« China Cables » : il faut briser le silence sur le goulag des Ouïgours

Des documents obtenus par l’ICIJ et rendus publics par 17 médias, dont « Le Monde », montrent l’internement massif de populations musulmanes en Chine.

0
46

La Chine de Xi Jinping entretient un vaste réseau de centres d’internement secrets où sont détenues au moins un million de personnes appartenant à la minorité musulmane ouïgoure. Le caractère coercitif et la fonction punitive de ce que Pékin présente comme des « centres d’éducation et de formation » sont révélés par les documents obtenus par le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ) et rendus publics par dix-sept médias internationaux dont Le Monde.

La « fuite » et la publication de ces textes émanant du Parti communiste chinois constituent en elles-mêmes un événement dans un pays dont les secrets sont généralement bien gardés. Les documents décrivent en détail les bâtiments, le fonctionnement de ces centres et l’encadrement idéologique mis en place dans un but avéré : l’endoctrinement et le lavage de cerveau jusqu’à l’aveu et à la repentance obtenus y compris au moyen de la torture.

Construits depuis 2017 dans la province du Xinjiang, dans le nord-ouest de la Chine, ces lieux, entre camps militaires et prisons secrètes, sont au cœur d’une politique ­d’internement massif de populations minoritaires. D’abord niée, leur existence est aujourd’hui justifiée par la lutte contre des attentats terroristes ayant visé au Xinjiang des Chinois han, l’ethnie majoritaire en Chine. Pékin continue de démentir qu’il pratique des détentions tout en défendant son droit d’identifier les individus qui ­présenteraient des signes de radicalisation islamique et de les soumettre à une « transformation par l’éducation ».

Trier, mater intimider

Cette politique d’internement de masse constitue une atteinte dramatique aux droits de l’homme. Des milliers de Ouïgours à travers le monde signalent depuis 2017 la disparition de proches. La population visée va bien au-delà des « suspects » habituels, comme en attestent les critères extrêmement vagues retenus par la plate-forme de big data qui indique aux autorités les individus à cibler. Le mode d’emploi de ce vaste fichier que fournit le document révélé par l’ICIJ montre qu’il est conçu pour trier – vers la prison ou le travail obligatoire –, pour mater et intimider la population internée. Enfin, de nombreux témoignages signalent des atrocités – viol, torture –, bien loin du règlement officiel.
Il peut difficilement en être autrement dans le climat ultranationaliste et quasi ­totalitaire instauré par le président Xi Jinping : les critiques internes conduisent à des arrestations. Cette politique et celles qui l’accompagnent, comme l’envoi d’un million de cadres chinois han pour parrainer les familles ouïgoures, servent des objectifs à peine cachés d’assimilation forcée et de sinisation d’une minorité dont l’identité, mais aussi les droits à l’autonomie prévus par la Constitution chinoise, sont bafoués.
Ce nouvel accès de répression orwellienne par la Chine doit être dénoncé avec vigueur. La mobilisation de familles de détenus installées à l’étranger a conduit à quelques libérations. Mais le gouvernement chinois est surtout passé à l’offensive, en invitant des délégations étrangères à visiter des centres « modèles » préparés pour l’occasion. Face aux mensonges, il faut soutenir les efforts du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, qui demande une enquête indépendante et un accès au Xinjiang. Forte de ses succès économiques, la Chine aspire au statut de grande puissance mondiale respectée. Y accéder suppose le renoncement aux politiques répressives de triste mémoire et le respect des droits des minorités.

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.