L’invocation 

« Et quand Mes serviteurs t’interrogent sur Moi alors Je suis tout proche: J’exauce la demande de celui qui M’invoque quand il M’invoque. Qu’ils répondent à Mon appel et qu’ils croient en Moi afin qu’ils soient bien guidés. »[1]

Nous constatons à notre époque une impuissance particulière face aux évènements qui assaillent la communauté musulmane. Le monde est noyé dans l’injustice, la corruption des politiques, le gaspillage de masse, la course effrénée aux richesses réduisant des peuples à l’esclavage et à la mort. Un constat désolant où, impuissants, nous peinons à rétablir la justice. Retentissent alors en nous ces Paroles chargées de sens :

« C’est qu’en effet Dieu ne modifie pas un bienfait dont Il a gratifié un peuple avant que celui-ci ne change ce qui est en lui-même. Et Dieu est, Audient et Omniscient. »[2]

Nous sommes donc en partie responsables de l’impuissance que subit actuellement notre communauté – et les humains en général – et nous devons suivre les préceptes divins pour espérer une victoire de l’Equité à la manière de ceux qui furent auprès de notre Prophète bien-aimé, paix et bénédictions sur lui. Mais de quelle manière sommes-nous donc responsables de ce que nous traversons ?

L’une des analyses à la fois simpliste et qui témoigne d’une vision binaire serait de considérer que nous récoltons le mal que nous semons et que si nous étions suffisamment bons, nous obtiendrions naturellement la bonté divine. Cette analyse est certes vraie en théorie mais elle omet une réalité beaucoup plus complexe à laquelle l’homme doit faire face.

Si les malheurs tiennent en eux-mêmes, leur existence provient d’une sagesse divine car « Dieu gouverne souverainement les hommes »[3], L’homme doit faire face à deux réalités contradictoires, une tendance à vouloir atteindre l’excellence humaine mais aussi une tendance à suivre des désirs passionnels déterminés par des causes extérieures. Lorsque ses passions sont plus fortes que ses désirs rationnels d’atteindre le modèle prophétique, l’individu se voit dans l’impuissance de se soumettre aux Lois morales. Celles-ci deviennent plus une forme de contrainte car il ne parvient pas à s’y astreindre. Il se tient donc responsable de son incapacité à s’y conformer car il ne considère pas les causes extérieures qui déterminent sa conduite. Il ajoute alors de la culpabilité à sa servitude face aux passions.

C’est un état que chacun de nous a pu aisément vivre mais qui témoigne en réalité qu’il n’y a de puissance que celle de Dieu et l’homme ne possède en réalité que ce que Dieu lui permet de posséder tel que Dieu nous en a informé dans ce Hadith Quodsi :

« (…) Ô Mes serviteurs ! Vous êtes tous égarés sauf celui que J’aurais guidé. Demandez-Moi de vous guider et Je vous guiderai. Ô Mes serviteurs ! Vous êtes tous affamés excepté celui que J’aurais nourri. Demandez-Moi de vous nourrir et Je vous nourrirai. (…) Ô Mes serviteurs ! Vous péchez nuit et jour alors que Moi Je pardonne les péchés. Invoquez Mon pardon et Je vous pardonnerai. (…) Ô Mes serviteurs ! Je ne prendrai en compte que vos agissements et vous rétribuerai en fonction de ce que vous avez fait. Que celui qui trouve un bien loue Dieu et que celui qui trouve autre chose ne s’en prenne qu’à lui-même. »

Ce hadith révèle notre constante impuissance face au monde qui nous entoure, seul Dieu subvient aux besoins de Ses créatures et ce tant qu’elles se tourneront vers Lui pour Lui demander. Dès lors, celui qui ne s’est pas enflé d’orgueil et s’humilie devant Dieu pour L’invoquer, il trouvera le bien qu’il cherche mais celui « qui trouve autre chose, qu’il ne s’en prenne qu’à lui-même » car il a oublié que seul le Tout-Puissant peut lui permettre de parvenir à ce qu’il souhaite. Ainsi, la situation à laquelle nous faisons face, cette impuissance, nous en sommes certes responsables non pas parce que nous n’avons pas fourni les efforts nécessaires, mais parce que nous ne pouvons en fournir aucun si Dieu ne nous le permet pas et nous ne pouvons faire face aux causes extérieures qui déterminent notre conduite. Nous en sommes responsables car nous n’invoquons pas suffisamment notre Seigneur en toutes choses notamment sur le sort de notre communauté. N’est-ce pas Dieu qui nous dit à la fin du verset : « C’est qu’en effet Dieu ne modifie pas un bienfait dont Il a gratifié un peuple avant que celui-ci ne change ce qui est en lui-même. », qu’Il « est Audient » à toutes invocations ? Ainsi, l’invocation doit précéder toute action car en elle réside la réussite de nos projets et non dans nos efforts.

« Et Votre Seigneur a dit : « Invoquez-moi, j’exaucerai vos demandes. Ceux qui, par orgueil, se refusent à M’adorer entreront bientôt dans l’enfer, humiliés »


[1] Coran : Sourate 2, verset 186

[2] Coran : Sourate 8, verset 53

[3] Coran : Sourate 17, verset 60

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer