Le choix du compagnon (2/2): Des repères équilibrés

0
1149

Pour choisir son conjoint, le Prophète – paix et bénédiction de Dieu sur lui – nous a décrit quelques critères à prendre en compte.
Ce qui suit ne consiste pas à lister simplement les Hadiths où sont mentionnées les règles du choix du compagnon, mais au-delà de ceci le but est de restituer au mariage sa vraie valeur auprès de Dieu comme l’a enseigné le Messager de Dieu – paix et bénédiction de Dieu sur lui -.

Commençons d’abord par la vision actuelle la plus répandue du mariage. Si on demande à un(e) jeune sur le point de se marier quels sont ses critères de choix du compagnon, en général, on trouve les trois catégories de réponses suivantes :

  1. Elle (il) me plait beaucoup, je ne peux pas vivre sans elle (lui), c’est avec elle (lui) que je veux avoir des enfants.
  2. On s’entend très bien, on a le même niveau intellectuel, on a le même niveau social…etc.
  3. le Messager de Dieu – paix et bénédiction de Dieu sur lui –  a dit : « Choisis celle qui a le respect de la religion », je l’ai vu porter l’habillement islamique (pour la femme),  c’est quelqu’un qui suit la sunna du Prophète (pour l’homme).

La catégorie de réponses la plus pertinente est sans doute la deuxième, parce qu’il y a un raisonnement pratique, il y a une volonté de réussir son mariage socialement. Mais, ce qui est absent dans ces réponses est la dimension spirituelle du mariage qui est le pilier le plus important pour réussir une relation en Islam. La première et la troisième catégorie de réponses se basent sur l’apparence et non sur le fond des personnes.

Le Messager de Dieu – paix et bénédiction de Dieu sur lui – nous a décrit les principaux critères de choix du compagnon. Concernant la femme, selon Abou Houraira, le Prophète –paix et bénédiction de Dieu sur lui – a dit : « On se marie avec une femme pour son argent, pour sa noblesse, pour sa beauté et pour sa religion, alors choisis celle qui a la religion… »(6). Et pour l’homme, selon Abou Houraira toujours, Il a dit : « Si un homme reconnu par sa piété et son bon comportement vient vous demander la main d’une fille, mariez-le ! Car si ne vous le faites pas, vous contribuez au chaos et à la corruption sociale.  ».(7)
Les savants ont donc considéré ces quatre critères pour la femme comme déterminants du choix, le critère prévalant étant celui de la religion, sans qu’il soit exclusif. De même pour l’homme, le critère prévalant est celui de sa religion ; pour tous deux, l’évaluation du comportement (personnalité, tempérament, etc.) est aussi un point à ne pas négliger.

Ainsi, pourquoi le Messager de Dieu a-t-il mis l’accent -dans les deux Hadiths- sur le critère de la religion ? Ce critère est-il le plus important pour pouvoir réussir son mariage dans ce bas monde, ou y a-t-il une autre finalité ?

