Le jour et la nuit du croyant, ou la recherche de la « sainteté » dans les tumultes du monde

La recherche de la perfection morale et spirituelle, qui donne à la vie son sens ultime, exige en premier lieu d’envisager l’islam comme un cheminement, c’est-à-dire comme une volonté de chercher Dieu seul, en allant à l’encontre des résistances intimes et contextuelles qui entravent cette vocation.

A partir de cette perspective, la religiosité du fidèle et son rapport effectif à Dieu prennent une tout autre tournure puisqu’ils commencent à s’incarner non pas comme un état stationnaire, mais comme une flamme sans cesse entretenue, un besoin incommensurable de Dieu l’Unique et la préoccupation centrale d’une vie vouée à chercher Dieu exclusivement.

En effet, nous pouvons trouver ici et là de nombreuses définitions de ce qu’est l’islam. Chacune correspondra à un certain état d’esprit, à une disposition ou à une prédisposition, laquelle engendrera un rapport à soi et à Dieu et donnera une direction, une orientation et un sens à l’existence.

Mais la meilleure est certainement celle qui correspond au modèle prophétique, c’est-à-dire celle qui nous le présente comme une ascension, une progression et comme une quête infinie de Dieu, de Son amour et de Sa connaissance.

Pour preuve, l’Histoire a conservé le récit de l’extraordinaire rencontre entre l’ange Gabriel et les Compagnons rassemblés autour du Prophète (paix et bénédictions sur lui). Notre dîn est une progression à travers trois échelons/degrés :  islamimân et ihsân.

Dieu, dans Sa « pédagogie », avait envoyé l’Esprit saint à la rencontre des hommes pour que l’enseignement dont il était porteur reste durablement et solidement ancré dans la mémoire spirituelle des hommes en soif de spiritualité, et ce, à travers les générations. L’islam est une ascension et l’homme est un cheminement. « Les bédouins disent : « Nous croyons. Dis : Vous n’avez pas encore la foi. Dites plutôt « Nous nous soumettons ». Tant que la foi n’a pas encore pénétré votre cœur » » .(1).

Un chemin vers la sainteté 

Il y a au cœur de l’islam un chemin vers la « sainteté », un appel à une ascension graduelle vers la perfection morale et spirituelle, une quête du bel-agir comme relation d’amour profond entre Dieu et Son adorateur prédisposé à ce destin glorieux.

Cette vérité qui doit être gravée profondément dans notre cœur et devenir notre grande préoccupation est illustrée de manière sublime dans une parole divine formulée par le Prophète lui-même : « Parmi tous les moyens employés par Mon serviteur de se rapprocher de Moi, rien ne M’est plus agréable que la pratique de ce que Je lui ai imposé. Puis Mon serviteur ne cesse de se rapprocher de Moi par les actes surérogatoires jusqu’à ce que Je l’aime. Et une fois que Je l’ai aimé, Je deviens son ouïe avec laquelle il entend, sa vue avec laquelle il voit, sa main avec laquelle il combat et son pied avec lequel il marche. S’il Me demande alors quelque chose, Je lui donnerai ce qu’il veut et s’il sollicite Mon secours, Je le lui accorderai. »(2).

L’expérience personnelle 

Une religiosité qui n’est pas fondée sur le besoin de Dieu et le sentiment de dépendance à Son égard, n’est certainement pas une véritable spiritualité.

Admettre ceci, c’est d’abord reconnaitre que si l’idée que nous nous faisons de la religion ne nous mène pas à ressentir ce besoin, à le cultiver, à l’approfondir et à l’enraciner dans (et par) l’expérience personnelle et intime, alors cette idée de la religiosité ne sera qu’un leurre et qu’une impasse qui détourne de l’essentiel auquel invite l’islam.

Cette expérience personnelle est celle qui s’incarne dans une forme de vie qui soit, autant que possible, sur mesure avec les besoins de l’âme et plus concrètement dans l’attachement au jour et la nuit du croyant[1]Tant qu’il est vrai que l’on ne saurait progresser dans la vie spirituelle sans une règle et une discipline.

Le jour et la nuit du croyant (3) constitue donc cette feuille de route intégralement puisée dans le Coran et dans le modèle Prophétique que s’impose tout homme ou femme en quête de Dieu de façon rigoureuse pour que les notions de cheminement, de purification spirituelle et d’éducation aient une portée réelle et un sens concret dans les tumultes du quotidien et ses multiples distractions.

Vivre l’expérience de Dieu se traduit concrètement à travers le fait d’observer scrupuleusement une pratique spirituelle régulière et constante. Cette notion renvoie à un certain nombre d’actes de piété et de repères de lumière qui jalonnent le jour et la nuit du croyant pour enraciner ce dernier dans le combat spirituel de la rectitude de l’âme, et ce, malgré les vicissitudes d’un monde coupé de Dieu.

L’effort engagé pour se plier à cet « agenda » prophétique et pour organiser son temps en fonction de ses impératifs, marque le niveau de maturité avec lequel chacun prend en charge son cheminement vers Dieu et in fine sa destinée spirituelle éternelle.

Ce programme correspond à des rendez-vous précis, à des stations rigoureusement respectées, à des occasions sans cesse renouvelées, pour manifester dans la durée son besoin de Dieu, sa dépendance et sa condition de créature. C’est ce qui permet de se rendre présent à Dieu, de cultiver cette présence, de la préserver, de la nourrir, de la polir et de l’embellir. C’est ce qui permet de montrer sa reconnaissance, de consolider son lien avec Lui et de s’unir aux « âmes et êtres de lumière » pour l’éternité. C’est aussi la « routine » rigoureuse que se sont imposé les hommes de Dieu pour se discipliner et sortir progressivement des labyrinthes de l’ego, de l’emprise de ses instincts et de ses penchants. C’est par ce canal que découlent toutes les grâces que l’on reçoit d’en-Haut.

Le jour et la nuit du croyant ou comment vivre une retraite spirituelle au cœur du monde ?

Le programme propose une forme de vie marquée par la recherche d’une présence à Dieu intense qui ne se coupe pas du monde et de la vie des hommes. Il invite à vivre le cloitre la nuit sans renoncer à être dans le monde le jour par une présence lumineuse et utile qui assume l’ensemble des autres devoirs qui s’imposent au croyant : gagner sa vie par le travail, fonder une famille et rester disponible, répandre le bien, appeler à Dieu, apprendre et transmettre, aimer et vivre en communauté, s’investir pour l’intérêt général et pour les causes justes…

C’est grâce à cette approche prophétique que l’homme peut fuir spirituellement la foule et être dans la solitude tout en assurant une présence au milieu des hommes et au service de ces derniers pour l’amour de Dieu.

Le croyant n’est plus envahi par le temps mondain et insouciant mais arrive par la grâce de Dieu à prolonger l’esprit de retraite et de recueillement dans l’agitation du quotidien.

(1)   Sourate Les appartements, verset 14

(2)   Hadith Qodsi rapporté par Al Bukhari

(3)   Le jour et la nuit du croyant est un programme spirituel proposé par Abdessalam Yassine dont le contenu est une émanation et une mise en pratique des enseignements du Coran et du modèle prophétique

Lire aussi :

Le jour et la nuit du croyant : passer au temps de l’Adoration

Le jour et la nuit du croyant : l’invocation, la moelle de l’adoration

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page