Vers la connaissance de soi

L’Homme, une création unique dans une complexité parfaitement agencée. Chaque cellule de notre corps répond à Sa perfection, chaque organe à Son commandement. Respirer et ne pas se soucier de l’oxygénation de tout notre corps. Ne pas définir à notre bol alimentaire quel chemin il devrait suivre et quels nutriments il pourrait offrir sur son passage. Porter la vie et assister neuf mois à cette minutieuse croissance orchestrée par Celui qui donne la vie. Et que dire de notre cerveau dont le fonctionnement éblouit encore par ses capacités si négligées ? Nous sommes capables de voir, d’entendre, de sentir… Nombreuses sont les merveilles de notre Créateur sur Sa création ! 

Au-delà de notre fonctionnement purement physiologique, il se cache en nous un être extraordinaire capable de raisonner, de ressentir, d’agir, de s’émouvoir, d’aimer. Des dons avec des spécificités qui nous sont propres et qui font ce que nous sommes et ce qui nous identifie. Sommes-nous capables de les reconnaître, les valoriser et les utiliser à bon escient ? Pourquoi est-ce si important d’explorer les profondeurs de notre personnalité ? En quoi la connaissance de soi est une plus-value pour notre cheminement spirituel ?

« Dis : Ceux qui savent et les ignorants sont-ils égaux ? » (1)

Revoir les fondations et bâtir sur du solide !

Il est temps de se poser les bonnes questions et de consacrer plus de temps et d’énergie à travailler notre « être » au détriment de notre paraître. De se réconcilier avec notre authenticité et de vivre en adéquation avec nos aspirations profondes. Comment pouvons-nous croire à une évolution personnelle et une élévation spirituelle si le travail porte sur du faux ? C’est tout simplement impossible et frustrant puisque nos besoins moteurs ne sont pas nourris.

Il est plus que nécessaire de s’adonner à une réelle introspection et c’est sûrement l’étape la plus importante pour un cheminement sincère et productif. Parmi tous les savoirs que l’on puisse accumuler, la connaissance profonde de soi occupe une place stratégique. La faculté de se définir objectivement en cherchant les failles et les forces, de savoir pourquoi et quand nous nous mettons en colère, ce qui nous attriste, nous donne de la joie, nous procure du plaisir, nous motive ou nous démotive… Toutes ces choses qui nous affaiblissent et ces autres qui nous élèvent, nous devons les identifier. Pour faire face, se réformer et cheminer il faut savoir sur quelles cartes jouer ! Afin d’être vrais, en accord avec nous-mêmes et notre nature profonde, il faut apprendre à remettre tout son être, son âme et son existence aux places qui leur reviennent. Puis, redéfinir sa relation et son engagement envers Dieu (Exalté soit Son nom). Ainsi, chercher la sincérité et la transparence vis-à-vis de soi et de Lui (Exalté soit Son nom) car :

« On leur avait seulement ordonné d’adorer Allah comme des croyants sincères qui Lui rendent un culte pur » (2)

Alors, malgré les difficultés, le chemin emprunté sera éclairé par un horizon dessiné sur des objectifs précis. Pas de faux-semblants, plus de masques à porter : s’accepter dans sa singularité et sa différence dans un corps et une âme que Dieu (Exalté soit Son nom) a voulu uniques. Assumer et bonifier ces trésors qui se cachent en nous, c’est aussi une façon de Le remercier.

Pour bâtir, il faut se responsabiliser !

Ce travail sur soi demande du courage et de l’acharnement contre un égo qui a souvent du mal à accepter que l’on relève ses manquements. Éduquer son âme est un exercice d’endurance et de toute une vie. Un projet ambitieux et responsable. Dans ce chemin, les fruits se récoltent même en pleine tempête ! Les expériences, les épreuves, les échecs, les critiques sont des alliés de taille. Ne les négligeons pas ! Apprenons de ces moments où la personnalité profonde, les défauts et les qualités s’expriment spontanément. Ayons une oreille attentive et soyons de fins observateurs. C’est souvent là  où ça fait mal qu’il y a intérêt à creuser. Si les paroles touchent ce n’est jamais sans raisons. Cheminer c’est aussi identifier des causes et chercher des solutions, sans se mentir ni se fuir. Apprenons de ces grandes figures de l’Islam qui nous éblouissent par leur grandeur et nous bouleversent par leur humilité. C’est bien connu, plus on apprend et plus on s’aperçoit qu’on est loin de savoir.

