Vers une sagesse universelle

0
326

Avec environ 190 pays et sept milliards d’habitants sur Terre, il n’est pas difficile d’imaginer qu’il existe de nombreuses cultures différentes. Cette diversité est une richesse inestimable et un défi inévitable pour tout prétendant à la participation à l’aventure humaine. Une participation pleine et effective, doit mettre l’humain au centre de son intérêt et de sa mission. Le fait humain doit être le pivot de toute participation et l’intention de redonner à l’Homme sa véritable position doit accompagner toutes nos œuvres, avant de parler des moyens et des conditions de cette participation que nous résumerons en trois points.

Être des citoyens cosmopolites

D’abord, au cœur de cette richesse des horizons et des cultures, et face à la complexité et l’originalité de chaque culture, nous n’avons jamais été aussi exposés à des médias qui nous présentent des perspectives précipitées, trop simplistes ou biaisées sur des événements mondiaux, sujets sociétaux ou conflits politiques. Dans le monde d’aujourd’hui et au beau milieu de cette diversité, se donner les moyens de négocier l’information, ses sources et ses interprétations est devenu une responsabilité urgente du point de vue social. Il est essentiel de nous former en tant que citoyens « cosmopolites » à l’échelle locale et mondiale. Le cosmopolite, dans l’époque de la révolution numérique, est voué à briser les cloisonnements sectaires, communautaires ou nationaux et à développer une compréhension interculturelle ; Celle-ci étant définie comme « le développement des compétences sociales, permettant d’interagir et de coopérer avec des personnes de diverses cultures de manière respectueuse ».

Concevoir la fraternité humaine

Ensuite, la communauté humaine devrait retrouver le sens de son destin commun et prioriser « la matrice de l’humanité ». Cette alliance, cette fraternité humaine, ne peut aboutir sans une connaissance mutuelle sincère et profonde. C’est le sens profond même de notre différence et notre diversité, comme le formule bien Edgar Morin : « Le trésor de l’unité humaine est la diversité humaine, Le trésor de la diversité humaine est l’unité humaine », et nous le rappelle sacrément le verset coranique : « Ô les hommes ! Nous vous avons créés d’un mâle et d’une femelle, et Nous avons fait de vous des peuples et des tribus pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d’entre vous auprès de Dieu, est le plus pieux. Dieu est certes Omniscient et Grand Connaisseur » (1)

C’est un appel vers l’esprit humain, quels que soient sa couleur, sa religion et son sexe, lui rappelant l’importance de l’entre-connaissance et de l’échange. Une incitation à concevoir la fraternité humaine comme un vaste espace sans limites, qui peut accueillir tous ceux qui souhaitent adhérer, communiquer, coopérer avec tous ceux qui cherchent à approfondir leurs connaissances et créer une synergie sur de bonnes bases.

Pour l’aspirant à retrouver cette fraternité libératrice et à accéder à cette universalité, ce socle humain est un champ de connaissances, qu’il doit cultiver, ne se privant d’aucune fleur, n’évitant aucun arbre et étanchant sa soif de tous les ruisseaux de ses frères. Le prophète Mohammed (paix et bénédiction sur lui) nous incite à cette ouverture d’esprit et cette soif de sagesse quelle que soit sa source : « La sagesse est la propriété perdue du croyant, partout où il la retrouve il y a droit plus que quiconque » (2). La mention « partout où il la retrouve » nous indique que c’est cette sagesse elle-même qui compte et non sa provenance ou sa source. Cette recommandation prophétique nous trace une partie du chemin du croyant vers la sagesse universelle.

Se connaître soi, connaître son Créateur…

Enfin, la complétude de ce chemin émancipateur des différents types de soumission et de servitude, passerait forcément par retrouver ce sens de soi qui a été perdu dans nos sociétés de consommation, dans nos vies virtuelles et nos bonheurs individuels. Cette libération passerait par acquérir le premier et le plus sacré des droits de l’Homme, à savoir que je suis une créature d’un créateur, à chercher à connaître mon Créateur, mon Dieu, ceci est le point de départ. C’est aussi la source d’inspiration pour que mon passage dans cette vie et ma contribution à l’épanouissement de la communauté humaine ne soient pas un tâtonnement aveugle.

(1)    Coran : Sourate les appartements 49, verset 13

(2)    Hadith rapporté par Tirmidhî

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.