Selon Abou Houraira, Le Messager de Dieu a dit : « L’Homme aura le même degré spirituel que celui qu’il fréquente le plus, alors choisissez bien vos fréquentations. »(8). Cette première parole nous incite à fréquenter les pieux dont la compagnie nous serait utile auprès de Dieu. Quelle est donc la personne que je fréquente le plus ? Mon épouse, mon époux est la personne avec qui je partage ma vie. Pour bien illustrer ce sens, Dieu dit dans la sourate L’ornement [Az-Zukhruf], versets 69 et 70 en parlant des gens qui ont mérité des hauts degrés dans le paradis :  « Ceux qui croient en Nos signes et sont musulmans, Entrez au Paradis, et vos épouses, vous y serez fêtés » et dans la sourate [At-Tur] verset 21 : « Ceux qui auront cru et que leurs descendants auront suivis dans la foi, Nous ferons que leurs descendants les rejoignent. ». Le paradis est la demeure de la joie éternelle où se manifestent les faveurs innombrables de Dieu. L’âme pieuse qui va se retrouver dans les hauts degrés se réjouira beaucoup plus si elle retrouve ceux qu’elle aimait dans le bas monde. C’est pourquoi Dieu en faveur des pieux, remontera les membres de leurs familles des degrés qu’ils méritaient réellement dans le paradis auprès de lui, quand bien même ils n’auraient pas fait autant de bonnes œuvres que lui. La mère de Dardaa a bien compris le sens de ces versets, elle se dirigea vers son mari, Abou Dardaa et lui dit : « O Abou Dardaa, tu as demandé ma main à mon père pour ta vie ici-bas et moi maintenant, je demande ta main pour ma vie dernière.» et ceci après avoir entendu le Messager de Dieu dire : « Ta femme dans cette vie ici-bas, sera aussi ta femme dans la vie dernière ». Les versets coraniques et les Hadiths qui parlent du mérite d’avoir un conjoint pieux qui pourra intercéder en la faveur de son époux le jour dernier sont nombreux.

Pour résumer, le premier repère prophétique est donc de chercher à être avec une épouse ou un époux pieux pour assurer non seulement son avenir dans cette vie mais aussi son devenir et celui de sa descendance auprès de Dieu dans la vie dernière.

On déduit le deuxième repère du Hadith connu où le Messager de Dieu nous informe que même après la mort de l’être humain, on continue à lui prescrire des bonnes actions s’il a laissé derrière lui une descendance pieuse qui invoque Dieu. Avec un conjoint pieux, on a plus de « chance » d’avoir une descendance pieuse.

Le troisième et dernier repère, on le trouve dans la sourate la famille d’Imran verset 35 où Dieu dit en racontant l’histoire de la naissance de Marie, mère de Jésus : « (Rappelle toi) quand la femme d’Imran a dit : ‘Dieu Seigneur, je T’ai voué en toute exclusivité ce que j’ai dans mon ventre ; Accepte le donc de moi. C’est Toi certes l’Audient et l’Omniscient. ». À travers un dialogue avec Dieu, la femme pieuse d’Imran invoque Dieu pour que son enfant soit une personne qui travaille la cause de Dieu, un modèle à suivre pour les êtres humains. Dieu a exaucé sa demande ; depuis son bas âge, Marie travaillait la cause de Dieu jusqu’à qu’elle ait couronné ses bonnes œuvres par la naissance de l’enfant miracle, le Messager de Dieu Jésus – paix sur lui – qui était la miséricorde tant attendue par les fils d’Israël.

Conclusion

L’être humain ne souffre le martyre dans cette vie ici-bas que parce qu’il s’est dévié du chemin du salut que Dieu lui a tracé. Dieu dit : « Nous avons, certes, créé l’Homme pour une vie de lutte »(9) et puis Il a dit : « O Homme ! Toi qui t’efforces de rencontrer ton Seigneur, sache que, en persévérant, sûrement tu Le rencontreras.»(10).
Le souci majeur qui habite le cœur du croyant peut se résumer à la question suivante : Comment se faire belle ou beau pour le jour de ma rencontre ultime avec Dieu ? Le point de départ est d’être avec ceux que Dieu aime. En effet, Dieu dit : « Fais preuve de patience [en restant] avec ceux qui invoquent leur Seigneur matin et soir, désirant sa Face »(11). Etre avec une épouse / un époux pieux, fait parti de cette compagnie pieuse qui facilitera notre cheminement à Dieu.

———————————————————————–

6  rapporté dans les deux authentiques Boukhari et Moslim
7  rapporté par Athirmidi
8  rapporté par Athirmidi et Abou Daoud
9   Coran, sourate 90 [LA CITE], Verset 4.
10 Coran, sourate 84 [LA DECHIRURE], Verset 6.
11 Coran, sourate 18 [LA CAVERNE], Verset 28.

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.