Nouer le Nous

0
276

Les bonnes œuvres nous rappellent le sens et nous en rapprochent, celles qui construisent le « nous » prophétique, contrairement à celles qui cultivent le « moi » qui fait la loi. Elles ne se conçoivent pas ex nihilo, de l’extérieur, elles se donnent naissance les unes les autres et s’appellent les unes les autres.

Dans quelle lignée d’actions s’inscrivent nos œuvres ? A quelle filiation appartiennent-elles ? A quelle dynamique participent-elles ? Celles qui renforcent le « nous » prophétique, ou celles qui affirment le « moi » éphémère et illusoire tel un mirage qui promet autant de déception que d’espoir.

Pendant le mois de jeûne, ce « Nous » prophétique s’est manifesté à certaines occasions. D’abord les prières volontaires en groupe, puis ces réunions entre familles et amis réglées au rythme des prières. Le long de la journée, ce « nous » se manifeste à travers une attitude que chacun observe volontairement au fin fond de ses occupations.

Les conditions amplement favorables de ce mois permettent à ce « nous » de se nouer et devenir visible. Elles lui permettent de venir témoigner d’un modèle qui étonne toujours même au sein de la communauté. Telle une cité, inondée dans l’océan des normes dominantes, qui émerge une fois par an juste pour montrer qu’elle existe et alimenter les espoirs de la voir réapparaître un jour dans toute sa splendeur.

Que fait-on de ce « nous » les jours bénis et moins bénis du seigneur ? Ce « nous » qui est notre ascenseur vers l’accomplissement spirituel (Ihssane) ? Voici l’été, une norme on ne peut plus dominante. Changer d’air est un bon renouvellement pour le cœur, pas l’insouciance (ghafla). L’été doit être vécu différemment, et joindre la même lignée de bonnes œuvres de tous les jours. « Profite de cinq choses, avant cinq autres », avise le Messager de Dieu, paix et salut sur lui, dans un récit rapporté par al-Hâkim. « Ta jeunesse avant ta vieillesse, ta santé avant ta maladie, ta richesse avant ta pauvreté, tes vacances avant ton occupation, et ta vie avant ta mort. »

Laisser un commentaire

Merci de saisir votre commentaire
Merci de saisir votre nom

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.