La Révélation, la seule Voie pour connaître l’Homme

L’homme cet inconnu !

C’est le titre qu’Alexis Carrel a choisi pour son livre. Il y analyse l’impasse devant laquelle l’Homme moderne s’est retrouvé à force de se croire tout puissant quant à l’avancée scientifique et le niveau supérieur du contrôle de la matière auxquels il est parvenu. Alexis Carrel qualifie ce progrès d’illusoire car en même temps cet Homme s’enfonce de plus en plus dans la tristesse et dans la dépression malgré ce haut niveau de maîtrise. La cause principale, selon l’auteur, de cette décadence est tout simplement notre ignorance de qui est l’Homme surtout la part la plus importante en lui : sa moralité, ses sentiments et ses motivations profondes. Pour des raisons multiples et complexes, le balisage sécurisant qu’apportaient jadis la question du sens et la suprématie de la morale, a été écarté pour laisser place à la productivité, et ceci depuis l’avènement de l’ère industrielle dans le monde occidental. C’est ainsi que le profit a pris la place du centre et l’Homme devint un outil au service du profit.

L’humanité, en quête du salut !

La survenue fréquente des crises (écologiques, politiques, morales, économiques, migratoires, etc.) a remis en plein jour ces questions du sens et de la morale d’une façon percutante. Les bonnes volontés à travers le monde cherchent à faire bloc uni pour trouver l’issue salutaire à cette situation.

Au centre de tous ces efforts, la question du bonheur et du bien-être de l’Homme. Divers essayistes ont émis des conclusions pour traiter ce sujet et répondre aux questions centrales sur la réalité de l’Homme, la morale et le sens de la vie. Cependant, ces conclusions sont le fruit de méthodes et de sciences conjecturales qui ne dépassent pas le cadre de la vie ici-bas et dont l’objectif le plus loin à atteindre est une reconnaissance ou une réussite sociale. En même temps la question du vide spirituel dont souffre l’Homme est reléguée au second plan car d’autres questions sont prioritaires comme le mal-être au travail, la dégradation du lien parents-enfants, les traumatismes d’enfance, etc.

Ces prétendus remèdes ne sortent pas du cadre de l’instantané et s’attaquent aux symptômes car ils évitent volontairement les questions profondes sur le sens, l’existence et les rôles de la vie et de la mort. Ils utilisent un référentiel linguistique spécifique pour barrer la route à toute éventuelle fuite vers la dimension spirituelle, on parle par exemple du besoin philosophique et non du besoin spirituel, de la nature et non de Dieu….

Dans les meilleurs des cas, ces sciences apportent une réponse inefficace au mal-être de l’Homme moderne et dans les pires des cas, elles le manipulent pour qu’il reste dans le giron de la productivité et de la consommation.

Cette introduction est indispensable pour nous en tant que porteurs de la foi, d’une part pour ne pas tomber dans le piège de s’abreuver dans des sources troubles, non potables et d’autre part pour assumer notre responsabilité dans la transmission de la réponse coranique emplie d’espoir pour cet Homme subissant la plus grande injustice de tous les temps : sa privation de son besoin profond de son Créateur, Le Miséricordieux qui Est Le Seul Connaisseur de l’Homme !

Dans la suite, nous allons aborder la question de l’Homme dans la révélation à travers plusieurs volets. Le premier traitera de la question de l’Homme et sa prise en charge divine dès sa naissance.

Nous vous proposons donc ; vous l’avez compris ; de partir en voyage avec une bonne compagnie qui ne dit que la vérité et fait sortir de l’obscurité.  Quelle meilleure compagnie que celle de la Parole de Dieu !

Ô Homme, tu as un Seigneur !

Dieu dit : « Et Dieu vous a fait sortir des ventres de vos mères, dénués de tout savoir, et vous a donné l’ouïe, les yeux et les cœurs afin que vous soyez reconnaissants. » (1)

Ce verset nous expose quatre idées principales :

1)     Dieu est à l’origine de notre existence :

·       Sans l’assistance de Dieu, l’Homme restera ignorant.

