Raconte-moi PSM : La foi, pas à pas !

3
263

Née dans une petite ville en Haute Marne, j’ai reçu une éducation chrétienne. Les cours de catéchisme, la messe hebdomadaire ainsi que les prières le soir en famille ont bercé mon enfance.

Pour raisons professionnelles, nous avons suivi mon père à Lille alors que j’entrais en classe de 6e au collège. J’ai rencontré des camarades de tous horizons culturels et religieux.

Dès l’âge de 14 ans, j’ai souhaité faire le ramadan avec des copines, par solidarité dans un premier temps, je n’ai jamais plus manqué de jeûner ce mois exceptionnel. Ce que j’ai ressenti à ce moment-là est indescriptible : une chaleur a envahi mon cœur, j’avais cette impression qu’il était rempli d’amour et je me suis sentie accompagnée, proche de Lui, Mon Dieu que j’ai toujours aimé…

A cette période-là, j’ai beaucoup lu afin de mieux connaître la religion musulmane et à l’âge de 19 ans je confirme mon choix en prononçant l’attestation de foi.

Je n’ai pas rencontré tout de suite les frères et/ou sœurs de PSM (Participation et Spiritualité Musulmanes). J’ai pu être proche de personnes avec une foi sincère, comme d’autres qui ne font que survoler leur religion mais qui sont « donneurs de leçons ». Lorsque l’on débute en islam, en raison de l’histoire de l’arrivée et de l’implantation de la religion musulmane en France, nous, convertis, nous pouvons trouver sur nos chemins différentes personnes. Certaines nous apportent bienveillance et nous encouragent dans cette voie, d’autres peuvent être de mauvais conseil soit avec des positionnements radicaux, soit des ignorants qui répondent à nos questions en dehors de tout lien à l’islam. La présence de la culture et tradition familiale se fait sentir dans le discours de certains. Dans tout cela, j’ai appris à faire le tri, d’où l’importance de lire et de trouver notre islam du juste milieu.

Je suis soucieuse alors de faire de bonnes lectures et je chemine avec une amie également convertie. À l’âge de 24 ans, je rencontre alors d’autres sœurs qui nous invitent à des cercles de foi. On y reçoit des enseignements sur la vie du prophète Mohammed (paix et bénédiction de Dieu sur lui), sur les règles de la pratique de la prière ou du jeûne, puis sur le bon comportement envers ses parents, ses voisins, …

On y attache un lien particulier au Coran, en étudiant ses versets et leur signification et l’on prend également du temps pour la prière et le recueillement… pratiques qui me font à nouveau, sentir cette chaleur, cet amour divin dans mon cœur. Je trouve à travers ces rencontres une famille de cœur, les liens sont très forts rapidement, on se rencontre également lors de différentes occasions que sont les mariages, les fêtes, les sorties, … 

Nous goûtions à la douceur de la foi et avions des relations fraternelles sans intérêts quelconques si ce n’est de cheminer ensemble pour et vers Dieu. Le fait, que ces sœurs de PSM m’ont accueillie telle que j’étais, avec tous mes défauts, loin d’être une musulmane exemplaire, m’a permis de comprendre la relation qu’elles entretiennent avec le Très-Haut. Dieu prend dans ma vie une place différente de celle que je Lui avais accordée auparavant. Mes sœurs m’ont offert un exemple de vie centrée sur, ce qui est pour moi, l’essentiel : Dieu !

C’est pourquoi tout ce que j’ai abordé alors comme projet dans ma vie terrestre fut et est encore soumis à Lui par amour, dans l’intention de garder cette sérénité du cœur, de me sentir à l’aise avec mes choix et me préparer à chaque instant pour ma rencontre avec Lui après ma mort.