Purifier ses intentions !

On pourrait croire que la quête de soi invite à une sorte d’égocentrisme où le « moi » serait Roi. On s’en détache volontiers en prétextant être secondaires. En pensant que le plus important se trouve ailleurs et que dans une société déjà bien trop individualiste ladite quête n’est qu’une couche en trop renforçant cette tendance. Nous avons du mal à faire la part des choses. Comme chaque sujet, tout est problématique à partir du moment où cela perd de son juste équilibre et de sa belle intention. Le but est d’évoluer pour plaire à Dieu, gagner Sa satisfaction et mériter Son amour.

Si nous manquons cruellement d’amour et de tolérance envers les autres c’est parce que nous sommes peut-être dépourvus d’amour et de paix envers nous-mêmes. Comment pouvons-nous espérer offrir des fleurs si nous négligeons notre propre jardin ?

Se connaître revient aussi à reconnaître l’Immensité, la Sagesse, la Miséricorde, la Puissance de Dieu (Exalté soit Son nom). Comme le souligne parfaitement l’imam al-Ghâzali dans son livre l’alchimie du bonheur :

« La connaissance de soi-même constitue la clef de la connaissance de Dieu comme il est dit : « Celui qui se connaît lui-même connaît son Seigneur » et de même qu’il est écrit dans le Coran : « Il y a sur terre de nombreux signes pour ceux qui sont doués de certitude, ainsi qu’en vous-mêmes. Ne les voyez-vous pas ? » (3)

Il n’y a maintenant rien de plus près de toi que toi-même, et si tu ne peux te connaître toi-même, comment pourrais-tu connaître quelqu’un d’autre ? »

Le chemin du bonheur…

La quête de la connaissance de soi naît souvent d’une prise de conscience jumelée à une volonté forte de changement. Le savoir est à portée de main, les ressources sont nombreuses et l’apprentissage facilité. C’est sans doute une lapalissade mais, si on veut évoluer, s’éduquer et être en paix avec soi-même, il va falloir agir ! L’action est efficace seulement si elle s’inscrit dans une démarche réfléchie et réaliste. Elle ne gagne en valeur qu’en se connectant au Créateur. Il est donc indispensable de s’associer à Lui dans ce cheminement.

Y a-t-il meilleur guide que Celui qui connaît ce qui se cache dans nos poitrines ? Celui qui nous a créés et honorés par ces pluies de bienfaits ? Celui qui, dans Sa grande sagesse et majestueuse bonté, a voulu diversifier l’humain dans sa personnalité, offrant ainsi à chacun de nous une place à occuper, un rôle à jouer.

Comprendre cela est libérateur. Plutôt que de chercher à changer, le défi est d’évoluer en sublimant des caractéristiques innées. Parfois, ce qui peut paraître comme étant un défaut peut être une réelle plus-value lorsqu’il est façonné dans un cheminement spirituel.

La connaissance de soi repose sur un état des lieux objectif et sincère. Elle prend naissance dans des engagements murmurés intimement au creux de ses deux mains, grandit dans des champs d’humilité et d’amour entretenus par des arrosages justes et répétitifs. On y aperçoit, avec le temps, ici et là, de nombreuses fleurs au doux parfum de paix. Le champ est vaste mais il prend forme dans une robustesse certaine qui éveille le cœur et nourrit l’âme. L’air est saturé en sagesse. L’être transpire la joie, heureux d’avoir fait ce fabuleux choix d’être enfin soi…

(1)   Coran : 39/9

(2)   Coran : 98/5

(3)   Coran : 51/ 20-21

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page