les institutions musulmanes telles que les mosquées ne proposent pas encore aujourd’hui.

De par la diversité des présences, le débat fut riche de témoignages, de partage d’expériences et d’idées pratiques. Les premières préoccupations soulevées durant le débat portaient sur la pratique des bases de l’islam au quotidien :

·        Comment gérer l’efficacité et la conscience professionnelle durant le Ramadan où la pratique du jeûne a tendance à m’affaiblir ? Dois-je prendre des congés durant cette période ?

·        Je n’arrive pas toujours à me libérer pour la prière du vendredi, comment faire ? Il m’arrive de manquer plus de trois prêches consécutifs indépendamment de ma volonté, suis-je fautif ? Dois-je changer de travail, ou passer en temps partiel pour libérer du temps ?

·        Je travaille au sein d’une école publique depuis trois ans et ai toujours porté un bandeau depuis mon embauche. Mes supérieurs et mes collègues m’ont soudainement (après trois ans) fait le reproche d’enfreindre le respect de la laïcité par ce mode vestimentaire. Je ne comprends pas ce changement brutal de leur part et le vis comme un malaise. Comme faire, dois-je quitter ce poste ?

·        Je n’arrive pas à faire mes prières à l’heure au travail et dois donc les rattraper le soir notamment en hiver où les prières sont rapprochées. Ce contexte ne me permet de trouver la sérénité du cœur et me préoccupe.

Face à tous ces constats, il convient de rappeler deux éléments essentiels dans l’islam : Le travail est sacré et la religion a pour but de faciliter.

LE TRAVAIL EST SACRE

L’islam bannit toute forme de passivité ou de paresse. Vivre sur les dos des autres est mal considéré. Les textes abondent dans ce sens comme le rapporte l’imam Al-Ghazali dans son livre La Revivification de la Spiritualité Musulmane :

Dieu dit : « Nous avons fait du jour le moment de gagner sa vie »[1]

Le Prophète, Paix et Bénédictions de Dieu sur lui, dit : « La recherche des acquisitions licites est un combat pour Dieu [Jihad] », « Dieu aime le serviteur qui a un métier ».

Il est donc du devoir du musulman de développer des compétences et un savoir-faire. Le savant Abu Soulaymane Ad-Darani disait : « pour nous, la dévotion ne consiste pas à te clouer au sol pendant qu’autrui se démène et s’épuise pour toi. Mais commence toi-même par gagner ton pain, ensuite adonne-toi à l’adoration ».

Remplir les conditions d’un contrat nous est exigé par notre Foi : « Celui qui fraude et nous trompe ne fait partie de notre groupe » nous dit le Prophète, Paix et Bénédictions de Dieu sur lui.

LA BASE DE L’ISLAM EST DE FACILITER SA PRATIQUE

La base de l’islam est de faciliter sa pratique, et non pas d’affliger les fidèles.

Dieu dit dans le Coran :

« Dieu veut pour vous la facilité, Il ne veut pas la difficulté pour vous »[2]« Dieu n’impose à aucune âme une charge supérieure à sa capacité »[3] «  Nous n’avons point fait descendre sur toi le Coran pour que tu sois malheureux »[4]

Le Prophète, Paix et Bénédictions de Dieu sur lui, dit : « Facilitez et ne rendez pas la tâche pénible, annoncez la bonne nouvelle et ne faites pas fuir les gens.»[5]

QUELLE DOIT-ETRE L’ATTITUDE DE LA CROYANTE ET DU CROYANT ?

L’islam enseigné par notre bien aimé Prophète, Paix et Bénédictions de Dieu sur lui, est une religion dynamique et non figée, souple et non rigide. Il apporte des alternatives à chaque problématique et ne laisse pas une situation dans l’impasse. C’est pour cette raison que les savants jouent et doivent continuer de jouer un rôle important tant qu’ils apporteront une lecture de l’islam éclairée et fidèle aux enseignements du Prophète, Paix et Bénédictions de Dieu sur lui.

Il ressort du débat quatre éléments clés qui sont nécessaires au croyant pour appréhender les problématiques du quotidien :

  1. S’instruire et bien connaître les bases de sa religion pour pouvoir faire des choix réfléchis dans son quotidien. Se référer aux gens de science pour des questions spécifiques.
  2. Connaître son contexte et notamment les fondements de la laïcité pour apporter des réponses constructives à certaines dérives islamophobes.
  3. Prendre exemple sur le Prophète, Paix et Bénédictions de Dieu sur lui, qui invoquait le pardon de Dieu pour ses concitoyens hostiles à son message en disant : « Seigneur pardonnes à mon peuple ils ne savent pas ce qu’ils font » Le croyant doit donc comprendre ses concitoyens inquiétés par une visibilité d’un islam qu’ils ne connaissent pas vraiment. Il faut installer un dialogue de confiance qui sera d’autant plus favorisé si l’on excelle dans son travail.
  4. Etre confiant et s’en remettre à Dieu l’Omnipotent tout en étant pragmatique et ne pas rendre les choses plus difficiles qu’elles ne le sont.

Cette attitude ne peut se concrétiser qu’au sein d’une communauté, d’une bonne compagnie. L’islam n’est pas une religion qui pousse à s’isoler, bien au contraire c’est la religion du partage et de l’échange.


[1] Coran : Sourate 78, Verset 11

[2]Coran : Sourate 2, Verset 185

[3] Coran : Sourate 2, Verset 286

[4] Coran : Sourate 20, Verset 2

[5] Hadith rapporté par Bukhari et Muslim

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.