Quelques mois après avoir commencé mon cheminement avec les sœurs de PSM, l’une d’elle me proposa de me présenter un ami de son mari. Une rencontre est organisée… Dès la fin de cet après-midi, nous avons su l’un et l’autre que nous étions faits l’un pour l’autre. J’ai beaucoup pleuré de peur que cet homme ne veuille pas devenir mon époux et en même temps des larmes de joie se mélangèrent à cette rencontre divine. Deux mois plus tard, nous étions mariés !!! Jamais dans ma façon de penser, dans la culture dans laquelle j’avais baigné, je n’aurais imaginé me marier aussi vite. Avec le recul, mon mari et moi avons eu cette impression que nous n’étions pas acteurs de notre vie. Mon époux est membre de PSM et il m’a appris énormément sur ce projet spirituel. Lorsque j’ai présenté mon époux à chacun de mes parents, la rencontre s’est très bien passée. Ma mère, l’a appelé « mon fils » dès la première fois et a pu dire qu’elle avait le même sentiment que lors d’une naissance au sein de la famille. Elle était ravie et a partagé sa joie avec ses frères et sœurs. Après plus de 10 ans de mariage, mon époux s’entend avec tous les membres de ma famille même si certains ne comprennent pas certains de mes choix (notamment le port du voile).

Notre projet avec mon époux était clair dès le départ : s’attacher à ce projet de cheminement qu’est PSM !

Cela nous pousse à cheminer ensemble, main dans la main vers Dieu. Mon mari m’a toujours encouragée à participer aux rencontres spirituelles organisées par PSM. A travers son comportement et celui d’autres membres, hommes ou femmes, qu’il m’a présentés, j’ai compris beaucoup de choses. Ce projet PSM est source de l’islam donc un projet qui s’adresse à toute l’humanité. Le prophète Mohammed (paix et salut sur lui) a reçu la révélation divine dans le but de propager son message à l’humanité toute entière et pas seulement à son peuple, comme cela a été le cas des autres prophètes le précédant. 

Les membres de l’école PSM ne sont pas parfaits mais cet attachement à ce projet spirituel, nous permet d’essayer de viser le bel-agir, nous tentons à travers nos activités spirituelles et citoyennes d’incarner le message prophétique. Très vite, je me suis rendue compte que ce projet était présent déjà dans de nombreux pays du monde et que peu importe d’où l’on venait, peu importe nos qualités et nos faiblesses, ces personnes sincères envers Dieu le seront avec tous, où que l’on se trouve, qui que l’on soit. Je n’ai jamais été soupçonneuse ou inquiétée lorsque je me suis trouvée avec mes sœurs ou frères de PSM, je me sens plutôt en sécurité et sûre que je vais passer un moment agréable en famille. 

Ma rencontre avec si Abdessalam Yassine en 2006 a été déterminante. J’ai compris en voyant cet homme pourquoi il y avait un tel attachement à ce projet de cheminent qu’est celui de PSM. Il dégageait cet amour divin et prophétique à la fois, il avait ce regard sur chaque personne présente et savait donner le conseil, la douce parole, le bon geste… Cet homme de Dieu reste pour moi, cet exemple, ce modèle à suivre… Il nous a facilité le chemin vers Dieu en nous donnant des clés du cheminement en islam dans le seul but de se préparer lui-même à sa rencontre avec son Bien-Aimé Dieu. Il disait « il faut se faire beau » en évoquant sa rencontre avec Dieu à la fin des temps dans l’idée non pas du paraître mais de cette beauté du cœur… Il incarne le modèle du Prophète, en contextualisant son message.

À travers le monde, nous partageons cette spiritualité si particulière, ce lien fort inexprimable mais qu’il faut vivre à travers ce projet. J’ai toujours été active dans le milieu associatif (professeure de danse hip-hop et expression corporelle, animatrice BAFA, …) et j’ai trouvé dans ce projet cet équilibre entre participation et spiritualité. Je me suis assez vite investie au sein de PSM que ce soit dans les activités spirituelles ou dans des actions plus citoyennes dans la société.

