L’art d’être grands-parents

0
2182

Voici un thème que  nous n’avons pas encore eu le plaisir de traiter !

Quand je demande à de futurs parents si leurs parents vont participer à l’arrivée du bébé, ce que j’entends le plus souvent c’est « Ah non ! » et je leur demande pourquoi. Le couple me répond le plus souvent : « ils vont nous dire ce qu’il faut ou ne faut pas faire, et c’est agaçant ! Nous voulons faire à notre manière, découvrir quel genre de parents nous sommes ». Tout un programme, il est bien-sûr essentiel pour les parents de trouver leur propre voie.

Mais qu’en est-il de cette relation grands-parents/enfants ? Quel est le lien avec la mémoire du passé familial ? Cette  mémoire que les grands-parents incarnent, représentent par des souvenirs, des photos, des récits, des légendes…

Sous l’appellation famille, on peut entendre les parents et les enfants, mais aussi la famille élargie : les grands-parents, les tantes, les oncles, les cousins… Cette connaissance familiale est un atout psychique, car elle inscrit l’enfant dans une histoire. Appartenir à une lignée donne une perception différente de la vie. Tout individu « est le maillon d’une histoire qui a commencé avant lui et qui se transmet à travers lui et les siens »[1].

Qu’apprenons-nous au travers du modèle prophétique, de sa relation avec ses petits-enfants ?

 De nombreux compagnons ont témoigné de l’amour du Prophète (PSL) envers les enfants et de son habitude de jouer avec eux. Anas Ibnou Malik nous rapporte ceci : « Le Prophète était toujours parmi les premiers quand il s’agissait de jouer et plaisanter avec les enfants. »[2] Al-Bara ‘ibn Azib disait : « J’ai vu Hassan sur les épaules du Messager de Dieu »[3]. Abou Houraira a décrit l’affection du Prophète pour les enfants et la façon dont il jouait avec eux : « Je marchais avec le Messager de Dieu à un moment de la journée mais il ne me parlait pas et je ne lui parlais pas jusqu’à ce qu’il eût atteint le bazar de Banou Qounaiqa. Il revint à la tente de Fatima et dit: “Est-ce que le petit chat (Hassan) est là ? Nous avions l’impression que sa mère l’avait retenu pour le baigner et l’habiller et le coiffer d’une jolie couronne. Peu de temps s’écoula avant qu’il (Hassan) ne revînt en courant et qu’ils s’embrassent, sur ce le Messager de Dieu dit: “Ô Dieu, je l’aime; aime le et aime celui qui l’aime (Hassan)…”»[4]

Le Prophète exprimait cette affection dans ses paroles mais aussi dans ses actes. Il disait souvent aux enfants à quel point il les aimait.

Usama, le fils de Zaid, le serviteur du Prophète, garde ce souvenir du Prophète (PSL) : « Le Messager de Dieu (PSL) avait pour habitude de me placer sur l’une de ses cuisses et de mettre Al-Hassan bin ‘Ali sur l’autre, ensuite il nous embrassait et disait: “Ô Dieu! Sois miséricordieux envers eux, comme je le suis envers eux. »[5]

La responsabilité de l’éducation revient aux parents et non aux grands parents, et ces derniers  peuvent être des auxiliaires très utiles.   Piliers de la famille, ils désirent souvent s’investir dans l’éducation de leurs petits-enfants car  ils sont une source importante de stabilité dans l’éducation des enfants,  malheureusement il n’est pas toujours évident pour eux de trouver la juste place. 

La place des grands parents

Trouver sa place au sein de la famille, voilà le défi. Parfois  il peut-être tentant pour les grands parents de se mêler de l’éducation de leurs petits-enfants. Et c’est souvent la source de tensions avec leurs propres enfants. Chacun doit simplement avoir à l’esprit que les rôles des parents et celui des grands-parents sont complémentaires, en aucun cas en concurrence. Tous participent à leur manière, et par leur présence, à l’équilibre des enfants. Cela leur permet d’avoir plusieurs repères éducatifs.