·       L’Homme est appelé à acquérir le savoir sa vie durant.

·       Les dons de Dieu exigent la reconnaissance vis-à-vis de Lui.

2)     L’origine de l’Homme :

« Et Dieu vous a fait sortir des ventres de vos mères, dénués de tout savoir … »

Et le voici cet Homme autonome (voire parfois imbu de son pouvoir), devant une scène qui lui rappelle sa venue au monde : une créature fragile, faible, dépendante, incapable de survivre seule, dénuée de tout savoir sur son avenir, sur sa vie, sa mort et surtout sur la rencontre ultime avec Son Seigneur après la mort.

3)     Les dons divins pour apprendre :

« …, dénués de tout savoir, et vous a donné l’ouïe, les yeux et les cœurs (الْأَفْئِدَةَ)… »

Par Sa miséricorde anticipatrice, Dieu exalté soit-Il a fait entourer cette créature fragile de personnes aimantes qui la prennent en charge pas à pas jusqu’à son autonomie complète. Néanmoins, il lui faut interagir avec ces personnes pour que son apprentissage soit complet ; c’est pourquoi Dieu l’a dotée de trois outils sans lesquels, elle ne pourra pas apprendre.

Ce bout du verset peut être vu de deux façons :

a-     L’apprentissage se fait avec les trois outils séparément

Chacun des trois outils donne accès à certains savoirs uniquement. C’est ainsi que certains exégètes ont interprété ce bout de verset. L’ouïe est pour faciliter à l’Homme l’obéissance aux ordres de Dieu, la vue pour contempler l’œuvre de Dieu dans Sa création et les cœurs spirituels (j’ajoute le qualificatif spirituel pour le distinguer de l’organe physiologique) pour permettre l’accès de l’Homme à la connaissance de Dieu.

b-     L’apprentissage se fait avec les trois outils simultanément

Si l’écoute n’est pas accompagnée d’un modèle concret visible et une conviction profonde, le savoir acquis sera déformé et incomplet.

Les destinataires de cette explication sont les parents en premier lieu et par la suite toute personne intervenante dans le domaine de l’éducation spirituelle ou scientifique.

Cette seconde lecture explique bien les cas de traumatisme dans certaines matières vécus durant le parcours scolaire. C’est pour cette raison que la réunion de l’information pédagogique, utile avec un modèle à voir ou à suivre, et une conviction profonde sont les ingrédients d’un apprentissage réussi utile pour soi et pour son entourage car une science sans conscience n’est que ruine de l’âme !

4)     L’Homme et la finalité du savoir :

« …afin que vous soyez reconnaissants. »

Dans la reconnaissance vis-à-vis de Dieu, il y a la connaissance de Dieu !

La connaissance de Dieu est naturellement le couronnement du vrai savoir que l’Homme entreprend dès sa naissance. La connaissance de Dieu libère l’Homme de toute emprise ou d’un quelconque traumatisme. Pour échapper à l’emprise de cette vie ici-bas, l’Homme a besoin de trouver le sens de son action et fortifier sa spiritualité. Tout apprentissage de sciences ou entreprise d’actions devra nous rapprocher de cet objectif sublime.

L’Homme est l’élu choisi par Dieu pour Sa proximité. C’est là où siège la différence centrale entre les sciences dites conjecturales qui ne traitent l’Homme que dans un cadre restreint (familial, sociétal et national) et la Science qui tire son authenticité de la Révélation divine qui traite avec sa nature profonde spirituelle de laquelle dépendent sa santé morale et physique ici-bas et son devenir après la mort.

(1)    Coran : sourate Les abeilles verset 78

وَاللَّهُ أَخْرَجَكُم مِّن بُطُونِ أُمَّهَاتِكُمْ لَا تَعْلَمُونَ شَيْئًا وَجَعَلَ لَكُمُ السَّمْعَ وَالْأَفْئِدَةَ ۙ لَعَلَّكُمْ تَشْكُرُونَ

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page