Éducatrice de formation, j’ai choisi ce métier pour aider les autres, être au service de l’humanité. J’ai travaillé une petite dizaine d’années dans des quartiers populaires auprès de jeunes puis aujourd’hui, je suis mandatée par les juges des enfants du tribunal de Lille afin de protéger des enfants, de 0 à 18 ans, qui peuvent être en danger. J’accompagne leurs parents à faire évoluer leur éducation, je suis sensible à tous ces problèmes sociaux aussi parce que mes deux parents sont élus dans deux communes différentes. J’apprécie particulièrement les projets humanitaires ayant des objectifs sains et constructifs !

Par exemple, avec des sœurs de PSM nous avons pu participer à une marche dont les fonds récoltés étaient reversés à la recherche de maladies orphelines ou encore avec des membres PSM nous nous investissons auprès d’accueil de réfugiés mineurs étrangers en partenariat avec l’Eglise afin de leur fournir logis et nourriture. Les projets sont multiples au sein de PSM et chacun peut y trouver sa petite pierre à apporter à l’édifice.

Finalement au sein de PSM j’ai trouvé une famille, un lieu où me ressourcer et être au service de projets divers et variés qui répondent aux besoins de l’humanité. La relation fraternelle se base sur l’amour en Dieu, cette relation n’est basée sur aucun intérêt matériel ou de pouvoir mais bien sur un lien fraternel en vue de se préparer à notre rendez-vous avec Dieu lorsque nous quitterons cette terre. Je n’arrive pas à expliquer exactement ce que je ressens dans mon cœur avec PSM : il faut le vivre pour le comprendre. J’invite chacun à venir nous rencontrer afin de goûter à ces fruits délicieux.

Chaque activité au sein de PSM a son lot de cadeaux, nos rencontres spirituelles nous réchauffent le cœur et nous permettent de nous ressourcer à travers des temps de prières, de recueillements, de jeûne… Nos actions participatives nous permettent d’aider les plus démunis face à des situations complexes (colis alimentaires pour des étudiants, …), de soutenir des causes (lutter contre les injustices notamment en participant à des manifestations), aller à la rencontre de chacun pour éviter la solitude (fête des voisins, tournoi de foot, …).

J’apprécie énormément dans le projet PSM ce qu’il rend à Dieu, à l’islam : redonner sa place à la femme, ses droits, … Mais aussi la place essentiellement de la famille qui, pour ma part, est un pilier de notre société.

Je finirai par remercier Dieu de m’avoir donné ce cadeau qu’est PSM à travers toutes les rencontres que j’ai faites mais aussi je prends conscience que je n’ai pas fini d’apprendre avec ce projet. Je garde à l’esprit et surtout dans mon cœur l’amour du Très-Haut et mon souhait de pouvoir Le rencontrer dans la vie future. 

3 Commentaires

  1. Très joli et très profond témoignage!

    Pour connaître personnellement la personne qui témoigne dans cet article, je peux dire qu’elle apporte aujourd’hui beaucoup à la communauté musulmane mais bien au-delà car elle ouvre ses bras aux personnes de toutes confessions et de tout horizon!

    Elle incarne cet Islam de paix, de tolérance, d’ouverture d’esprit et de juste milieu que prône et qu’ appel PSM au quotidien!

    Merci Claire d’être là

  2. À toi ma chère soeur qui m’a tant apporté quand j’étais dans le Nord. Je garde dans mon coeur l’amour de mes sœurs du Nord, leur chaleur. Tu as une place dans mon coeur toi ma sœur qui malgré la distance qui aujourd’hui nous sépare est toujours là pour moi et à chaque fois que l’on se revoit c’est comme si c’était hier qu’on s’était quitté. Merci ma chère sœur pour ce magnifique témoignage, pour cette part de ta vie. Que Dieu t »illumine ici bas et dans l’au delà. Ta soeur en Dieu qui t’aime en Lui, Aline

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.