Par leur statut, les grands-parents représentent des modèles différents vis-à-vis des enfants; ils entretiennent avec eux des rapports distincts. Souvent ils se montrent aussi plus sécurisants car ils ont moins peur de l’échec.  Savoir qu’un grand parent est là pour vous porter assistance est réconfortant. L’importance du maintien du lien familial et intergénérationnel est primordiale. Ils sont au même titre que les parents  «transmetteurs » de valeurs, des témoins d’une histoire… et parfois même des médiateurs entre les enfants et leurs parents.

Voici quelques pistes pour vous aider à gérer les visites et relation avec les grands parents :

·        Préparer vos enfants en leur expliquant que chez les grands-parents les règles peuvent être différentes. L’enfant sait très bien faire la différence

·        Exprimer vos attentes en termes d’éducation, c’est-à-dire : énoncer les règles que vous souhaitez que  vos enfants respectent. Il y a des points sur lesquels il vaut mieux être inflexible. Des points non négociables.

·        Sensibiliser à la Tolérance et au Respect des modes de vie et de pensée de chacun : laisser vos enfants découvrir  une autre façon de penser et d’agir : celle des grands parents.

·        Pour les grands-parents : Ne pas critiquer les parents en la présence des enfants. Si vraiment les grands-parents trouvent que certains points de l’éducation sont à revoir, ils doivent s’expliquer en dehors de la présence des enfants.  Les parents sont toujours très susceptibles quand les grands-parents émettent des critiques. Donc essayer de faire des propositions positives quand il y a quelque chose à corriger plutôt que de mettre l’accent sur ce qui ne va pas. 

·        N’oubliez pas qu’en période de crise ou de prises de décisions, les grands parents  s’avèrent de très bons conseillers.

Le lien intergénérationnel tient sa force de la tendresse, de l’écoute et de la complicité instaurés dans l’enfance. Les grands-parents, soucieux de préserver la qualité de leurs échanges, se montrent toujours très disponibles et bienveillants… les grands-parents ont un rôle équilibrant et apaisant.


[1] Ce que Vincent de Gauléjac nomme «l’impératif généalogique ».

[2] Sahih Mouslim

[3] Sahih Mouslim

[4] Sahih Mouslim

[5] Sahih Boukhari

 

1 commentaire

  1. Merci beaucoup pour l\’article, il rend hommage à nos grands parents qui pour ma part ont beaucoup contribué à mon éducation et celles de mes frères et soeurs. Mes parents étant très occupés à travailler et ne voulant pas nous confier à n\’importe qui, ils nous envoyaient peu de temps après notre naissance, chez nos grand parents maternels. Nous avons chacun passé nos 4 premières années. Ils ont été nos premiers éducateurs, nos protecteurs et nous ont transmis dès le plus jeune âge les bonnes manière envers nos ainés, le respect d\’autrui, la pudeur…je leur suis aujourd\’hui très reconnaissant pour les efforts et la patience qu\’ils ont endurés pour nous avoir assisté quand nous étions petits . Que Dieu les prenne dans Sa Miséricorde

  2. Assalamo alaycom
    merci pour ce trés bon article.
    est ce que je peux avoir les coordonnés de l\’auteure?
    je m\’interesse aux thémes enfance et parentalité et j\’aurai besoin de quelques références.
    merci

  3. Salam
    Parents/enfants/petits-enfants une grande histoire d’amour. Amour qu’il est important d’exprimer et de vivre à chaque étape de notre vie. Les petits-enfants sont la récompense d’avoir été parents et ils sont pour nous grands-parents une grande source de bonheur. Mamie je participe à l’éducation de mes petits-enfants mais toujours dans le respect des parents qui sont les premiers acteurs dans leurs apprentissages de ce lourd programme de la Vie.
    Merci pour cet article qui nous met à l’honneur.
    Une mamie heureuse d’être mamie !

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.