De quelques rendez-vous spirituels de PSM

La foi qui est au cœur du projet spirituel que promeut PSM (Participation et Spiritualité Musulmanes), a besoin d’être entretenue et renouvelée, sinon elle est amenée à baisser et ensuite à s’éteindre.

Être bien entouré et vivre sa foi dans un environnement propice permet à la foi de s’épanouir et de se fortifier. La dynamique de groupe agit comme un catalyseur pour réaliser l’ascension spirituelle à laquelle invite l’islam. Le Prophète (Paix et bénédictions sur lui) a dit à ce titre : « Chacun a la même intensité de foi que son ami le plus intime. Choisissez donc vos amis avec soin ». [1]

PSM propose donc des rendez-vous réguliers pour aider chaque membre à maintenir et à consolider son cheminement éducatif et spirituel ainsi que pour inscrire cet effort dans la durée.

Les « jardins du paradis », mentionnés dans la tradition prophétique, se matérialisent dans les programmes de PSM par des assises où l’on évoque Dieu.

Ces stations de ressourcement spirituel, auxquelles assistent les êtres de lumière que sont les anges et au travers desquels les participants se voient enveloppés de la Miséricorde divine, permettent une résurgence de l’être tout entier prédisposé ainsi à s’engager sur la voie de l’effort.

Ces assemblées fraternelles d’étude et d’apprentissage de la foi jouent et ont toujours joué en Islam un rôle capital dans le cheminement car c’est par ce canal spirituel que l’héritage éducatif s’est transmis de génération en génération.

La méditation et l’étude des textes, des enseignements et du modèle prophétique, des différentes sciences, prennent une dimension particulière dans ce type d’assemblées.

Cette communion constitue en soi un remède pour les cœurs et les âmes. Les liens d’Amour se voient renforcés et une contagion des vertus humaines et des affluents de la foi, tels que la détermination, la pudeur, le courage, l’humilité, s’opère de cœur à cœur.

 Dans cette atmosphère bénie, les subtilités de la connaissance de l’Etre suprême se dévoilent aux cœurs et aux âmes qui se nourrissent de la présence à Dieu, submergés par la chaleur des relations amicales supérieures.

L’assise hebdomadaire de la Science et de la Foi 

Les assises de la foi (majâliss al imane) hebdomadaires sont des réunions d’étude, de souvenance de Dieu (dhikr) et de spiritualité.

Au temps du Prophète Paix et bénédictions de Dieu sur lui, ces réunions étaient reconnues pour leur effet tonique sur les vertus de chacun. Le Prophète, Paix et bénédictions de Dieu sur lui, formait ses compagnons, façonnait leurs personnalités et reconstruisait leurs identités.

L’assise était le moyen le plus efficace pour fortifier la foi, approfondir le savoir et renforcer les liens du cœur, l’amour, la fraternité, l’homogénéité et l’esprit d’entraide.

L’assise de la foi est donc un legs prophétique des plus précieux, un moyen de se ressourcer spirituellement, d’arrêter notre course effrénée dans nos quotidiens tellement remplis, de se recentrer sur l’essentiel, de revenir à Dieu et de vivre un moment de communion fraternelle.

 Anas ibn Malek rapporte que le compagnon Abdallah Ibn Rawaha, disait chaque fois qu’il rencontrait un autre compagnon : « Viens que nous nous exercions à goûter la douceur de la foi un moment !». Un jour, il fit cette invitation à un homme qui se fâcha et vint trouver le Prophète paix et bénédictions de Dieu sur lui : « Ô Messager de Dieu, lui dit-il, ne vois-tu pas cet Ibn Rawaha qui nous invite à des assises de la foi d’un moment ? ».

Le Prophète paix et bénédictions de Dieu sur lui a répondu : « Que Dieu garde Ibn Rawaha ! Il aime les assises où les anges font compétition pour y assister. »[2].

Fréquenter les personnes pieuses et engagées, cultiver de bonnes relations avec les meilleurs moralement et spirituellement, afin d’être constamment tiré vers le haut, réformer son cœur par le biais des assises de Dhikr et aspirer à être meilleur, meilleur devant Dieu, humble devant les êtres humains.

Les veillées spirituelles hebdomadaires 

Dieu dit dans le Coran, en s’adressant au Prophète : « Dieu sait, en vérité, que tu restes à prier, toi et un groupe de tes Compagnons, tantôt moins des deux tiers de la nuit, tantôt moins de la moitié et parfois moins du tiers […]. »[3]

L’Envoyé de Dieu, Paix et Bénédictions sur lui, a dit : « Dieu descend chaque nuit au ciel le plus proche, vers le dernier tiers de la nuit et dit : Qui M’invoque, pour que Je l’exauce ? Qui Me demande, pour que Je lui donne ? Qui implore Mon pardon, pour que Je lui pardonne ? ».

Les retraites spirituelles (trimestrielles) 

Parmi les grands bienfaits dont a été comblé PSM, le Ribat (retraite spirituelle) figure en bonne place. Il représente un important moyen de purification de l’ego, de liaison et d’amour entre les cœurs, et d’accueil de la miséricorde divine.

Cette station représente un des joyaux éducatifs de PSM qui permet de s’arracher aux préoccupations terrestres, de faire une pause pour faire le point sur sa relation à Dieu.

Il est l’école de la patience et de la persévérance en compagnie de ceux qui invoquent Dieu matin et soir recherchant Sa Face.

C’est un moment béni durant lequel la quiétude descend sur les cœurs des participants au Ribat, la miséricorde les enveloppe, et les anges les entourent et invoquent le pardon en leur faveur. C’est un des jardins du paradis qui font goûter la saveur de la foi, la joie de l’adoration, et l’union en Dieu.

L’assise mensuelle de Naciha 

« Chaque fois, dit le Prophète paix et bénédictions de Dieu sur lui, qu’un groupe de fidèles se réunit dans un endroit pour mentionner Dieu, pour réciter le Coran et discuter entre eux de sa signification, la paix du cœur descend sur eux, la miséricorde les recouvre et Dieu les mentionne à ceux qui se trouvent en Sa présence ». [4]

La simple récitation du Coran et la simple discussion de sens appellent sur nous un flot d’amour et de paix intérieure.

Cette rencontre mensuelle constitue le vecteur spirituel qui permet de vivre concrètement les notions de « Sohba et Jama’a », en l’absence de toute hiérarchie organisationnelle, à travers une osmose spirituelle et une communion des cœurs qui s’exposent humblement à la Miséricorde de Dieu.

Cette assise permet de donner aux membres les repères pour approfondir la volonté de cheminer vers Dieu dans une approche globale et équilibrée.

Les retraites de la dernière décade du Ramadan

Les 10 derniers jours du mois de Ramadan, représentaient pour le Prophète et ses Compagnons une occasion privilégiée de se consacrer entièrement à l’adoration de Dieu, de se repentir, de se rapprocher de Lui, et de L’implorer afin qu’Il concrétise leurs aspirations les plus chères.

Cette adoration représente d’ailleurs une pratique prophétique hautement recommandée (sunna mouakkada).

PSM invite vivement ses membres à s’adonner à cette pratique et organise des retraites à cette occasion.


[1] Rapporté par Tirmidhi et Abou Daoud selon Abou Hourayra

[2] Rapporté par l’imam Ahmed selon Anas

[3] Sourate « L’enveloppé » (Al-Muzzammil) 

[4] Rapporté par Boukhari et Mouslim selon Abou Hourayra.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page